Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 19:52

Louise de Lorraine Vaudémont

naquit le 30 avril 1553 au château de Nomeny  et décéda  à Moulins le 29 janvier 1601.

Elle était issue de la branche de Vaudémont, branche cadette de la maison de Lorraine. Louise était donc cousine des Guise et du duc Charles III de Lorraine. Très jeune, Louise fut prise sous la coupe de la Duchesse de Lorraine qui en fit sa lectrice.

Le futur Henri III passa par Nancy et remarqua la jolie Louise, douce et intelligente, mais il était  tout à sa passion pour Marie de Clèves, l’épouse d'Henri de Bourbon prince de Condé.

Le prince Henri de Bourbon n'était pas destiné à régner. Sous le règne de son frère Charles IX, il s'illustra comme chef de l'armée royale en remportant sur les protestants les batailles de Jarnac et de Moncontour. À  21 ans, il se porta candidat pour le trône vacant de Pologne et le 11 mai 1573, il fut élu sous le nom d'Henryk Walezy, roi de Pologne et grand-duc de Lituanie. Son règne ne dura pas plus d'un an, puisqu'à l'annonce de la mort de son frère, décédé sans descendant mâle, il abandonna son royaume pour lui succéder sur le trône de France.

 La princesse de Condé décéda peu de temps après son retour de Pologne. Henri III devint l’objet de harcèlement de sa mère qui voulait le voir marié devant  pour assurer sa descendance.

 Il refusait toutes les « princesses étrangères » proposées par  sa mère Catherine de Médicis, ce qui la mettait dans une rage folle. Dans le fond de son cœur, le prince Henri avait gardé le merveilleux souvenir de la douce, modeste et tendre princesse de Lorraine, qui de plus, ressemblait physiquement à Marie de Clèves.

Repost 0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 19:35

Le 6 mai 1821 à vingt heures

l'empereur Napoléon 1er rendit son dernier soupir au terme de huit semaines d'agonie,

Napoléon fut autopsié par  Francesco Antommarchi. Le chirurgien corse était son médecin traitant depuis près de deux ans.  Napoléon  avait demandé à  être autopsié, afin que son fils, « l’aiglon » soit averti, si une tumeur héréditaire était décelée.

En exil, depuis 1815 sur l’île de Sainte-Hélène, l'empereur se plaignait souvent de douleurs digestives. Son père était mort à moins de 40 ans d'une tumeur du pylore.

Le premier compte rendu d'Antommarchi, daté du 8 mai 1821, était relativement court. Son contenu, et celui des autres rapports, sont reproduits dans l'ouvrage des médecins Jacques Bastien et Roland Jeandel , « Napoléon à Sainte-Hélène. Etude critique de ses pathologies et des causes de son décès »

A l'époque, les diagnostics ne reposaient que sur l'examen macroscopique, c'est-à-dire à l'oeil nu, des tissus. Ce n'est que quelques décennies plus tard que se développa l'anatomopathologie (analyse au microscope), qui permit  d'affirmer  avec certitude la nature des lésions.

Plus récemment, en confrontant les données des autopsies aux dossiers de plus de cent patients atteints d'ulcère bénin ou de cancer gastrique, Alessandro Lugli, associé à une équipe internationale, a conclu que Napoléon avait souffert d'une forme  de cancer ulcéré, à une phase avancée. « Un ulcère, même non traité, ne peut avoir cet aspect. Le caractère malin peut aussi être affirmé par l'examen macroscopique ». Il  souligne, qu’encore à l'heure actuelle  le mauvais pronostic, des tumeurs à ce stade ont moins de 50 % de survie. Le docteur Frédéric Maître, anatomopathologiste et légiste,  appuie la démonstration de son confrère suisse.

Repost 0
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 19:34
alt=Description de l'image A la mémoire de J.M. Jacquard.jpg.  Le grand inventeur, Joseph-Marie Jacquard
 

Bonaparte s'efforça de rétablir les finances de l’État. Il appliqua un système de collecte d'impôts stable et égal, par la création d'un corps de percepteurs et contrôleurs. La Banque de France fut crée en 1800 regroupant des associations privés, la nouvelle monnaie, le " franc germinal" fut distribuée  dès 1803 

S'inspirant des mesures de Colbert, Napoléon ferma les frontières aux produits étrangers, créant une condition d'autarcie destinée à favoriser la production intérieure. L'industrie cotonnière fut une bénéficiaire privilégié. Des industriels comme Dollfuss à Mulhouse ou Richard Lenoir à Paris adoptèrent des machines anglaises.

L'industrie lainière connut  un essor important. L'industrie du fer se développa avec l'extraction de minerais en Lorraine. En agriculture, les produits coloniaux comme le café et le sucre de canne, furent rejoint par la chicorée et le sucre de betterave.

Napoléon porta toujours un intérêt certain aux progrès techniques et scientifiques.  Alexandre Volta lui présenta, en 1800,  sa découverte : la pile électrique

A Lyon, beaucoup d’artisans tissaient la soie chez eux. Souvent, c’était un jeune apprenti, couché sous le métier, qui tirait les fils. Joseph-Marie  Jacquard, lui aussi, passait ses journées sous le métier de ses parents. Il tomba malade, dut abandonner son premier travail et devint relieur. Mais Joseph-Marie Jacquard ne cessait de penser à des mécaniques qui feraient une partie du travail de l’homme et de l’enfant.

Après bien des essais, en 1800, il finit par construire cette machine qui, depuis porte son nom : « le métier Jacquard » qui permet à un seul ouvrier de faire le travail de plusieurs, en moins de temps et avec moins de fatigue.

Mais les ouvriers de Lyon craignaient d’être remplacés par les machines. Ils cassèrent le métier de Jacquard en jetèrent les débris dans le Rhône. Jacquard ne se découragea pas  et en fabriqua un autre.

Douze ans après, 12 000 métiers Jacquard fonctionnaient en France. Sur une place de Lyon, les tisserands élevèrent une statue à « Jacquard », simple ouvrier et grand inventeur.

Repost 0
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 15:23

L'Aiglon, le duc de Reichstadt

L'Empereur Napoléon s'était éteint le 5 mai 1821 après des souffrances souvent, insupportables !

Pendant ce temps, Marie-Louise vivait maritalement avec Neipperg, dont elle eut deux fils !

Devenue veuve, Marie-Louise se mit en accord avec sa conscience et légalisa sa relation avec Neipperg . Elle l' épousa  le 8 août 1821 par un mariage morganatique secret car le rang de son mari était inférieur au sien. Les enfants de Marie-Louise, accompagnés de leur gouvernante et de leur précepteur. vinrent  habiter dans une annexe du palais ducal .

Le 22 février 1829, Neipperg décéda . Marie-Louise en fut très touchée , mais la Cour de Vienne lui interdit de porter publiquement le deuil.

Le testament de Neipperg parle en termes clairs du mariage et des enfants, que la duchesse voulait  adopter. Vienne reconnut officiellement leur existence au moyen d'une confession écrite établie par Marie-Louise, le 17 mars 1829, qui est versée dans les « Actes secrets » des archives d'État.

Cependant, elle ne fut pas autorisée à reconnaître, ni à adopter ses enfants.

L'empereur François 1er d'Autriche révèla au duc de Reichstadt que Neipperg, l'homme qui venait lui rendre visite de temps en temps, et qu'il estimait, était son beau-père. Quand il apprit par la suite qu'il avait deux demi-frères, le prince parla de sa  mère sans la blâmer mais confia à ses proches « "bonne mais faible" »  Puis, apprenant le remariage de sa mère, il suspendit toute correspondance avec elle.  

  Le duc de Reichstadt était éduqué selon les principes des Habsbourg et  poursuivait une carrière militaire avec des manoeuvres éreintantes. Il devint officier à 17 ans, en 1828. Il faisait preuve d'une grande intelligence et savait développer des stratégies efficaces, son grand-père, l'Empereur François II en était fier. En raison de sa croissance qui l'a fait devenir un garçon mince et grand, de presque un mètre quatre-vingt-dix. le jeune homme aurait eu besoin d'un suivi de sa santé

A vingt ans, après des manoeuvres intensives sous la pluie et dans le froid, il tomba malade. Les médecins de la Cour diagnostiquèrent  la tuberculose et conseillèrent un repos dans le sud de la France ou en Italie mais L'Empereur refusa. La maladie  consuma Le Duc de Reichstadt  jusqu'à sa mort.  Début juin 1832, son état se dégrada . Sa mère, Marie-Louise n'était pas tenue informée de la santé de son fils, parce que Vienne la souhaitait à Parme en raison de la situation politique délicate. Quand enfin,  Vienne la mit au courant, Marie-Louise n'hésita pas à partir. Mais elle perdit du temps à Trieste, car l'empereur arriva en retard. Le 24 juin, elle vit enfin son fils. Il s'éteignit le 22 juillet 1832, en invoquant sa mère qui était à son chevet. La mort de son fils la plongea dans un profond désarroi. Son grand-père et toute la cour autrichienne le pleurèrent

Le sort malheureux de l'Aiglon, fils d'empereur déchu et d'une beauté délicate et  mélancolique, lui avait valu de la sympathie et de la compassion, en particulier de sa tante Sophie de Bavière.

Repost 0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 16:18

  Mort de Napoléon

Napoléon décéda le 5 mai 1821.. Personne n'avertit l'ex-impératrice et ce ne fut que le 19 juillet suivant, alors qu'elle était à la Villa Sala avec Neipperg et ses enfants, que Marie-Louise, comme une personne ordinaire, en fut  informée par un article de la Gazzetta del Piemonte.

En lisant cette nouvelle, elle se confia à son amie Victoire :

<< ...je vous avoue que j'en ai été très touchée, parce que, même si je n'ai jamais eu de sentiments très vifs de quelque type que ce soit pour lui, je ne peux pas oublier qu'il est le père de mon fils et que loin de me maltraiter comme le monde le pense, il m'a toujours témoigné tous les égards, seule chose que l'on puisse souhaiter dans un mariage politique. J'en suis, par conséquent, très troublée, et bien que nous devrions être contents qu'il ait fini son existence malheureuse d'une manière aussi chrétienne, moi je lui aurais souhaité de nombreuses années de bonheur et de vie, à condition qu'il soit loin de moi. Dans l'incertitude de ce qu'est la vérité, je me suis installée à Sala, ne voulant pas aller au théâtre, jusqu'à ce que l'on sache quelque chose de certain »

Quelques jours plus tard, le 24 juillet, Marie-Louise écrit à son fils qui a 10 ans :

« Je suis sûre que vous ressentirez cette douleur profondément, comme je la sens moi-même, parce que vous seriez un ingrat si vous oubliez toute la bonté qu'il a eue pour vous dans votre petite enfance, je suis aussi certaine que vous chercherez à imiter ses vertus, tout en évitant les pièges qui ont fini par le perdre >>

Napoléon expira le 5 mai 1821 à Longwood, sur l’île de Sainte-Hélène, à dix-sept heures quarante-neuf, il était âgé de cinquante et un ans, huit mois, vingt jours.

Le lendemain, le gouverneur de l'île, sir Hudson Lowe, vint en personne avec son état-major et le commissaire français, le marquis de Montchenu, constater officiellement le décès du « général Bonaparte ». En sortant de Longwood, il a déclaré à son entourage :

« Hé bien, Messieurs, c'était le plus grand ennemi de l'Angleterre et le mien aussi ; mais je lui pardonne tout. À la mort d'un si grand homme, on ne doit éprouver qu'une profonde douleur et de profonds regrets. »

Repost 0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 17:52

  L'Impératrice Marie-Louise avec son fils,  le  Roi de Rome

Le 20 mars 1811, Marie-Louise  donna naissance à un fils qui

prit le titre de Roi de Rome et que l'on surnomma l'Aiglon.

La grossesse ne présenta pas de problèmes particuliers et le titre de l'enfant fut choisi :  

<< roi de Rome, si c'est un garçon,  princesse de Venise s'il s'agissait d'une fille>> 

Des complications eurent lieu lors de l'accouchement qui dura douze heures. . La poche amniotique ayant crevé, les vies de l'enfant et de la mère étaient  menacées. Le docteur Dubois demanda alors à Napoléon Ier : << qui sauver en cas de danger.? >>

Napoléon répondit sans hésitation :

« Allons donc, ne perdez pas la tête , sauvez la mère, ne pensez qu'à la mère ! La nature n'a pas de loi, Monsieur : faites comme s'il s'agissait d'une petite bourgeoise de la rue Saint-Denis. Conduisez-vous exactement comme si vous attendiez le fils d'un savetier » 

Cette réponse était contraire à l'usage qui aurait été de sauver l'enfant ce qui équivalait à sauver l'alliance autrichienne. Napoléon pensait que Marie-Louise pourrait lui donner d'autres héritiers

La vie de l'Impératrice Marie-Louise se déroulait selon une étiquette minutieuse et mise en place par l'Empereur lui-même. . L'étiquette régissait toutes les activités de la jeune femme et l'enferma dans une cage dorée. Elle accomplissait  sa tâche de représentation avec  conscience et tenait son rang avec dignité.
En 1813, lorsque Napoléon partit combattre en Allemagne, après le désastre en Russie il laissa la régence à Marie-Louise , en limitant toutefois ses pouvoirs politiques. Il revint à Paris, après la défaite de Leipzig.
Le matin du 25 janvier, Napoléon fit ses adieux à son fils et à sa femme en larmes, ils ne se reverront jamais plus.
Le 28 mars, l'ennemi était aux portes de la ville, Marie-Louise désirait rester, mais Napoléon préféra  la voir partir avec  son fils en direction de la vallée de la Loire.

Par courrier, elle implora l'Empereur de pouvoir le rejoindre et le suivre à l'île d'Elbe.

Mais son père, l'empereur François,  la persuada de venir se reposer à Vienne. Elle partit   suivre une cure thermale à Aix, sous la surveillance du comte de Neipperg. Quant au jeune prince, le roi de Rome, il  fut gardé  à Vienne.

Marie-Louise  se laissa séduire par Neipperg et abandonna toute idée de retour vers son époux.

 Les Français  reprochèrent à Marie-Louise  d’avoir abandonné Napoléon au moment de la débâcle,

Repost 0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 11:03

L'impératrice Marie- Louise

Peinture représentant l'impératrice Marie-Louise.
     

 

 

 

 

 

 

 

Des réceptions en l' honneur de Marie-Louise eurent  lieu à Strasbourg et à Nancy.

La rencontre avec l'empereur était prévue à Soissons le 28 mars. Impatient, l'empereur ne se contint pas et alla à la rencontre du carrosse à Compiègne, où ils arrivèrent le 27 mars à 21h30. Marie-Louise fut  présentée à la cour.

Napoléon décida d'enfreindre le protocole : le soir même, il initia sa jeune épouse à ses devoirs conjugaux après avoir demandé à l'évêque de Nantes si le mariage par procuration à Vienne lui conférait les droits du mari sur sa femme. Suite à une réponse positive, il décida de s'unir avant la cérémonie à Paris.

Napoléon s'amouracha rapidement de Marie-Louise, dont il admirait la noblesse de la naissance et les vertus domestiques. Marie-Louise se révéla être  une épouse idéale pour l'empereur, elle avait été formée à obéir dès son enfance, elle était dévote, affectueuse et ne s'ingérait  pas dans les affaires politiques. Napoléon disait souvent :  Marie-Louise est une « enfant délicieuse », elle tutoyait  son mari à la grande surprise des courtisans et elle l'appelait « Nana » ou « Popo ».

 Metternich tenta de pousser l'impératrice à exercer un certain contrôle sur son mari et à l'amener à pratiquer une politique pro autrichienne, mais Marie-Louise refusa

 Plus tard, Napoléon, au cours de son exil à l'île d'Elbe, évoqua sa première nuit   avec Marie-Louise :

 « Je suis allé vers elle et elle fit tout en riant. Elle a ri toute la nuit ». Le lendemain matin,  il glisse à son aide de camp Savary :

 « Mon cher, épousez une Allemande, ce sont les meilleures femmes du monde, douces, bonnes, naïves et fraîches comme des roses ! »

Bien qu'aimée et appréciée par l'empereur, Marie-Louise était, pour les Français, la nouvelle « Autrichienne ».

Dans ses lettres adressées à son père, elle disait être heureuse mais laissait parfois transparaître une certaine amertume.

Le poète Lamartine en parlait comme << d' une statue de la mélancolie du septentrion abandonnée au milieu d'un camp français, parmi le fracas des armes »

Ayant grandi dans l'ambiance dévote de Vienne, Marie-Louise se rendait à la messe du dimanche et des différents jours fériés religieux. Dans les limites consenties par son mari et sous le strict contrôle de l'appareil d'État, elle s'occupait aussi d’œuvres  de charité

Repost 0
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 16:48

       L'impératrice Marie-Louise.

Marie-Louise de Habsbourg Lorraine 

naquit le 12 décembre 1791 à Vienne au Palais de la Hofburg. Elle était la fille de l'archiduc François de Habsbourg Lorraine et de Marie-Thérèse de Bourbon Sicile. Ses deux parents avaient  pour grand-mère la grande impératrice Marie-Thérèse d'Autriche et pour tante Marie-Antoinette, la malheureuse reine de France.
Marie-Louise, archiduchesse et élevée par des gouvernantes, connut une enfance bourgeoise et heureuse, malgré les exils auxquels furent contraints les siens. Elle nourrissait, à l'égard des Français, une véritable aversion. Elle fut élevée dans la haine de celui, qu'elle appelait "l'ogre corse"  

 

A 18 ans, Marie-Louise ne fut jamais tenue au courant des négociations où elle fut donnée en mariage à Napoléon. Elle a écrit, le 23 janvier 1810,  à son amie Victoire :

« Je sais qu'à Vienne, ils me voient déjà mariée avec le grand Napoléon, j'espère que cela ne se fera pas … »

Ce mariage avait aussi pour objectif d'apaiser les relations entre la France et l'Autriche, qui avaient connu 18 ans de guerre.

« C'est un ventre que j'épouse ! » déclara  Napoléon

Lorsque Metternich informa officiellement l'archiduchesse de son prochain mariage, Marie-Louise se plaignit auprès de son père qui se justifia en disant que l'accord avait été pris par ses ministres, sans qu'il n'en sache rien. Cette excuse  est  peu probable, on ne peut pas imaginer que les négociations aient été menées sans qu'il en soit informé.

 Marie-Louise accepta  de se

« sacrifier pour le bonheur de l'État »

Repost 0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 19:17

  Château de Malmaison à Rueil-Malmaison

 

Joséphine ne pouvait plus avoir d'enfant. Elle  tenta de régler le problème dynastique  en mariant sa fille Hortense à son beau-frère Louis Bonaparte.

En 1802, Hortense mit au monde un premier fils, mais Louis Bonaparte refusa de le voir adopter par Napoléon 1er .

Joséphine ayant déjà deux enfants, Napoléon croyait être stérile jusqu’au jour où une dame du palais de sa femme lui donna un fils, le comte Léon,

et sa jolie maîtresse polonaise, la comtesse Marie Walewska, lui en donna un autre .

Son frère refusant de lui laisser adopter ses fils, Napoléon Bonaparte se décida  à répudier son épouse ,  pour asseoir son pouvoir en fondant une dynastie.

Le divorce fut signé le 15 décembre 1809 et prononcé par un sénatus-consulte le 16 décembre 1809, le mariage religieux fut annulé début 1810, par l'Officialité de Paris, la cour de Vienne exigeant l'intervention de l'autorité ecclésiastique afin de mettre le mariage de Napoléon avec Marie-Louise d'Autriche hors de toute contestation .

 Napoléon permit  à Joséphine de conserver le titre d’impératrice douairière en lui donnant l'Élysée, le château de la Malmaison et son domaine de 800 hectares, ainsi que le château de Navarre près d'Évreux, faisant Joséphine duchesse de Navarre par lettres patentes impériales signées le 9 avril 1810.

Repost 0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 18:01

L’impératrice Joséphine  Joséphine de Beauharnais

 

Joséphine de Beauharnais,

la première épouse de Napoléon 1er,  naquit le 23 juin 1763 aux Trois Îlets en Martinique et décéda le 29 mai 1814  au château de Malmaison à Rueil-Malmaison. Elle fut l'épouse de l’empereur Napoléon Ier de 1796 à 1809,  impératrice des Français de 1804 à 1809 et reine d'Italie de 1805 à 1809.

 

Elle était issue d'une famille de riches colons martiniquais, dont la famille paternelle était originaire du Thymerais, de Marchenoir dans le Loir-et-Cher. Ils  exploitaient une plantation de canne à sucre sur laquelle travaillaient plus de cent cinquante esclaves africains.

L'appellation « Joséphine de Beauharnais » est incorrecte.  Elle n'a jamais été appelée ainsi de son vivant. Du temps de son mariage avec Alexandre de Beauharnais, elle se prénommait Marie Josèphe Rose. C'est Napoléon qui lui donnera le nom de Joséphine

 

Le couple Marie Josèphe Rose (Joséphine de Beauharnais) et Alexandre de Beauharnais donna naissance à deux enfants :

  • Eugène Rose (1781-1824, vice-roi d’Italie, il épousa en 1806 Augusta Amélie de Bavière (1788-1851), et fut à l'origine des ducs de Lichtenberg dont plusieurs descendants épousèrent des monarques européens.
  • Hortense Eugénie Cécile (1783-1837),  épousa en 1802 un frère de Napoléon,  Louis Bonaparte, plus tard roi de Hollande, et fut la mère de Napoléon III et du duc de Morny

 Devenue veuve, elle fut la maîtresse de Barras dont elle était éprise mais qui était déjà marié. Elle était  une femme entretenue par ses nombreux amants. Barras se détacha d'elle et pour s'en débarrasser il lui présenta, dans son propre hôtel, lors d'un dîner le 15 octobre 1795, un officier en disponibilité, Napoléon Bonaparte, censé lui apporter une certaine stabilité financière et une position convenable dans le monde..

La veuve Beauharnais accepta ce mariage sans amour de sa part, mais convaincue des capacités de son époux à se tailler une place dans les sphères les plus hautes du pouvoir.

Napoléon,  très épris, jaloux et possessif, transforma le deuxième prénom de sa promise, Josèphe, en Joséphine, peut-être pour ne pas avoir à prononcer un prénom déjà susurré par trop d'amants.

Repost 0

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens