Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 13:15
 
Triste tentative pour gêner le développement de l'éolien !
Tout çà,  pour alimenter l'amitié franco-lybienne !
Le dictateur vénère le nucléaire !
 
 
   Réseau "Sortir du nucléaire"
Fédération de 878 associations agréée pour la protection de l'environnement
http://www.sortirdunucleaire.org
Rapport Ollier sur l’éolien : de l’air pour le nucléaire…

Le rapport d’information sur l’énergie éolienne, déposé au Parlement le 31 mars 2010 par la commission que préside Patrick Ollier (député UMP des Hauts-de-Seine…), n’est rien d’autre qu’une tentative assez triste de gêner encore un peu plus le développement de l’énergie éolienne.

Patrick Ollier n’en est pas à son coup d’essai : lors du débat de loi d'orientation sur les énergies en 2005, un amendement portant son nom visait à relever à plus de 30 MW (contre 12) le plancher d'achat obligatoire par EDF du courant produit pour chaque parc éolien. Cet amendement fut heureusement retiré par le Sénat.

Par ailleurs, Patrick Ollier est président du groupe d’amitiés France-Libye de l’Assemblée, et l’on sait la passion qu’a le dictateur libyen pour le nucléaire sous toutes ses formes… Sur plus d’une centaine de pages, ce rapport accumule les banalités anti-éoliennes, les contre-vérités, n’hésitant pas à appeler à la rescousse Valéry Giscard d’Estaing pour stigmatiser une région « dévastée par une ceinture d’éolienne, et … devenue inhabitable ». Heureusement pour nous, il s’agit de la Pologne…

Après avoir assommé le lecteur par une série de généralités sur le développement mondial de l’énergie éolienne (que tout internaute pouvait déjà aisément trouver) près de la moitié de ce rapport concerne le coût de l’éolien, qui ne devrait son succès qu'à l’obligation de rachat (à un coût trop intéressant, à en croire les auteurs). Le rapport déplore également la trop faible présence des industriels français dans ce secteur. Mais c’est oublier un peu vite que si cette politique de rachat a été mise en place, c’était précisément pour permettre l’émergence d’une industrie éolienne… Mais bien trop tard, et bien mal, lorsque l’on se compare à nos voisins allemands : de l’autre côté du Rhin, c’est après la décision politique d’abandonner le nucléaire que les industriels allemands, pragmatiques comme ils savent l’être, ont réussi à se placer en leaders mondiaux de l’éolien.

Alors qu’en France, il s’agissait d’abord de continuer à privilégier l’industrie nucléaire, tout en donnant quelques miettes aux énergies renouvelables… Quoi d’étonnant à ce que l’industrie française ait « raté le développement de l’éolien terrestre », comme le souligne le rapport Ollier ?

Concernant le volet financier, dans sa trop évidente volonté de discréditer l’éolien, ce rapport n’hésite pas à avancer un coût de production de 3 centimes d’euro par kWh nucléaire, oubliant les gigantesques investissements consentis par l’État pour chaque tranche nucléaire, se souciant peu de l’enrichissement du combustible, négligeant les coûts – encore à définir – de la gestion des déchets nucléaires. Même EDF n’ose plus évoquer un chiffre aussi ridiculement irréaliste.

D’autant que le vent, à l’inverse du combustible nucléaire, ne coûte plus rien, une fois l’éolienne en fonction (ce qui est également vrai pour l’énergie photovoltaïque…).

Suivent quelques banalités sur l’intermittence de l’éolien (mais qui a dit qu’il fallait ne compter que sur le vent pour notre électricité ?), la nécessité du recours à d’autres énergies pour pallier l’absence de vent… Rien de bien nouveau. Un conseil à Monsieur Ollier et ses pairs : qu’ils regardent la disponibilité de nos centrales nucléaires (60% pour la centrale de Fessenheim depuis 3 ans) avant de parler d’intermittence. Suit un fort déplaisant développement sur « l’acceptabilité conditionnée au respect des paysages, des sites et des activités préexistantes » : véritable fourretout de tous les arguments des anti-éoliens sur le plan du respect des paysages.

On invoque les « 140 à 150 mètres »de hauteur des éoliennes mais sans mentionner – ne serait-ce qu’à titre de comparaison - les 150 mètres de hauteur des tours de refroidissement des centrales nucléaires. On parle de « mitage du territoire », en appelant à la rescousse l’Académie des Beaux- Arts, ardent défenseur de la tradition française mais qui ne s’est jamais trop préoccupée des quelques 200 000 pylônes à Haute Tension qui parsèment la France. Le rapport Ollier va même jusqu’à évoquer, à propos du littoral, une « distance de sauvegarde de 10 Km côté terrestre et de 20 Km sur mer ». Mais que faire alors des centrales nucléaires de Gravelines, Penly, Paluel, Flamanville, le Blayais, qui sont au bord des côtes (en violation de la loi littoral, ceci dit en passant) ?

Et que dire des quelques très aléatoires propositions qui clôturent ce rapport, qui ne sont pas toujours en adéquation avec son contenu ?

- Mise en place de schémas régionaux de l’éolien ? Une garantie que rien de neuf ne pourra se construire avant plusieurs années, compte-tenu du temps mis à élaborer de tels schémas.
- Mise en place d’un seuil de puissance ? Ce n’est rien d’autre qu’un appel du pied aux opposants à « l’éolien industriel », et qui prétend empêcher de fait toute création de faible puissance, mieux adaptée à une commune moyenne, à un territoire.
- Distance minimale de 500 mètres entre éolienne et « locaux d’activités préexistants » ? Mais le rapport Ollier aurait mieux fait d’évaluer l’opinion des (rares) riverains situés à 300 mètres des installations existantes, au lieu de se contenter d’annoncer une nouvelle distance sortie d’on ne sait où…
- Classement des éoliennes ? Mais de fait, lorsque l’on mesure les chicaneries de toute sortes qui entravent tout nouveau projet, ce classement existe déjà…
- Obligation de constituer des provisions pour « démantèlement des installations en fin de vie » : Cela serait effectivement une bonne idée, si elle devait s’appliquer à toute structure de production d’énergie… et commençons donc par la dizaine de réacteurs nucléaires arrêtés
depuis une vingtaine d’années…

Quant aux recommandations finales, ce qu’il faut bien appeler des voeux pieux montre le peu de sérieux de ce rapport. Soyons charitables et n’en disons pas plus… À la lecture de ce rapport, on s’aperçoit que bien évidemment, les conclusions préexistaient à la rédaction du texte, puisque ces conclusions ne reprennent que très partiellement le problème des « nuisances » et pas du tout le long développement financier. La réponse est simple, trop simple peut–être pour quelques députés : à la suite du Grenelle de l’environnement, la France a prétendu choisir de s’engager résolument sur la voie de la réduction des gaz à effet de serre, et sur celle des énergies renouvelables. Pour ce dernier cas, il est clair qu’à l’heure actuelle, seul l’éolien dispose d’une technologie suffisamment maîtrisée pour faire face aux nécessités du Grenelle. L’incitation financière – que l’on pourrait discuter, à condition que l’État prenne en charge la réalisation d’un « plan éolien », comme il l’a fait pour le nucléaire – vient en renfort pour rendre cette énergie particulièrement attractive pour les investisseurs privés.

Mais la France s’est imposé la poursuite du nucléaire. Et là, rien ne va plus. En dehors de notre pays, quel pays industrialisé envisage encore sérieusement d’investir lourdement dans le nucléaire ? Même la sacro-sainte AIEA (Agence Internationale pour l’Énergie Atomique) n’envisage qu’une lente décroissance de la part de l’atome dans l’énergie mondiale. Notre pays ne peut pas à la fois poursuivre cette aventure nucléaire qui nous entraînera fatalement à l’impasse technologique, financière autant que sociale, et prendre le risque de voir les énergies renouvelables se développer à un point où le nucléaire deviendra inutile, voire néfaste.

Il ne reste donc au pouvoir nucléaire, et à son allié objectif, le pouvoir politique actuel, qu’à tenter, à force de rapports et de recommandations alambiquées, de freiner autant qu’il est possible le développement des énergies renouvelables qu’il promeut pourtant officiellement. De ce combat d’arrière-garde, les seuls perdants seront en définitive nos industriels, empêchés de construire une industrie de l’énergie renouvelable, et les Français, appelés à compenser les pertes d’AREVA, à soutenir financièrement la recherche sur le nucléaire (entre 8 et 12% du budget de la recherche civile), et à subir une stratégie énergétique vieille de plus de trente ans, empêtrée dans ses contradictions, et qui risque bien de finir dans un Tchernobyl à la française.

Jean-Marie Brom,
Administrateur du Réseau « Sortir du nucléaire »
http://www.sortirdunucleaire.org/
Développons d' autres énergies et éloignons de nous Le NUCLEAIRE !

 

http://energie-nature.wifeo.com

 


 

 

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 20:56
Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce la sinistre farce verte du Grenelle 2.

Appel à un rassemblement à Paris le mardi 4 mai à 16 h

Le Réseau « Sortir du nucléaire » avait déjà eu l'occasion de dénoncer le jeu de dupes du Grenelle, auquel il n'a jamais participé. Ce processus s'est servi des associations environnementales comme caution sans pour autant reprendre leurs revendications. Et surtout, malgré les risques bien réels d’accident nucléaire majeur et de prolifération des armes nucléaires, malgré la dangerosité des déchets radioactifs, le Grenelle n’a jamais remis en question le recours à l’énergie nucléaire.

Le 4 mai, le texte de la loi Grenelle II passera à l'Assemblée Nationale. Contenu indigent, amendements entravant de manière inadmissible le développement de l'éolien... La façade "verte" des grandes promesses électoralistes est maintenant bien lézardée, et révèle une politique rétrograde et clairement pronucléaire.

Le Réseau « Sortir du nucléaire » appelle - avec 12 autres organisations - au rassemblement de protestation le mardi 04 mai 2010 à partir de 16h à Paris à proximité l'Assemblée nationale (Place Edouard Herriot) pour réveiller les parlementaires (voir l'appel ci-après).


Merci beaucoup pour votre soutien financier en participant à l'opération "5000 mercis" sur :
http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/5000mercis.html


 

APPEL NATIONAL


Agir pour l’Environnement – Réseau Action Climat France – Réseau Sortir du Nucléaire - Les Amis de la Terre – MDRGF – PRIARTéM - Résistance à l’Agression Publicitaire –CNIID – Association pour un Contrat Mondial de l’'Eau – ACIPA - Union Nationale de l’Apiculture Française - Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique - Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports


Loi Grenelle 2 : Rassemblement à l’appel de 13 ONG !

 

Rassemblement mardi 04 mai 2010 à 16 heures
à proximité de l'Assemblée nationale.
Place Edouard Herriot - Métro ligne 12 - Assemblée nationale.


Après plusieurs mois et années de tergiversations, la loi Grenelle2 arrivera enfin devant les députés le 4 mai 2010. Face à l'urgence écologique, le gouvernement et les parlementaires ont opté pour une course de lenteur que les grands discours écologiques n'ont pas cachée bien longtemps. En deux ans et demi, certains groupes politiques et lobbies ont ainsi eu le temps de raboter les modestes acquis du Grenelle de l'environnement et du Grenelle des ondes. Plus que jamais aujourd'hui, nous sommes fondés à nous inquiéter des dérives d'un processus démocratique qui, au lieu de mettre au cœur de l'action publique les contraintes écologiques, s'est astreint à recouvrir d'un vernis vert pâle une politique essentiellement productiviste et consumériste.

Centrale nucléaire à Penly, lignes à très haute tension, construction de nouvelles autoroutes et mises en concession autoroutière de routes nationales, projet de nouvel aéroport, terminal charbonnier, épandage et renouvellement de pesticides tueurs d'abeilles, implantation d'antennes relais sans contrainte réelle, construction d'incinérateurs, abandon de la fiscalité écologique (taxe carbone et taxe poids-lourds), lois anti-éoliennes, financement des nanotechnologies, absence de contrôle réel et efficace des publicités faussement écologiques, développement des agro-carburants, abandon du frêt ferroviaire... la longue liste des anicroches, reculades et décisions anti-écologiques et unilatérales qui ont plombé le processus « grenelle » nous amène à une grande amertume et une non moins grande inquiétude.

Quels que soient les faux-semblants de l'idéologie dominante, les mensonges des climato-sceptiques, les errements d'experts à la solde des lobbies ou les renoncements d'élus qui organisent systématiquement leur irresponsabilité, les contraintes écologiques ne sont pas négociables et les crises écologiques adviendront.

La non régulation écologique de l'économie et des politiques publiques aboutira inévitablement à une crise systémique dont les plus faibles économiquement et socialement seront les premières victimes.

Nous, acteurs et actrices engagé-es de la société civile, appelons les citoyens et citoyennes à participer à un rassemblement devant l'Assemblée nationale le mardi 04 mai 2010 à 16h.

Pour que les parlementaires ne restent pas sourds à nos demandes, ce rassemblement intitulé "Du bruit pour l'environnement" se fera en musique. Chaque manifestant est appelé à venir avec un sifflet ou un instrument de musique.

 


 

 

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 07:33

Informations peu relatées par la presse :

 

 

Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 880 associations agréée pour la protection de l'environnement

http://www.sortirdunucleaire.org/

L'Elysée bloqué par les antinucléaires


Une quinzaine d'activistes qui menaient une action pacifiste de protestation contre le nucléaire militaire devant l'Elysée ont été arrêtés ce matin.

Cette action était destinée à mettre en évidence la violation par la France du Traité de Non Prolifération par la France (dont la révision commence dans quelques jours à New York). L'action se déroulait dans le cadre d'un jeûne-action pour l'abolition des armes nucléaires, coordonné par le Réseau "Sortir du nucléaire".
Plus d'informations sur : http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/jeune-action-pour-l-abolition-des/
Parmi les activistes arrêtés, on compte plusieurs personnes qui jeûnent depuis deux jours déjà, dont un homme de 78 ans.

Les photos (spectaculaires) de l'arrestation sont visibles sur le site du Réseau "Sortir du nucléaire" :
http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/jeune-action-pour-l-abolition-des/article/photos-du-blocage-de-l-elysee-par

ou peuvent être téléchargées ci-dessous :

http://dl.free.fr/q4MjDgAp1

(© Martin LEERS - 2010)



Ci-dessous pour information, le communiqué du collectif "Non au missile M51" :
 ------------------------------------------------------------------------------ Des militants du collectif "Non au missile M51" ont bloqué la porte principale du Palais de l'Elysée pendant 30 minutes ce mercredi 28 avril vers 10 heures, avec des chaînes et des cadenas. Parmi les 15 activistes, 10 ont été embarqués par les forces de l'ordre. Cette action était destinée à mettre symboliquement en arrestation le locataire de l'Elysée. En effet, c'est à l'Elysée que se décide la politique nucléaire française et c'est justement Nicolas Sarkozy qui bloque les initiatives de désarmement nucléaire actuelles, initiées notamment par Barack Obama, après le vote en 2007 de la convention internationale pour l'élimination des armes nucléaires, à l'Assemblée Générale de l'ONU. A quelques jours de la conférence de révision du Traité de Non Prolifération qui s'ouvre à New York, un autre groupe de militants pour le désarmement s'est installé à la mairie du 2ème arrondissement de Paris pour un jeûne symbolique de 15 jours. 250 citoyens français traverseront l'atlantique demain 29 avril pour se rendre à l'ONU et demander des comptes aux gouvernements sur les engagements pris depuis plus de 40 ans pour le désarmement nucléaire. En 2007 le président Sarkozy a voté contre la convention d'élimination des armes nucléaires, et depuis l'arrivée d'Obama à la maison blanche, Sarkozy est encore de ceux qui s'opposent au timide désarmement proposé par les USA et soutenu par la Russie et la Chine. Contacts : Xavier Renou 06 64 18 34 21 (momentanément indisponible, emmené au poste) ou 06 12 25 95 54 Photos prochainement sur www.nonaumissileM51.org 

 


 

 

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 21:17

Les pays frontaliers s'inquiètent sérieusement de l'état de nos installations nucléaires ....

 

 

INFORMATIONS communiquées par :

 

 

Réseau "Sortir du nucléaire"


Fédération de 880 associations agréée pour la protection de l'environnement
http://www.sortirdunucleaire.org/

La transparence du nucléaire ?
Plus on en parle... et moins on la voit !


lettre ouverte
de quatre organisations antinucléaires au directeur de l'ASN
(Autorité de Sûreté Nucléaire française)
, André-
Claude Lacoste - 28 avril 2010


Monsieur,

Nous venons d’obtenir des informations d’un salarié travaillant sur le site EDF de Golfech, nous signalant un incident grave survenu récemment au sein de ce centre de production nucléaire. Selon ces informations, de l’eau qui était en contact avec les barres de combustible, et qui a donc été contaminée en radioéléments, a été déversée dans l’environnement de cette centrale. Il y aurait eu, suite à ce déversement, une contamination radioactive de la nappe phréatique, essentiellement en tritium (hydrogène radioactif). Pour obtenir davantage d’informations sur ce problème, nous nous sommes tournés naturellement vers votre site internet... où nous n’avons rien trouvé. Le site internet d’EDF n’apporte également aucune information sur cet incident. Nous avons téléphoné à la centrale de Golfech le 26 avril à 16 h 30 : nous attendons depuis plus de 48 heures maintenant d'être rappelés par le service communication.

Depuis plusieurs mois, nous constatons sur votre site internet un déficit de transparence au sujet des incidents survenus sur le parc d’EDF dont vous devez assurer le contrôle et l’expertise. En particulier, nous n’avons rien trouvé concernant 3 évènements survenus sur le site de Cattenom :

- l’oubli de l’obturation d’un trou d’homme entraînant l’inondation de la salle des machines
Voir :
http://lequotidien.editpress.lu/international/10306.html

- la contamination d’un travailleur
Voir :
http://lequotidien.editpress.lu/index.php/le-pays/10683-Ouvrier-contamin.html

- les barres de contrôle restées bloquées dans leur course
Voir :
http://lequotidien.editpress.lu/l-economie/10109.html

Ces trois informations nous sont parvenues via des médias de pays frontaliers, que notre parc nucléaire inquiète de plus en plus. Nous nous interrogeons pour savoir s'il s’agit, de la part de l'ASN, d'une méconnaissance de ces faits, ou bien de rétention d’information.
 

Nous sommes les témoins de la détérioration des conditions de travail des opérateurs et employés du site de Golfech, et plus généralement dans l’ensemble des sites de production d'EDF (nombreuses grèves, actes de désespérance…). Vous savez comme nous que le management actuel fait peser une pression de plus en plus insupportable sur les équipes de conduite et de maintenance. La pression est si forte à l’intérieur d’EDF qu’elle déborde à l’extérieur. Et c’est dans cette période d’instabilité que le nucléaire est prié de produire un maximum : « l’ordre national étant « production toute », chaque site est prié de s’organiser au mieux pour… produire au plus. »

Source :
http://www.republicain-lorrain.fr/fr/france-monde/GRDC_URWeb_Detail.aspx?iCategorieRedactionnelle=80&iURWeb=2924060

Suite à ces constats, nous vous interrogeons sur la réalité de l'indépendance de l'ASN vis-à-vis des opérateurs de l’atome, et sur votre poids effectif (cf. l'arrêté du 5 mai 2009, pris par le gouvernement en contradiction avec votre avis, et qui permet l’incorporation de radioactivité dans les biens de consommation courante). La réalité aujourd’hui est que des salariés se tournent vers des associations pour faire passer ce type d'informations. Nous souhaitons savoir ce qu'il en est de l’instance que vous aviez mise en place afin que des salariés puissent dénoncer auprès de vos services les graves dysfonctionnements du nucléaire. Ces dénonciations étaient prévues sous couvert de l’anonymat, pour protéger l’emploi des informateurs, mais cette instance, à l’évidence, ne fonctionne pas.

Tous ces éléments nous paraissent en contradiction avec votre affirmation d’indépendance, reprise la semaine dernière dans les colonnes du Figaro « L'ASN entend bien témoigner de son indépendance vis-à-vis de l'opérateur historique ».

http://www.lefigaro.fr/societes/2010/04/08/04015-20100408ARTFIG00388-le-gendarme-du-nucleaire-met-en-garde-edf-.php

Nos convictions affirmées pour la sortie du nucléaire, vers une société plus sobre et des productions énergétiques plus diversifiées, ne peuvent s’accommoder de cette situation actuellement dégradée, dont l’issue ne peut être que fatale.

Dans l’attente d'éclaircissements de votre part sur le débordement présumé à Golfech, les incidents à répétition à Cattenom,
et d'une manière générale, sur la sûreté du parc nucléaire français, nous vous adressons nos salutations respectueuses,


Pour le Réseau « Sortir du nucléaire » :
François Mativet - 06 03 92 20 13 –
francois.mativet@sortirdunucleaire.fr

Pour Stop Golfech :
Marc Saint Aroman - 05 61 35 11 06 –
S.A.M@wanadoo.fr

Pour l'initiative civile Cattenom - Non Merci :
Ute Schlumpberger - 00 49 6866 150 840 –
ute-schlumpberger@online.de

Pour l’Association pour la Sauvegarde de la Vallée de la Moselle :
Bernard Py – ASVM, BP 40, 57570 Cattenom –
bernardpy@free.fr


Vous trouverez en annexe une lettre de l'initiative civile allemande « Cattenom – non merci ».

 


 

Information relayée par le Réseau Sortir du nucléaire, Fédération de 800 associations - http://www.sortirdunucleaire.org

Consultez l'Agenda des actions organisées partout en France sur : http://groupes.sortirdunucleaire.org/spip.php?rubrique1

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 20:16

La biomase, énergie renouvelable

L'objectif est de développer la culture et les utilisations du miscanthus en faveur d'un développement économique, durable, et générateur de lien social.

NovaBiom propose dans une logique de filière l’implantation de parcelles de miscanthus avec des rhizomes produits sur ses pépinières françaises ainsi que la mise en place de plans d’approvisionnement pour les utilisateurs.

 

Cette culture doit se développer et donner un nouvel essor aux énergies renouvelables !

 

Le MYSCANTHUS

 

Outre le combustible et la synthèse de biocarburants de deuxième génération, cette plante possède un pouvoir absorbant trois fois supérieur à la paille de blé. Peu poussiéreuse, cette litière réduit par deux le taux de cellules contenu dans le lait des vaches. Résistante au pourrissement, l’herbe à éléphant s’utilise également comme couverture en chaume comme biocomposite ou encore comme matière première pour la fabrication de biopot

Implantée pour les bandes enherbées, cette plante constitue un abri intéressant pour les animaux car la récolte du miscanthus est décalée avec la période de nidification des oiseaux.

 

Connu comme plante à fleurs ornementales, le miscanthus est une variété pérenne de roseau de la famille des graminées.
Le miscanthus giganteus utilisé pour la production de matériaux et d’énergie est un hybride naturel stérile, et se développe à partir de rhizomes. Il ne présente pas de risque de propagation incontrôlée ou d’envahissement des sites naturels. Les cannes peuvent atteindre 3,5 mètres de hauteur et se récoltent sèches, en fin de sénescence. 

En France, le miscanthus est adapté à la plupart des terres arables de plaine présentant une pluviométrie minimale de 500 mm par an. Les terres superficielles sont moins appropriées.
Son rendement à maturité est de 15 à 25 tonnes par hectare et par an, suivant notamment la pluviométrie et la photopériode. Son PCI s’élève à 5 MWh par tonne de matière sèche.

La croissance rapide du miscanthus lui confère un fort pouvoir couvrant qui laisse peu de place à la concurrence des adventices : il ne nécessite par conséquent que peu ou pas de pesticides une fois la culture implantée. Les besoins en engrais sont également très limités.

La culture s’établit en plantant des rhizomes entre mars et mai à l'aide de planteuses spécialisées

 

La récolte se fait avec une ensileuse à maïs non modifiée entre février et avril, lorsque l'humidité des cannes est inférieure à 20%. Le produit résultant à la forme de copeaux prêts à emploi (pas de besoin de séchage).

Il est également possible de faucher et de botteler les cannes de miscanthus

  • Bilan carbone très favorable
  • Ratio énergétique (énergie produite / énergie consommée) de l'ordre de 30 (source DTI)
  • Faible apport d’intrants chimiques :
    • Désherbage et risque ravageurs limités aux deux premières années
    • Besoins limités en engrais
  • Plante stérile et non invasive
  • Utilisation efficace de l’azote et de l’eau (pas de besoin d'apport d’azote pour maximiser le rendement en canne)
  • Abri pour la faune sauvage favorisant la bio diversité
  • Protection des captages d'eau en zones sensibles
  • Protection des sols contre l'érosion

Les cannes de miscanthus peuvent être conditionnées en copeaux, bottes, granulés, briques. Suivant les cas, une étape de dépoussiérage peut avoir lieu.

 

Sources : Wikipédia

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 16:09

Quand l'ombre de Tchernobyl plane toujours et que notre pays, si prudent quand il s'agit d'accidents dont les conséquences sont immédiatement visibles comme une grippe dangereuse ou un nuage volcanique , continue à braver le plus grand danger qui menace la planète : " Le nucléaire ! ", on se pose beaucoup de questions et on cherche comment produire une énergie sans danger pour la santé et la vie !


 La biomasse est une réponse. Alors que nos paysans meurent tout enproduisant des produits de qualité, payés bien souvent ,en dessous du prix de revient , ils sont prêts à produire des céréales pour produire de l'énergie ! On sait que nos forêts sont mal exploitées et qu'il est temps de mettre les moyens nécessaires à cette exploitation !


De plus, la France possède des régions de marais et suffisamment humides pour introduire une nouvelle culture :

 

Le MYSCANTHUS


On l’appelle aussi herbe à éléphants, ou encore roseau de Chine, le miscanthus géant est une graminée vivace à rhizome aux multiples intérêts. Cette plante possède un métabolisme de photosynthèse efficace permettant d’atteindre des rendements de 15 à 25 t de matières sèches par hectare, chaque année, d’où son intérêt pour la production de combustible.

 

L’herbe à éléphant progresse à pas de géants en Europe, sauf en France !


Plus populaire au Royaume-Uni, au Danemark ou encore en Allemagne, le miscanthus en est à ses balbutiements en France. Quelques hectares en Moselle et en Alsace sous l’inspiration allemande et 120 ha dans plusieurs autres régions sous l’influence de la filiale française de Bical. Créée en 1998 par un groupe d’agriculteurs, cette entreprise britannique a pour principal but de développer les marchés potentiels du miscanthus et fait figure de leader européen. “Trouver des débouchés, c’est notre métier, déclare Emmanuel de Maupéou, directeur général de Bical France. La première récolte des 40 ha a été vendue pour alimenter les fours d’un cimentier.” Beaucoup moins riche en silice que le blé, le miscanthus ne produit pas de mâchefer, lors de sa combustion d'où son intérêt.


D’un point de vue énergétique, les études réalisées par l’Inra (projet Régix) révèlent un rendement (énergie produite/énergie pour produire la culture) trois fois supérieur au blé. Si l’installation est coûteuse , les coûts de production étalés sur quinze ans sont trois fois moins importants que celui du blé, du fait du nombre très réduit d’interventions.

 

Pas besoin de pesticides et d’engrais

La culture du miscanthus est relativement simple. Après implantation des rhizomes en mars-avril, la plante se développe jusqu’à sa hauteur maximale (2,50 à 4 m) à l’automne et perd ses feuilles pendant l’hiver, constituant un épais tapis de 10 cm qui empêche le développement d’adventices. Les tiges restent érigées et s’assèchent jusqu’à la récolte en mars-avril, réalisée à l’ensileuse ou à la presse haute densité. Âgées de 22 ans, les plus anciennes cultures européennes sont toujours aussi productives. Après récolte, la plante repart à partir des rhizomes et le cycle s’entretient sans aucun produit phytosanitaire ni apport d’engrais. Mis à part la récolte, aucune intervention n’est réalisée dans la parcelle pendant le cycle, excepté un désherbage la première année pour son implantation. Elle est par ailleurs peu envahissante, ne pouvant pas se reproduire sous nos latitudes.

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 20:45

Un militant qui a du courage et une volonté à toute épreuve !


Je n'avais pas apprécié quelques déclarations faites par Michel GUERITTE à Gondrecourt le Château mais, après avoir analysé toutes les décisions de l'ANDRA et de notre ministère de L'environnement, je comprends les colères de Michel GUERITTE, homme de conviction, qui lutte avec courage, sans faillir  .

Il a raison  quand il dit : "« Quand il s'agit de sujets d'intérêt général ayant trait à la protection de la santé et de l'environnement, on peut utiliser des propos excessifs voire outranciers. »"


Il a comparu le 7 avril devant le tribunal correctionnel de Troyes. Nous aimerions connaître les conclusions du jugement.

 

Ci- après, un communiqué du "Réseau sortir du nucléaire " :

 

<< Michel Guéritte est une grande gueule. Un activiste organisé, imaginatif et efficace. Il comparait ce mercredi 7 avril devant le tribunal correctionnel de Troyes pour menaces de mort envers deux élus. Ce jeune retraité, communicant audiovisuel, a le sens de la formule. Il me lance en cours d'entretien : « Si vous faites un mauvais article, je fous le feu sur Rue89 ».

Mais après un rapide échange, je comprends que son humour n'a d'égal que sa passion pour la cause : lutter contre les « poubelles nucléaires » qui sont pour lui des « crimes contre l'humanité ».

Alors qu'il risque jusqu'à cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende, il dénonce un « procès politique » et prévient : « Ils peuvent me mettre en prison, j'irai jusqu'au bout. »

 

Retour sur les faits. L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) qui a déjà implanté deux sites de stockage dans l'Aube, l'un pour les déchets à très faible activité et l'autre pour ceux à faible et moyenne activité, a besoin d'un centre de stockage pour ceux dits « faible activité vie longue ».

Sur la base de critères géologiques, quelque 3 115 communes sont contactées en juin 2008. A elles ensuite de dire si elles sont intéressées par le projet d'enfouir sur leur sol, entre 15 mètres et 200 mètres, des déchets nucléaires.

« Les études sont menées en vue de la mise en service du centre à l'horizon 2019, sous réserve de son autorisation par le gouvernement », précise l'Andra. Une quarantaine de communes se portent candidates, majoritairement dans l'Aube, « là où ils connaissent les centres de stockage de l'Andra et voient que ça se passe bien », précise-t-on à la communication de l'agence publique.

 

« J'ai craqué, c'est ce qu'il cherchait »

Apprenant la nouvelle, Michel Guéritte décide de mettre la pression sur les élus. Il appelle la maire de Pars-lès-Chavanges, Joëlle Pesme :

« On discute une demi-heure, je lui dis “Est-ce qu'il faudra un jour mettre le feu aux 21 mairies de la communauté de communes pour arrêter ça ? ” Elle me répond “Oh, je vous en prie, commencez par la mienne, j'ai pas de budget pour la refaire ! ” »

C'est ce qui vaut, entre autres, au militant d'être aujourd'hui poursuivi pour « menaces de mort et d'incendie de lieu public ». Joëlle Pesme a refusé de répondre à Rue89. Mais l'autre élu qui a porté plainte, l'ex-maire d'Auxon, est très remonté. Jean-Louis Caillet précise :

« J'avais déjà porté plainte pour menaces de mort par téléphone, mais ça a été classée sans suite. Ce procès ne prend en compte que deux points, l'accusation de faux en écriture -il m'a accusé de falsifier un compte-rendu de conseil municipal que je n'avais pas fait-, et insultes -il a envoyé des mails me traitant de “stupide cupide”. »

En plus, ma maison a été assaillie de manifestants, il a diffusé mon numéro de portable sur Internet en disant de m'appeler jour et nuit… Suite à tout cela, j'ai démissionné de mon mandat. J'ai craqué, c'est ce qu'il cherchait. »

 

Les enjeux de l'affaire dépassent l'Aube et le « soldat Guéritte »

 

 

Le militant a en effet réussi à mobiliser les citoyens localement et du coup, les conseils municipaux des deux communes ont finalement renoncé à se porter candidats. Un modèle du genre, reconnait Stéphane Lhomme, ancien porte-parole du réseau Sortir du nucléaire :

« Il met les élus devant leurs responsabilités, c'est bien, il faudrait le faire plus souvent. Là, il y a un risque de blocage total de la filière nucléaire qui tient à une seule personne : cette affaire peut remettre en cause toute la filière nucléaire française. S'il n'y a pas de chiottes pour faire disparaitre les merdes, il faut arrêter d'aller aux toilettes. »

Le combat de Michel Guéritte a fait tache d'huile au-delà de l'Aube : le projet de centre de stockage pour les déchets les plus radioactifs, à Bure en Moselle, a déjà rencontré l'opposition de la mairie de Bonnet, qui a voté « non » au nom du principe de précaution.

Ce ne serait pas une pure coïncidence si c'est après cet épisode que le parquet a décidé de poursuivre Guéritte. Ce qui fait dire à Benoit Buisson que « dans cette affaire, il y a autre chose que ce qu'on veut nous dire ». Comprendre : les enjeux dépassent l'Aube et le « soldat Guéritte ».

« Le parquet a décidé de poursuivre par crainte d'un succès des anti-nucléaire sur le projet de Bure. Il n'est jamais sorti de son rôle de militant et même s'il ne fait pas l'unanimité, il n'y a pas de quoi aller au pénal. »

« Il n'est jamais sorti de son rôle de militant »

L'avocat rappelle qu'il n'y a jamais eu de violences physiques, que le prévenu est « équilibré mais atypique », qu'il n'est « jamais sorti de son rôle de militant ». D'ailleurs, il existe une jurisprudence protectrice de la liberté d'expression, selon laquelle :

« Quand il s'agit de sujets d'intérêt général ayant trait à la protection de la santé et de l'environnement, on peut utiliser des propos excessifs voire outranciers. »

Si Michel Guéritte était condamné à de la prison avec sursis, estime l'avocat, « cela équivaudrait à un carton jaune, un avertissement. C'est une manière de faire pression sur des militants qui refusent des projets du gouvernement. »

 -- 
Jocelyn Peyret

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 14:48


Informations transmises par le réseau " Sortir du nucléaire" :

24 ans après... Tchernobyl tue to
ujours !

Plus de 210 actions prévues en France et dans 16 pays, du 24 au 26 avril 2010 : c'est le Chernobyl Day, coordonné par le Réseau « Sortir du nucléaire ».

Voir : http://chernobyl-day.org/


Le réacteur de la centrale de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986. Chaque année, le Chernobyl Day met en lumière la catastrophe sanitaire toujours actuelle en Biélorussie, et soutient les milliers de  victimes du plus grave accident industriel de l’Histoire. Le Chernobyl Day 2010 se prolongera exceptionnellement, du 27 avril au 7 mai, en particulier à Paris, avec des actions contre le nucléaire militaire.

Autour de Tchernobyl, depuis 24 ans, des millions de personnes vivent dans les zones les plus touchées, et consomment des produits agricoles contaminés, en particulier par le césium-137. Cancers, malformations génétiques... les conséquences sanitaires de la catastrophe s'aggravent d'année en année, chez les adultes et les enfants. En Biélorussie, environ 4 enfants sur 5 sont contaminés. La radioactivité est invisible, mais reste mortelle pendant des millénaires. Depuis 24 ans, les autorités internationales, et en particulier l’OMS, n’apportent aucune véritable réponse aux populations touchées. La catastrophe continue.


Le Mausolée de BURE qui doit abriter des déchets radioactifs , hautement contaminés, sera installé sur des failles ! Combien de temps faudra-t-il à ces mânes mortelles pour déjouer la "vigilance" de leurs gardiens? Ce ne sera pas difficile de se faufiler silencieusement, incidieusement  pour attaquer la santé et la vie de nos enfants , petits-enfants et toute les générations futures!   


Que fait-on du principe de précaution qui paralyse les transports aériens ?

Il est vrai que si un avion, avec 500 passagers était tombé à cause de ce nuage de cendres, ça aurait été visible ! La radioactivité, c'est invisible !


Alors qu'un nuage de poussière venu d'Islande vient de paralyser le ciel français, souvenons-nous qu'en 1986, les autorités ont essayé de nous faire croire que nos frontières avaient arrêté le nuage radioactif. Aujourd'hui comme hier, le nucléaire nous est imposé par le mensonge et la manipulation. Tchernobyl tue toujours, et l'industrie nucléaire tente de cacher ses victimes actuelles. AREVA, champion français de la pollution nucléaire, lance actuellement une nouvelle campagne de publicité, et sponsorise honteusement certains sports (athlétisme, voile) pour s'acheter une respectabilité. Au Canada, AREVA organise même des courses pour d'anciens malades du cancer, afin de minimiser la  gravité de ce type de pathologie.

Cette année, le Chernobyl Day soutient l’Institut
Belrad, seul organisme scientifique indépendant de l’industrie nucléaire qui aide les enfants irradiés. Belrad, sans aucune aide publique, mesure la radioactivité du corps humain et prescrit des cures qui permettent, en 3 semaines, une élimination de 30 à 70% des substances contaminantes. Des « bons de pectine » sont vendus pour financer ces cures. Cette action vitale ne solutionne pas tout, et ne remplace pas une véritable prise en charge internationale des conséquences de la catastrophe sur la population et l’environnement, aujourd’hui et demain. Tchernobyl nous rappelle l'urgence de la sortie du nucléaire, civil et militaire.

Site du Chernobyl Day : http://chernobyl-day.org/
Liste des actions prévues : http://chernobyl-day.org/spip.php?rubrique41
L'institut Belrad : http://enfants-tchernobyl-belarus.org

Réseau « Sortir du nucléaire », fédération de 880 associations, agréée
pour la protection de l'environnement - contact@sortirdunucleaire.fr -
http://www.sortirdunucleaire.org/

Contact presse pour Chernobyl Day : Daniel Roussée : 06.61.97.83.28

 


Pour ne plus recevoir ces informations envoyez un mail vide à : sdn_liste1-unsubscribe@sortirdunucleaire.org

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 21:50

link 

 

Les Habitants Vigilants de GONDRECOURT Meuse vous invitent :
>
>

 le samedi 24 avril 2010 à 14h00

 

                                      (aire de St Florentin ; sortie Bonnet, direction Mandres en Barrois)


>

pour soutenir la résistance du Conseil Municipal
>

et pour commémorer la catastrophe de Tchernobyl qui a eu lieu le 26 avril 1986 et dont les conséquences sanitaires sont gravissimes.
>


> VOUs devez être là ! Pourquoi ?
>
>
Trouvez-vous normal qu’un arrêté préfectoral autorise l’Andra à pénétrer et faire des prospections sur le territoire de Bonnet alors que le conseil municipal s’y est opposé dans une délibération du 20 janvier 2010 ?

Trouvez-vous normal que ce même arrêté préfectoral autorise l’Andra à pénétrer chez vous (à l’exclusion des locaux d’habitation) et faire également des prospections jusque dans votre jardin que vous soyez d’accord ou PAS !!!

Ne trouvez-vous pas que ces méthodes barbares et que l’on imagine d’un autre temps attestent que nous ne sommes plus maîtres ni de notre destin, ni de nos biens ?… 

Ne trouvez-vous pas que de tels procédés laissent un goût amer à ceux qui lisent dans la presse locale que l’Andra ne passera pas en force et ne piégera pas les habitants qui de bonne foi le croient alors qu’ils peuvent constater par ailleurs que cet engagement n’est pas respecté !!!


>


>

ET LA SOUVERAINETE DU PEUPLE…balayée d' un revers de manche.


>

« Pas un mot à dire » titrait un article de presse du 02/04/2010 expliquant que ni les 45 000 Haut- Marnais et Meusiens demandant la tenue d’une consultation populaire, ni la délibération de Bonnet et encore moins les initiatives des maires de Mandres et Ribeaucourt pour consulter leurs administrés ne seraient pris en compte dans le processus décisionnel d’enfouissement.

Et alors que le bon sens selon lequel il est impérieux et incontournable de demander l’avis des premiers concernés, devrait seul dicter toutes les décisions, tout est mis en œuvre pour que la population soit tenue à l’écart ; ne trouvez-vous pas ce procédé pour le moins anti-démocratique et contraire au principe de transparence ?


>

ET ENFIN…


>

Est-il normal que la Meuse, département non producteur de déchets nucléaires industriels (source Andra), devienne le territoire que le gouvernement a décidé de sacrifier pour se débarrasser des déchets radioactifs les plus dangereux au monde ?


>

Est-il normal que l’on nous sacrifie sur l’autel des intérêts du lobby nucléaire alors que d’autres voies de productions d’énergies plus propres et ô combien plus génératrices d’emplois sont négligées ?


>

Pour toutes ces raisons mais aussi pour dire que nous ne sommes pas prêts à accepter la transformation de notre territoire vert et fertile en « no man’s land mortifère », nous vous donnons rendez-vous à


>

Bonnet le samedi 24 avril 2010 à 14H (aire de St Florentin)

 

pour montrer à nos décideurs que nous sommes en désaccord et opposés à ces décisions.

Venez avec nous commémorer Tchernobure à Bonnet ; et nous nous retrouverons également :

  • le samedi 22 mai 2010 à Mandres et Bure

  • le samedi 26 juin 2010 à Ribeaucourt


>


>

pour dire NON


les sources : http://burestop.free.fr/spip/spip.php?article228


 Contact : nicolas@cirquegones.com

 -- Jocelyn Peyret Coordination nationale actions & groupes Reseau Sortir du nucleaire 9 rue de la Birg 68000 Colmar Tel fixe : 03 89 41 80 95 Portable : 06 20 36 57 17 Mail : jocelyn.peyret@sortirdunucleaire.fr Web : http://www.sortirdunucleaire.org ---------- 26 avril 2010 : Mobilisons nous pour le Chernobyl Day - Journée d'actions internationales 
Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 21:37


Informations :


-------- Message original --------

Sujet: [rezo-actu] Cattenom : ouvrier contaminé.
Date : Wed, 21 Apr 2010 00:16:26 +0200
De : Reseau Sortir du Nucléaire <actu2@sortirdunucleaire.fr>
Pour : rezo-actu@sortirdunucleaire.org



Info du Luxembourg : pas trouvé de données sur le site de l'ASN.

=========================================

http://lequotidien.editpress.lu/index.php/le-pays/10683-Ouvrier-contamin.html

Ouvrier contaminé

20/04/2010 05:24:00

 

CATTENOM

 

 Les autorités luxembourgeoises ont été averties que dans la nuit de samedi à dimanche, des traces de contamination interne ont été détectées sur un salarié d'une entreprise extérieure lors des contrôles systématiques en sortie de zone nucléaire de la centrale de Cattenom! Cet intervenant était en charge de l'installation de câbles électriques dans le bâtiment réacteur de l'unité de production n°4, actuellement en arrêt programmé pour des opérations de maintenance et de rechargement de combustible.

Vers 3 h, la personne a été prise en charge par le service médical du site qui a procédé aux examens, avant qu'elle ne regagne son domicile.

Les analyses ont permis d'estimer que le niveau d'exposition était de l'ordre du 40e de la limite annuelle réglementaire selon la direction de la centrale. Le salarié sera suivi quotidiennement par le service médical jusqu'à élimination naturelle de la contamination. Une analyse est en cours pour en déterminer l'origine exacte.

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens