Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 18:27

Cette scène montre le moment où Napoléon prend des mains de Pie VII  la couronne impériale pour en coiffer sa femme,  l’impératrice Joséphine

 

Né à Ajaccio le 15 août 1769, très jeune, Napoléon quitta  sa Corse natale et, à quinze ans entra à l’Ecole royale militaire de Paris.

Le 1er janvier 1779,    Charles Bonaparte fit entrer provisoirement ses deux fils Joseph et Napoléon au collège d' Autun,  Napoléon y resta trois mois, le temps pour son père de faire les démarches pour le faire admettre à l'école militaire, devant pour cela, fournir les preuves de sa noblesse et de quatre degrés d'ancienneté pour obtenir la bourse du roi. Le dossier fut examiné par le juge d'armes Antoine-Marie d'Hozier de Serigny. il fut  finalement admis à l'Ecole royale militaire de Brienne-le-Château dans l'Aube .

Napoléon se distingua un ans plus tard, en réprimant l’insurrection royaliste d’octobre 1795.

Il épousa, le 9 mars 1796, Joséphine de Beauharnais, amie et ancienne maîtresse de Barras. Ce mariage lui permit d’obtenir, le 2 mars 1796, sa promotion de général en chef de la petite armée d'Italie  , qui devait  ouvrir un simple front de diversion. Il sut motiver ses hommes et fit, sur le terrain qu'il avait reconnu en 1793-94, une campagne d’exception qui resta longtemps, étudiée dans toutes les Écoles de guerre.

La foudroyante campagne de 1796-1797 fit de Bonaparte un héros qui dota Paris et le musée du Louvre de chefs-d’oeuvre de la Renaissance italienne. Ses succès inquiétèrent le Directoire , le trop glorieux général fut envoyé en Egypte.

Sous les pyramides, « l’aigle ne marche pas, il vole »... Et la campagne d’Egypte ne fit qu’illuminer d’avantage aux yeux du peuple ce général toujours victorieux. Le coup d’Etat du 18 Brumaire (novembre 1799), qui fit Bonaparte, Premier consul, ne fut qu’une formalité. 

Lorsque, le 2 décembre 1804, Bonaparte se fit sacrer empereur des Français sous le nom de Napoléon 1er à Notre-Dame de Paris, il ne rencontra aucune opposition. Le code civil, le Concordat avec le pape, le traité d’Amiens qui garantit la paix avec l’Angleterre rassurèrent les citoyens

Repost 0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 17:24

En 1812, L'Empire français était à son apogée

  L'empereur Napoléon 1er et ses      maréchaux à la bataille de la Moskowa ou de Borodino

Le 24 juin 1812, des tensions croissantes entre la France et la Russie aboutirent à l'invasion du territoire russe par Napoléon et sa Grande Armée.

La Grande Armée était constituée de soldats de vingt nations.

C’est le 7 septembre 1812  que fut livrée la bataille appelée, par les Français, de la Moskova, et par les Russes de Borodino, parce que l’action avait lieu sur le plateau qui domine ce village.

L’armée française victorieuse se mit en route, à la poursuite des Russes. Napoléon transporta son quartier général à Mojaïsk, ville située à vingt-six lieues à l’ouest de Moscou, que les Russes avaient  incendiée puis abandonnée.

La campagne de Russie fut tout d'abord une victoire, mais le Tsar ne reconnut pas sa défaîte ce qui devint catastrophique pour l'Empire français.

Les russes utilisaient la tactique de la terre brûlée, qui consistait  à détruire leurs vivres et leurs maisons pour éviter que les soldats ennemis ne puissent se ravitailler ou s'abriter.

La Grande Armée se <<désagrégea>>, de 600 000 hommes au départ, il n'y avait plus que 30 000 soldats, environ,  opérationnels au retour, tandis que les alliés de la veille redevinrent des adversaires :

- la Prusse en février 1813

- l'Autriche en août suivant.

En 1813, la guerre contre la sixième coalition aboutit à l'expulsion des forces impériales française de l'Allemagne après la défaite de Leipzig le 19 octobre, 

De janvier à mars 1814, la campagne de France vit la France envahie par les coalisés. Autrichiens, Prussiens et Russes occupèrent le pays après l'abdication de Napoléon, le 6 avril 1814.

L'odyssée du retour de l'Ile d'Elbe fut un sursaut de fidélité à l'Empereur,.

Cet épisode, <<les Cent Jours>>du 20 mars au 22 juin 1815, s'acheva par la déroute de l'armée française à Waterloo, le 18 juin 1815.

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 18:58

Le blocus continental devait bloquer la Grande Bretagne    mais,  Napoléon ne réussit jamais à la vaincre.

Les navires anglais empêchaient les bateaux de débarquer les marchandises dans les ports français. Napoléon interdit aux autres pays de vendre et d'acheter à l'Angleterre, il essaya ainsi de ruiner son commerce et son industrie.

Pendant ce temps, les Français manquaient de café, de tabac, de sucre.

Tous ces produits n'étaient consommés que par << les riches>>

A la place du café, on se mit à boire de la chicorée dont on développa la culture.

Napoléon donna l'ordre de trouver un produit pour remplacer le sucre de canne.

On essaya de tirer le sucre du raisin et de toutes sortes de fruits, mais le travail était difficile et les résultats étaient peu satisfaisants.

Dans sa  raffinerie de sucre de canne de Passy,  Benjamin Delessert, jeune botaniste  et industriel français,  essayait depuis plusieurs années de fabriquer industriellement du sucre de betterave avec l’aide de l’un de ses ouvriers,  J-B. Quéruel.

Leurs  efforts furent enfin récompensés dans les derniers jours de 1811 et le 2 janvier 1812, il en informa Chaptal. Ce dernier avertit aussitôt l’Empereur et Napoléon , ravi, s’écria "il faut aller voir cela, partons". Napoléon se rendit aussitôt  à l'usine. Devant les ouvriers qui l'acclamaient, il détacha la Croix de la Légion d'Honneur qu'il portait sur sa poitrine et la remit à l'industriel. Peu après, des champs entiers furent plantés de betteraves et cinq fabriques de sucre furent installées..

Pour montrer l’intérêt qu’il accordait à  cette découverte,  Napoléon fit donner une semaine de paye, en gratification aux ouvriers !

Même si des initiatives nombreuses avaient vu le jour depuis plus d’une décennie, le geste de Napoléon 1er,  ce 2 janvier 1812, constitua le symbole de ce mouvement d’ensemble.

Quelques années plus tard, Benjamin Delessert revendit sa fabrique de sucre à la famille Say et se consacra à son autre activité industrielle, la filature du coton.

Le sucre était très cher et il était précieux, on l'utilisait avec précaution. . Dans beaucoup de familles bourgeoises, chacun trempait un bref instant le pain de sucre dans sa tasse de chicorée.

Aujourd'hui, presque tout le sucre   que nous utilisons est tiré de la betterave sucrière.

De la Révolution à l'Empire... (6)
Repost 0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 15:52

En Espagne,  le contrôle du pays a été rendu très difficile par le soulèvement de la population espagnole - notamment par les guérillas - ainsi que par l'intervention du Royaume-Uni qui expulsa l'armée française du Portugal , par la Convention de Cintra du 30 août 1808 . Les armées françaises ne parvinrent  jamais à soumettre le Portugal.

De 1809 à 1810, la lutte de la guérilla espagnole est indécise. De 1811 à 1812, les défaites françaises se multiplient en Espagne, tandis qu'une tension diplomatique augmente entre l'Empire français et l'Empire russe, du fait des rivalités économiques amplifiées par la logique du Blocus continental et l'application du traité de Tilsit.

En 1809, la France et l'Autriche s'affrontèrent à nouveau. La bataille de Wagram fut la plus meurtrière des guerres napoléoniennes  et ne fut égalée ou dépassée que par les batailles de Borodino et de Leipzig.

Bataille de Wagram, 6 juillet 1809, Horace Vernet.   Bataille de Wagram

WAGRAM, le carnage !

Les pertes autrichiennes furent de 41 250 hommes, dont 23 750 tués ou blessés, 10 000 disparus et 7 500 capturés, alors que les pertes françaises se chiffrèrent à 37 500 hommes, dont 27 500 tués ou blessés et 10 000 disparus ou capturés. Quatre généraux autrichiens furent tués ou grièvement blessés 

Après le combat, épuisées et ayant subi de très lourdes pertes, les forces françaises ne pouvaient plus  poursuivre leur ennemi. La situation des Autrichiens était encore plus dégradée, elle était déjà très difficile avant le combat et devint  désespérée après la défaite.

La France triompha de cette Cinquième Coalition à la bataille de Wagram, et imposa le traité de Schönbrunn aux Habsbourg.

La France imposa de dures conditions de paix à l'Autriche

- Elle dut reconnaître les conquêtes de Napoléon sur les autres nations,

- et reconnaître Joseph Bonaparte comme roi d'Espagne

-. Elle dut  rejoindre le blocus continental contre l'Angleterre.

-  Le Tyrol et Salzbourg furent cédés à la Bavière,

-  La Galicie occidentale fut cédée au duché de Varsovie

-  Trieste et la Dalmatie située au sud du Danube furent cédés à la France

-. L'Autriche versa une lourde indemnité à la France

- Son armée fut réduite à 150 000 hommes (cette promesse ne fut pas tenue).

-   L'empereur d'Autriche François Ier accorda sa fille Marie-Louise d'Autriche en mariage à Napoléon en 1810.

Repost 0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 18:55
Jérôme Bonaparte

Napoléon, place ses frères

Après la victoire de Friedland

Le traité de Tilsit

Le 7 juillet, les deux chefs d'État Français et Russe, signèrent le traité de TILSIT

Les termes de ce traité boulversèrent les Etats :

- La Russie devient alliée de l'Empire français,

- l'Autriche abandonne ses territoires en Méditerranée, les îles Ioniennes  et elle adhère au Blocus continental comme la Russie.

- Le traité est catastrophique pour le Royaume de Prusse

* qui perd ses territoires à l’ouest de l’Elbe pour fonder le royaume de Westphalie, avec, à sa tête,  Jérôme Bonaparte, frère de l'empereur.

* Il doit céder ses possessions en Pologne afin de constituer le grand duché de Varsovie,

* et doit verser une lourde indemnité de guerre.

Jamais l’empereur Napoléon n’a atteint un tel degré de puissance.

À  la fin de l'année 1807, l'engagement de la France dans les affaires de la péninsule Ibérique :

- invasion du Portugal pour le forcer à appliquer le blocus continental,

- ingérence dans la crise dynastique espagnole

déclencha la Guerre d'Espagne, un conflit brutal qui s'étala sur plus de six ans, et qui affaiblit  l'Empire de manière importante.

Le traité de Fontainebleau entre la France et l'Espagne permit l'intervention de la France dans la péninsule ibérique pour contrôler le Portugal :

le roi Jean VI de Portugal s'enfuit le 27 novembre 1807 avec sa cour vers le Brésil avec l'aide de la flotte britannique.

En février 1808, Murat prit le commandement de l'armée française stationnée en Espagne, pour appuyer l'invasion du Portugal. Le 2 mai, le peuple de Madrid, inquiet de voir la famille royale espagnole convoquée à Bayonne par Napoléon, se souleva contre l'armée française . Une terrible répression de la part de Murat s'abatit alors dans la nuit du 2 au 3 mai.

Quelques mois plus tard et tandis que des troupes françaises dirigées vers le Portugal contrôlaient plusieurs villes espagnoles, Napoléon obtint à Bayonne, après l'annonce du soulèvement du 2 mai 1808 à Madrid, l'abdication du roi Charles IV d'Espagne et le renoncement à leurs droits de son fils Ferdinand VII et des frères de ce dernier.

Ce traité de Bayonne permit à Napoléon de placer son frère Joseph Bonaparte sur le trône espagnol.

     Joseph Bonaparte
Repost 0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 18:39

 

  Inspection de l'armée le 15 aout 1804 à Boulogne

Après la victoire sur les Prussiens,

Napoléon décida d'envahir la Pologne prussienne avant que n'arrive l'armée russe.

Le dernier partage de la Pologne ayant eu lieu 11 ans plus tôt, les soldats de Napoléon furent  accueillis en libérateurs dans toutes les villes et dans toutes les campagnes, d'autant plus que, parmi eux, se trouvaient les anciens des Légions polonaises de l'armée d'Italie de Dombrowski.

L'insurrection des provinces polonaises contre les occupants prussiens et russes fournit  30 000 hommes à  la Grande Armée  

Devant Varsovie, les Russes se dérobèrent, et refusèrent de livrer bataille.

- Murat s'empara de Praga, faubourg de la capitale.

- Napoléon arriva le 19 décembre à Varsovie.

Obligé d'hiverner en Pologne, Napoléon passa tout le mois de janvier 1807 à Varsovie, où il rencontra la comtesse Marie Walewska.

L'armée française avait besoin de repos et de réorganisation ce qui lui interdit d'affronter immédiatement l'armée russe. Elle se replia  sur la Vistule pour ses quartiers d'hiver et recevoir les renforts de France. Heureusement, de mémoire de Polonais, jamais l'hiver n'avait été aussi clément ! Pour les Français, la température était  plus douce qu'à Paris !

- Le général russe Bennigsen attaqua à la fin du mois de janvier 1807,

-  Napoléon  engagea la terrible et indécise bataille d'Eylau le 8 février. Les Russes se replièrent, malgré de lourdes pertes dans les deux camps.

- L'armée française contre-attaqua. Le 10 juin, à la Bataille d'Heilsberg. Une charge impressionnante de la cavalerie de Murat a contraint l'armée de Bennigsen à se replier. -Les Français le poursuivirent et, le 14 juin, ils remportèrent une victoire décisive à la bataille de Friedland .ce fut une  victoire sans appel de l'armée française.

Repost 0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 15:41

Napoléon à la bataille d'Austerlitz par François Gérard Napoléon à la bataille d'Austerlitz par François Gérard

Le 2 décembre 1805, à la bataille d'Austerlitz,

malgré son infériorité numérique, Napoléon Ier et ses 73 000 hommes infligent une défaite humiliante aux coalisés austro-russes (86 000 hommes

Le 26 décembre, l’Autriche signe le traité de Presbourg.  Napoléon Ier forme la Confédération du Rhin qui dissout  le Saint Empire romain germanique.  L’Autriche dut payer une indemnité de quarante millions de florins, soit un septième de son revenu national.

La Prusse n'accepte pas que la suprématie française s’étende, avec la Confédération du Rhin à ses propres frontières et, le 9 août 1806, le roi Frédéric-Guillaume III, poussé par la Russie et le Royaume-Uni, décrète la mobilisation afin de faire la guerre à la France.

Au mois d'octobre 1806, une Quatrième Coalition contre Napoléon se forma, composée de la Prusse, du Royaume-Uni, de l’Empire russe, de la Saxe et de la Suède.

Napoléon  prépara une nouvelle campagne militaire. Le 25 septembre, il avança vers la Saxe avec environ 160 000 hommes (effectif de départ, augmentant au cours de la campagne). Le premier choc eut lieu lors de la bataille de Saalfeld, durant laquelle le prince Louis Ferdinand de Prusse fut tué.

L’avancée rapide de l’armée française  permit d’annihiler l’armée prussienne, qui comptait 250 000 hommes.  Napoléon et le maréchal Davout la mirent en déroute lors des batailles d’Iéna et d’Auerstadt, le 14 octobre 1806.

 L'armée prussienne perdit dans la même journée environ 43 000 hommes, et toute son artillerie. Ces défaites jetèrent les Prussiens dans le désarroi. On vit 500 hussards français commandés par le général Lasalle capturer à eux seuls et sans résistance la ville fortifiée de Stettin, le 29 octobre.

Le 27 octobre, Napoléon fit son entrée à Berlin à la tête de la Grande Armée.

Le 21 novembre 1806, Napoléon Ier décréta l'établissement d'un blocus continental envers l'Angleterre.

Repost 0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 18:16

La conquête de l'Empire fut l'œuvre de l'armée.

L'armée de Napoléon était une armée de conscription. Les jeunes âgés de 20 à 25 ans étaient  inscrits ensemble « conscrits » sur les registres militaires. Tous ne partaient pas. Un contingent était fixé chaque année. Les soldats étaient les hommes qui avaient  tiré au sort un mauvais numéro, s'ils étaient  riches, ils pouvaient se faire remplacer , ça coûtait jusqu'à 6 000 F.

 

De 1800 à 1814, on vit partir ainsi 2 millions d'hommes, soit 36 % des mobilisables et 7 % de la population. Napoléon fit de plus en plus appel à des contingents étrangers et l'armée de la campagne de Russie en était composée pour moitié.

Les cadres étaient  instruits dans des écoles militaires. Le temps manquait pour accroître le nombre de ces élèves officiers et, à 90 %, les gradés sortaient de la troupe, où ils avaient fait preuve de courage et d'initiative. Ces hommes étaient jeunes, bons entraîneurs d'hommes, mais  piètres tacticiens

À son apogée en 1812, l'Empire Français comptait 130 départements et plus de 44 millions de sujets. Il était capable de déployer, avec ses alliés, 600 000 hommes contre la Russie. Il maintint une présence militaire étendue en Allemagne, Italie, Espagne et sur le Duché de Varsovie. La Prusse et l'Autriche étaient ses alliées.

Enfin, les provinces illyriennes furent directement rattachées à l'Empire, sans être  départementalisées, le projet de départementalisation fut abandonné en 1811, tandis que la Catalogne fut détachée du royaume d'Espagne en janvier 1812 pour être directement soumise à l'autorité de l'Empereur.

Les Provinces illyriennes étaient composées par les territoires occupés entre 1805 et 1806 , elles regroupaient des zones aujourd'hui autrichiennes, croates, italiennes, et slovènes. Elles furent reconquises par l'Empire d'Autriche en 1813.

Repost 0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 21:41

La cour impériale était composé 

- des princes membres de la famille de Napoléon,

- des grands dignitaires,

- des grands officiers de la couronne,

- et  d'une cohorte d'écuyers, de hérauts d'armes et de pages,

Tous ces gens étaient destinés à glorifier l'Empereur aux yeux des Français et des étrangers. 

Cette cour était un moyen d'attirer les nobles de l'Ancien Régime et de contrôler les grands de l'Empire. 

Napoléon échoua dans sa volonté de renouveler les fastes de Louis XIV

En 1808, Napoléon créa une noblesse impériale.

Aux princes et aux ducs s'ajoutèrent des comtes, des barons et des chevaliers. 

 Contrairement à l'ancienne, la nouvelle noblesse était  largement ouverte au mérite et au talent, elle ne disposait pas de privilèges, hormis les titres honorifiques, qui marquaient l'utilité sociale de quelques-uns.

Pour le choix des membres de cette noblesse, les critères appliqués étaient la fortune ou le mérite acquis au service de l'État :

* 59 % des 3 263 personnages annoblis sous l'Empire furent des militaires,

* 22 % des hauts fonctionnaires, préfets, évêques ou magistrats,

* 17 % des notables, membres des collèges électoraux, maires ou sénateurs.

* La part laissée au monde du commerce et de l'industrie fut restreinte,

* comme le fut celle des artistes et des hommes de lettres.

Les milieux sociaux les plus représentés furent la noblesse de l'Ancien Régime, les « comtes refaits » (22 %), et la petite et la moyenne bourgeoisie française, belge ou hollandaise.

Cette noblesse était un instrument politique , Napoléon espèrait  fondre la noblesse de l'Ancien Régime dans la nouvelle .

Il cherchait  à rapprocher l'ancienne et la nouvelle élite. Elle était  un outil fidèle et dévoué du despotisme.

Repost 0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 16:13

Sacre de Napoléon Ier

Sacre de Napoléon 1er, empereur des Français

L’Empire

Ce régime politique fut établi en France le 18 mai 1804 par Napoléon Ier et  dura jusqu'au 6 avril 1814.

 

L'établissement de la monarchie impériale résulta de la Constitution de l'an XII, le 18 mai 1804,  approuvé massivement par plébiscite le 6 novembre, qui confia le gouvernement de la République

au Premier consul avec le titre d'Empereur des Français,

et proclama la dignité impériale héréditaire dans la descendance directe, naturelle et légitime de Napoléon Bonaparte.

 

 Le nouveau régime compléta ses attributs par le sacre à Notre-Dame de Paris de Napoléon Ier le 2 décembre 1804, par la création d'une cour avec sa hiérarchie, grands dignitaires, grands officiers civils et militaires, dont dix-huit maréchaux et d'une noblesse d'Empire 1806 et 1808.

 

La police, confiée à Fouché puis en 1810 à Savary, forte de ses multiples informateurs officiels et secrets, était l'instrument du règne par excellence.

  • Elle violait le secret des correspondances,
  • Faisait comparaître des suspects devant des magistrats serviles
  • Les enfermait arbitrairement ;

 On  dénombra environ 2 500 arrestations « politiques » durant tout l'Empire.

 La liberté individuelle n'était pas respectée.

La liberté d'opinion fut abolie :

  • journaux,
  • livres,
  • pièces de théâtre

étaient  censurés.

 

La direction des esprits fut complétée par la mainmise :

- sur l'Église de France, chargée d'enseigner le catéchisme impérial, publié en 1806, qui imposait le devoir d'obéissance à l'Empereur

« Honorer l’Empereur,

c'est honorer et servir Dieu lui-même »,

 - et sur l'enseignement, dont le monopole fut donné à l'Université impériale par la loi du 10 mai 1806 et le décret du 17 mars 1808, c’est  elle qui :

* décernait les grades, baccalauréat et licence,

*  réglait la vie et les programmes des professeurs de l'enseignement public ou de l'enseignement privé, toléré mais surveillé,

* et devait  modeler l'opinion morale de la jeunesse.

Repost 0

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens