Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 09:46

Le mariage d'amour de Clovis !

 

En 492 , Clovis, désireux de se marier, envoie un ambassadeur informer Clotilde qu’il désire l’épouser.

L’année suivante, il fait sa demande officielle auprès de Gondebaud, oncle de Clotilde et roi des Burgondes  Ce dernier n’est pas très enclin à accepter : il craint ce roi ambitieux et belliqueux. En même temps, une alliance politique avec un homme tel que Clovis pourrait être utile contre les Goths. A contrecoeur, il donne son accord : Clotilde prend la route pour rejoindre son futur époux.

Mais la saga ne s’arrête pas là ! Gondebaud change d’avis et envoie un détachement récupérer la princesse. Mais cette dernière, amoureuse du beau roi francet se doutant un peu que ce genre de chose pouvait arriver, avait, dès le début de son voyage , refusé le char qu’on lui proposait pour la conduire.Clotilde tenait à son "prince charmant" et brava toutes les oppositions !

En excellente cavalière, c’est en cinq jours qu’elle a rejoint son futur époux sous l’admiration de l’escorte que Clovis lui avait envoyée.

Clovis et Clotilde se marient enfin à Soissons. Suivant la tradition des Francs, il n’y a pas de cérémonie. Les époux se donnent simplement l’un à l’autre. S’imposant très rapidement, Clotilde va exiger du roi la fidélité, exception faite pour sa première femme qui lui avait donné son premier fils Thierry.

 

Repost 0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 18:38

Jean Du Tillet, Clovis Ier roy crestien. Recueil des rois de France. Portrait du XVIème siècle réalisée d'après le gisant de l'église Sainte Geneviève.               CLOVIS

 

Né vers 465, mort à Paris en 511, roi des Francs de 481 à 511 Clovis 1er est le fils de Childéric 1er.

A la mort de son père en 481, les Francs inhument leur roi à Tournai (actuellement en Belgique du Nord). Clovis hérite d’un petit royaume qui s’étend entre la mer au Nord, l’Escaut à l’Est, les diocèses de Thérouane et de Boulogne à l’Ouest et celui de Cambrai au Sud.

Rapidement Clovis élimine le dernier représentant romain qui dirige le pays situé entre la Somme et la Loire. Il prend Soissons en 486 pour en faire sa capitale.

A l’issue de cette prise, ses guerriers pillent la ville. Lors du partage du butin qui se fait par tirage au sort, Clovis reconnaît un vase appartenant à l’évêque de Soissons. Il désire le garder pour lui afin de la restituer pour des raisons politiques. Mais un de ses hommes ne l’entend pas cette oreille : Furieux que le roi ne respecte pas la coutume, il jette le vase au sol et le brise avec son épée.

En 487, lors d’une revue de ses troupes, Clovis reconnaît le soldat et lui reproche la mauvaise tenue de ses armes. Il lui arrache sa francisque et la jette au sol. Pendant que l’homme se baisse pour la récupérer, Clovis lui brise la tête en s’écriant : « Ainsi as-tu fait du vase de Soissons ». Bien que faisant partie des coutumes, cette vengeance fera que plus aucun soldat n’osera contester l’autorité du roi.

Repost 0
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 23:22

http://www.xoeditions.com/livres/le-livre-noir-de-la-condition-des-chretiens-dans-le-monde/

Le livre noir de la condition des chrétiens dans le monde

Andrea Riccardi, Jean-Michel Di Falco, Timothy Radcliffe

Documents

Ouvrage coordonné par Samuel Lieven

Les chrétiens : une civilisation en péril ?

Pour la première fois, un livre dresse un tableau complet  des persécutions subies par les chrétiens dans le monde

La religion chrétienne est aujourd’hui la plus menacée au monde.  150 à 200 millions de chrétiens (catholiques, protestants, orthodoxes) sont discriminés ou persécutés à travers la planète. Au Proche-Orient, en Afrique subsaharienne, en Asie, les chrétiens sont la cible de groupes armés et d’organisations terroristes. Ils subissent aussi des pressions sociales et des répressions d’appareils d’État. Surveillance, intimidations, assassinats, « épuration religieuse » comme en Irak sur le territoire de l’État islamique : la condition des chrétiens provoque une inquiétude de plus en plus forte dans la communauté internationale.
Plus qu’une question de liberté religieuse, cette hostilité grandissante compromet l’existence même d’une civilisation et de ses valeurs. Le sort des chrétiens interpelle non seulement les croyants, mais aussi les non-croyants, les intellectuels, les gouvernements et les organisations non-gouvernementales.
Plus de 70 témoignages, reportages et analyses d’experts de 17 nationalités

Dirigé par le français Jean-Michel di Falco, le britannique Timothy Radcliffe et l’italien Andrea Riccardi, le Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde, coordonné par Samuel Lieven, regroupe les contributions des plus grands experts mondiaux : historiens, journalistes, observateurs, représentants d’oNG et personnalités religieuses. 
 

un "livre noir de la condition des Chrétiens dans le monde" vient de sortir aux éditions XO (814 pages, 24€90 lien ci-dessus).
> pour Mgr Ramzi Garmou, Archevêque Assyro-Chaldéen de Téhéran, l'heure n'est plus aux atermoiements : "Ne faut-il pas
> identifier les causes réelles de cette catastrophe?, il ne suffit plus de trouver des remèdes calmants !". à faire connaître d'urgence !!

Repost 0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 13:08

Anne de Bretagne

Fille de François II, duc de Bretagne, auquel elle succéda en 1488, elle épousa Charles VIII en 1491. Après la mort de ce dernier (1498), elle se remaria avec Louis XII (1499). Reine de France pour la seconde fois, elle conserva le gouvernement de la Bretagne dont elle sauvegarda l'indépendance.

·  1483-1498 Règne de Charles VIII, roi de France. Mariage de Charles VIII et d'Anne de Bretagne.

·  1499 Mariage d'Anne de Bretagne, veuve de Charles VIII, avec Louis XII. Le contrat de mariage assure l'indépendance de la Bretagne

Anne de France ou Anne de Beaujeu

Duchesse de Bourbon .

Fille aînée de Louis XI et de Charlotte de Savoie, elle épousa en 1474 Pierre, sire de Beaujeu, futur duc de Bourbon, avec lequel elle gouverna le royaume de France de 1483 à 1491 au nom de son frère Charles VIII. Poursuivant l'œuvre de Louis XI, elle brisa la révolte des grands féodaux (guerre folle, 1485-1488) et prépara la réunion de la Bretagne à la France en mariant Charles VIII à Anne de Bretagne (1491).

 

Louis XII

(Blois 1462-Paris 1515), roi de France (1498-1515), fils de Charles d'Orléans et de Marie de Clèves, et arrière-petit-fils de Charles V.

Durant la minorité de son cousin Charles VIII, il prend part à la révolte nobiliaire (Guerre folle) contre la régente Anne de Beaujeu (1485-1488). Vaincu, prisonnier, libéré par Charles VIII, il sert la politique du roi et participe à son expédition en Italie (1494-1495). À la mort de Charles VIII, il devient roi (1498), réunissant au domaine royal ses duchés d'Orléans et de Valois ; puis, pour maintenir l'union (personnelle) du duché de Bretagne à la France, il épouse en 1499 Anne de Bretagne, veuve de Charles VIII, après avoir obtenu du pape Alexandre VI l'annulation de son mariage avec Jeanne de Valois, fille de Louis XI (1498). Le roi est dominé par la volonté de conquérir puis de garder le royaume de Naples perdu par Charles VIII (1495), et le duché de Milan, qu'il revendique en tant que petit-fils de Valentine Visconti. (→ guerres d'Italie.) Maître du royaume de Naples en 1501, il en est chassé par les Espagnols dès 1504 ; vainqueur des Vénitiens, ennemis du pape, à Agnadel (1509), il voit se fomenter contre lui la Sainte Ligue, formée par Jules II (1511). La défaite de Novare (1513) lui fait perdre le Milanais, alors que les Anglais et les Suisses envahissent la France. Ayant réussi à dissocier la Sainte Ligue (1514) et à faire la paix, Louis épouse en troisièmes noces Marie d'Angleterre. Il meurt peu après, laissant la couronne à son cousin François Ier, qu'il a uni à sa fille Claude. Louis XII avait favorisé la prospérité du royaume en maintenant la paix intérieure. Il améliora le fonctionnement de la justice par la grande ordonnance de Blois (1499), code d'organisation judiciaire et de procédure civile et criminelle.

 

 

Repost 0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 20:18

Anne de Bretagne (1477-1514),

 

héritière du duché de Bretagne, épouse en 1491 le roi de France, première étape, mais très décisive, de l'union du duché de Bretagne au royaume de France. Cette union devient définitive en 1532.

 

Elle est un enjeu central dans les luttes d’influence qui aboutiront après sa mort à l’union de la Bretagne à la France. Elle a également été élevée dans la mémoire bretonne en un personnage soucieux de défendre le duché face à l'appétit de ses voisins.

Il est probable qu’elle reçoit l’éducation d’une jeune noble de son temps : elle apprend à lire et à écrire en français, peut-être un peu de latin. Contrairement à ce que l’on retrouve parfois, il est peu probable qu’elle ait appris le grec ou l’hébreu et n'a jamais parlé ni compris le breton, langue à laquelle les milieux nantais où elle évolue sont étrangers. Elle est élevée par une gouvernante : Françoise de Dinan, comtesse consort de Laval Elle a plusieurs précepteurs, tel son maître d'hôtel, le poète de cour Jean Meschinot (de 1488 à la mort de celui-ci en 1491), qui, lors des loisirs d'Anne, va chasser au faucon avec elle. On lui aurait peut-être enseigné la danse, le chant et la musique.

Une ambassade allemande dirigée par Wolgang de Polham arrive en Bretagne, porteuse d'une lettre demandant la main de la duchesse Anne de Bretagne. La mariage est avalisé le 16 décembre 1490 par les Etats de Bretagne réunis à Vannes. Mais Maximilien, retenu en Allemagne, ne peut être présent pour le mariage. Une coutume allemande est alors proposée. Après une messe solennelle, célébrée par l'évêque Guibé, dans la cathédrale de Rennes, le 19 décembre 1490, une cérémonie particulière est organisée le soir même en présence des conseillers d'Anne et de Maximilien :

« Anne couchée sur un lit de parade avait sorti sa jambe gauche dénudée, et Wolgang debout à côté du lit, aurait mis sa jambe gauche à côté de celle d'Anne pour signer l’union de son maître avec la duchesse ».

Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 13:20

De Jean V à La Grande Anne de Bretagne

Jean V le Sage
(24 décembre 1389 - 29 août 1442) Fils de Jean IV

François Ier le Bien-Aimé
(11 mai 1414 - 18 juillet 1450 ) Fils de Jean V et de Jeanne de France

Pierre II le Simple
(7 juillet 1418 - 22 septembre 1457) Fils de Jean V et de Jeanne de France

Arthur III le Justicier ou le Connétable de Richemont
(24 août 1393 - 26 décembre 1458 Fils de Jean IV et de Jeanne de Navarre

François II
(23 juin 1433 - 9 septembre 1488)  Fils de Richard d'Étampes, petit-fils de Jean IV

Anne,  Duchesse de Bretagne


(25 janvier 1477 - 9 janvier 1514) 

 

Reine consort de Germanie et archiduchesse d'Autriche par son mariage avec Maximilien Ier, elle fut également reine de France par son mariage avec Charles VIII et à nouveau reine de France et de Naples et duchesse de Milan par son mariage avec Louis XII.

ANNE de Bretagne (1488-1514), née à Nantes le 26 janvier 1477, duchesse en 1488, décédée le 9 janvier 1514 (au château de Blois).

Fille aînée de François II et de Marguerite de Foix.

Deux fois reine de France, elle épousa successivement :

- Le 6 décembre 1491, le roi Charles VIII, mort le 8 avril 1498 ;

- Le 8 janvier 1499, le roi Louis XII, mort le 1er janvier 1515.  

Anne avait épousé par procuration Maximilien, roi des Romains, lorsque Charles VIII la fit enlever et l'épousa à Langeais.

De Charles VIII, elle eut quatre enfants :

1°- Charles-Orland, né le 10 octobre 1492, décédé le 6 décembre 1495 ;

2°- Charles, né le 8 septembre 1496, décédé le 3 octobre 1496 ;

3°- François, né en 1497, décédé peu de jours après ;

4°- Anne, née en 1498, qui ne vécut pas.

De Louis XII, elle eut aussi quatre enfants :

  1°- Claude, née le 15 octobre 1499 ;

2°- Un fils, né le 21 janvier 1503, décédé en naissant ;

3°- Renée, née le 25 octobre 1510 ;

4°- Un fils, né le 21 janvier 1512, décédé en naissant.

 

Repost 0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:07

La guerre de Succession de Bretagne (1341 - 1364) ou guerre des deux Jeanne est l'une des guerres secondaires qui eurent lieu au cours de la guerre de Cent Ans.Le 30 avril 1341,

le duc Jean III de Bretagne meurt sans descendance malgré trois mariages, avec Isabelle de Valois, Isabelle de Castille et Jeanne de Savoie, et sans avoir désigné son successeur.

Jeanne de Flandre et Jeanne de Penthièvre se disputent l'héritage et poussent leurs maris Jean de Montfort et Charles de Blois à revendiquer le duché. Mais la France et l'Angleterre sont en conflit depuis 1337 et Édouard III s'est proclamé roi de France. Ainsi Jean de Montfort lui prête l'hommage lige alors que Charles de Blois le fait pour son oncle Philippe VI de France.

Les Français capturent Jean de Montfort et installent Charles de Blois en 1341, mais Édouard III débarque à Brest en 1342. Alors que Jean de Montfort est incarcéré et que Jeanne de Flandre sombre dans la folie, une trêve est conclue en 1343. En 1365, par le premier traité de Guérande, Jeanne de Penthièvre renonce au duché en faveur de Jean IV.

Charles de Blois
(1319 - 29 septembre 1364) Époux de Jeanne de Penthièvre, Charles de Blois est proclamé duc par le roi de France, son oncle, Philippe VI de France. Charles de Blois meurt à la bataille d'Auray en 1364

Jean III de Montfort
(1339 – 1399 Fils de Jean II de Montfort, c'est sa mère, Jeanne la Flamme qui poursuit la guerre après la mort de son père. Il commence à prendre part aux opérations militaires en 1357. En 1364, il assiège Auray, aidé par des renforts envoyés par le Prince Noir, il écrase et tue Charles de Blois à la bataille d'Auray. Il négocie avec la duchesse Jeanne de Penthièvre, le premier traité de Guérande en 1365, qui le reconnait comme seul duc de Bretagne.

 

Jean IV " le Conquéreur" ou conquérant
(1339 - 1er novembre 1399) Fils de Jean de Montfort, Jean IV est le vainqueur de la guerre de Succession de Bretagne
. Critiqué pour sa position pro-anglaise, il fut attaqué par le roi Charles V de France qui s'empara brièvement du duché pour le réunir à la couronne. Il dut reconquérir la Bretagne en 1379 suite à l'appel de la même noblesse qui le força à s'exiler quelque temps auparavant.

Repost 0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 17:14

Liens entre Bretagne et Grande-Bretagne

 

Arthur Ier de Bretagne ou Arthur Plantagenêt (29 mars 11873 avril 1203, fils posthume de Geoffroy Plantagenêt et de la duchesse Constance de Bretagne, fut duc de Bretagne de 1201 à sa mort, et héritier désigné au trône du Royaume d’Angleterre, devant succéder à Richard Cœur de Lion. Son prénom est rare pour l’époque mais témoigne de la popularité croissante du mythe d’Arthur chez les Plantagenêt. Enfant, Arthur est élevé dans le duché de Bretagne sous la garde de sa mère Constance et avec l’accord des souverains Henri II Plantagenêt, son grand-père puis de Richard Cœur de Lion, son oncle. Pendant l’hiver 1190, ce dernier, sans enfant, fait savoir qu’il considère Arthur comme son héritier légitime au trône. En mars 1191 Richard obtient du roi de France la reconnaissance de son autorité sur la Bretagne, en tant que duc de Normandie et le droit de recevoir l'Hommage lige du duc breton

 

Guy de Thouars, mort le 13 avril 1213 à Chemillé, troisième fils de Geoffroy IV, vicomte de Thouars et d'Aime de Lusignan.

Il fut du fait de sa femme duc de Bretagne de 1199 à 1201, puis baillistre du duché de Bretagne de 1203 à 1206 et de 1207 à 1213 au nom de sa fille Alix de Thouars dite « de Bretagne ». Guy de Thouars épouse Constance de Bretagne entre août et octobre 1199 après le divorce de cette dernière avec Ranulph de Blondeville comte de Chester l'époux qui lui avait été imposé par Henri II d'Angleterre vers 1189-1189 Son beau-fils Arthur Ier ayant été assassiné le 5 avril 1203 par Jean sans Terre, il lui succède à la tête de la Bretagne en tant que duc baillistre, en qualité de tuteur de sa fille de deux ans, la petite duchesse Alix (ou Aelis), au détriment de sa belle-fille Aliénor (ou Azenor) et du tuteur de celle-ci, Jean-sans-Terre.

Pierre Ier de Bretagne, dit aussi Pierre de Dreux puis Pierre « Mauclerc » puis Pierre de Braine, né vers 1187 à Dourdan, mort le 26 ou 27 mai 1250 en mer, est un noble du XIIIe siècle, d'ascendance capétienne de la maison de Dreux. Il fut baillistre de Bretagne de 1213 à 1237, comte de Richmond et seigneur de Machecoul.

 

Jean Ier le Roux (né en 1217 ou 1218 – décédé le 8 octobre 1286, château de L'Isle), fils de Pierre Mauclerc, baillistre de Bretagne et d'Alix de Thouars, fut duc de Bretagne entre 1221 et 1286 et comte de Richmond en 1268. Jean Ier devint duc de Bretagne en titre en 1221, à la mort de sa mère, mais, comme il était âgé de quatre ans, son père Pierre Mauclerc assure la régence en qualité de baillistre.

 

Jean II de Bretagne (3 ou 4 janvier 1239 – † 18 novembre 1305, Lyon), fils de Jean Ier le Roux, duc de Bretagne, et de Blanche de Champagne-Navarre, fut duc de Bretagne (1286-1305), comte de Richmond (1268-1305) et pair de France. Très proche de son beau-frère, le futur roi Édouard Ier d'Angleterre, et alors seulement comte de Richmond, il l'accompagne à la huitième croisade. Il y rejoint son père et le roi Louis IX. La croisade se termina par la mort du roi en 1270 à Tunis. Alors que son père rentre en Bretagne, il suit Édouard d'Angleterre en Palestine, avec la croisade. En 1285, il accompagna Philippe III le Hardi, roi de France, en guerre contre le roi d'Aragon (Croisade d'Aragon).

 

Arthur II de Bretagne (né le 25 juillet 1261 - mort le 27 août 1312, château de l'Isle à Marzan), fils de Jean II, duc de Bretagne, et de Béatrice d'Angleterre, fut vicomte de Limoges du « droit de son épouse » à compter de 1275 et duc de Bretagne de 1305 à 1312 . Arthur II succède à son père comme duc de Bretagne le 18 novembre 1305. L'investiture du comté de Richmond est transférée par le roi Édouard Ier d'Angleterre le 15 octobre 1306 à son frère cadet Jean de Bretagne. Son règne en Bretagne est tranquille et de courte durée.

 

Jean III le Bon (né le 8 mars 1286 à Châteauceaux, actuel Champtoceaux et mort le 30 avril 1341 à Caen), fils d'Arthur II de Bretagne et de Marie de Limoges, vicomtesse de Limoges, sa première épouse, fut duc de Bretagne (1312-1341), et comte de Richmond (1334-1341). Son long règne de près de trente ans est pour le duché de Bretagne une période de paix et de prospérité . Son refus d'organiser sa succession et sa mort sans descendance provoque la guerre de Succession de Bretagne. Meurt le 30 avril 1341.

Repost 0
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 09:32

Entre illégitimité et enfants reconnus légitimes, la Bretagne navigue ....

 

Hoël III de Bretagne est duc prétendant de Bretagne en 1148 et comte de Nantes de 1148 à 1156. sur son lit de mort, au motif qu’il serait illégitime, le duc Conan III aurait refusé de le reconnaître comme son successeur et institue comme seul héritier, son petit-fils Conan, fils de sa fille Berthe et de son premier époux Alain de Penthièvre, comte de Richmond et place le jeune futur duc sous la tutelle du second époux de sa mère Eudon de Porhoët.

 

Berthe de Bretagne (née en 1114 - décédée en 1156), aussi connu sous le nom de Berthe de Cornouaille, fille de Conan III de Bretagne et de Mathilde d'Angleterre, fille illégitime d'Henri Ier Beauclerc, fut suo jure duchesse de Bretagne de 1148 à 1156. Elle est le dernier membre de la maison de Cornouaille à régner sur la Bretagne.Duchesse hériditaire de Bretagne, son père Conan III déshérite son fils Hoël III pour cause d'illégitimité et désigne comme successeur son petit-fils Conan IV, sous la régence de son gendre Eudon de Porhoët. À sa mort, Eudon écarte son beau-fils et Hoël III tente de faire valoir ses droits. Conan IV se réfugie en Angleterre et Henri II d'Angleterre le réinstalle dans son duché en 1156.

 

Conan IV dit le Petit (vers 1135 au 20 février 1171), fils d'Alain le Noir, seigneur de Guingamp et comte de Richmond, et de la duchesse Berthe de Bretagne, fille du duc Conan III, fut comte de Richmond de 1146 à 1171 et duc de Bretagne de 1156 à 1166.

 

Constance de Bretagne (vers 1161 – septembre 1201 à Nantes), fille de Conan IV de Bretagne et de Marguerite d'Huntingdon, fille d'Henri, prince d'Écosse, comte de Northumberland et d'Huntingdon, fut duchesse de Bretagne et comtesse de Richmond à partir de 1166. En 1166, son père abdique en sa faveur et elle devient duchesse de Bretagne à l'âge de 5 ans, alors que la réalité du pouvoir est dans les mains d'Henri II d'Angleterre le père de son futur conjoint avec lequel elle est fiancé depuis le 31 juillet 1166. En 1181 elle épouse Geoffroy Plantagenêt, fils du roi Henri II. En tant qu'époux de Constance, il est proclamé duc de Bretagne sous le nom de Geoffroy II de Bretagne, mais meurt prématurément suite à des blessures reçues au cours d'un tournoi organisé le 19 août 1186 à Paris par le roi de France, Philippe Auguste.

Après la mort de son premier mari, Constance exerce seule le pouvoir en Bretagne, même après avoir épousé le 3 février 1188 ou 1189 Ranulph de Blondeville, comte de Chester et vicomte d'Avranches, qu' Henri II d'Angleterre lui avait imposé.

Documents ; Histoire de la Bretagne ,d'Angleterre, Ecosse ...

Repost 0
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 09:32

Entre illégitimité et enfants reconnus légitimes, la Bretagne navigue ....

 

Hoël III de Bretagne est duc prétendant de Bretagne en 1148 et comte de Nantes de 1148 à 1156. sur son lit de mort, au motif qu’il serait illégitime, le duc Conan III aurait refusé de le reconnaître comme son successeur et institue comme seul héritier, son petit-fils Conan, fils de sa fille Berthe et de son premier époux Alain de Penthièvre, comte de Richmond et place le jeune futur duc sous la tutelle du second époux de sa mère Eudon de Porhoët.

 

Berthe de Bretagne (née en 1114 - décédée en 1156), aussi connu sous le nom de Berthe de Cornouaille, fille de Conan III de Bretagne et de Mathilde d'Angleterre, fille illégitime d'Henri Ier Beauclerc, fut suo jure duchesse de Bretagne de 1148 à 1156. Elle est le dernier membre de la maison de Cornouaille à régner sur la Bretagne.Duchesse hériditaire de Bretagne, son père Conan III déshérite son fils Hoël III pour cause d'illégitimité et désigne comme successeur son petit-fils Conan IV, sous la régence de son gendre Eudon de Porhoët. À sa mort, Eudon écarte son beau-fils et Hoël III tente de faire valoir ses droits. Conan IV se réfugie en Angleterre et Henri II d'Angleterre le réinstalle dans son duché en 1156.

 

Conan IV dit le Petit (vers 1135 au 20 février 1171), fils d'Alain le Noir, seigneur de Guingamp et comte de Richmond, et de la duchesse Berthe de Bretagne, fille du duc Conan III, fut comte de Richmond de 1146 à 1171 et duc de Bretagne de 1156 à 1166.

 

Constance de Bretagne (vers 1161 – septembre 1201 à Nantes), fille de Conan IV de Bretagne et de Marguerite d'Huntingdon, fille d'Henri, prince d'Écosse, comte de Northumberland et d'Huntingdon, fut duchesse de Bretagne et comtesse de Richmond à partir de 1166. En 1166, son père abdique en sa faveur et elle devient duchesse de Bretagne à l'âge de 5 ans, alors que la réalité du pouvoir est dans les mains d'Henri II d'Angleterre le père de son futur conjoint avec lequel elle est fiancé depuis le 31 juillet 1166. En 1181 elle épouse Geoffroy Plantagenêt, fils du roi Henri II. En tant qu'époux de Constance, il est proclamé duc de Bretagne sous le nom de Geoffroy II de Bretagne, mais meurt prématurément suite à des blessures reçues au cours d'un tournoi organisé le 19 août 1186 à Paris par le roi de France, Philippe Auguste.

Après la mort de son premier mari, Constance exerce seule le pouvoir en Bretagne, même après avoir épousé le 3 février 1188 ou 1189 Ranulph de Blondeville, comte de Chester et vicomte d'Avranches, qu' Henri II d'Angleterre lui avait imposé.

Documents ; Histoire de la Bretagne ,d'Angleterre, Ecosse ...

Repost 0

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens