Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 15:55

FUKUSHIMA - UN AN !


Il y a un an , le Japon est victime de la catastrophe nucléaire civile de Fukushima après avoir été 66 ans plus tôt victime des bombes nucléaires militaires de Nagasaki et Hiroshima.
Le peuple japonais martyr, nous alerte dramatiquement sur la nocivité implacable du nucléaire. Fukushima a provoqué une contamination nucléaire radioactive de la mer et de la terre et a confisqué à de nombreuses personnes les bases de la vie quotidienne. Des milliers de personnes ont dû abandonner biens et habitation et fuir leur région devenue inhabitable, beaucoup d'autres étant obligés de vivre dans la peur et l'insécurité.


Écoutez le cri de révolte de la jeunesse japonaise :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_5NZDlJ2CBU#

 

Three Milles Island (USA) et Tchernobyl (Ukraine) n'avaient malheureusement pas suffi pour nous mettre en garde contre cette technologie mortifère et il y aura forcément d'autres accidents de ce genre, mais combien en faudra-t-il ?.

 

 

 

Ici, en France, nous ne sommes pas plus protégés d'un accident majeur comme voudraient nous le faire croire certains irresponsables. Nos centrales sont vieillissantes , plus de mille incidents en 2010 malgré les 700 contrôles annuels. Cattenom, avec ses dysfonctionnements à répétition est une menace permanente pour toute la région y compris les pays voisins. Les centrales et installations nucléaires qui sont toutes des bombes nucléaires en sursis, servent principalement à produire le plutonium et le tritium des bombes atomiques et accessoirement de l'électricité, d'ailleurs avec un faible rendement de 30%. Or cette électricité peut être produite par d'autres sources d'énergies, comme dans la majorité des autres pays, sans pour autant que ceux-ci soient arriérés et sous-développés.

 

En France, c'est aussi un million de m3 de déchets radioactifs qui ont été produits à ce jour par l'industrie nucléaire qui ne sait qu'en faire si ce n'est de les enfouir sous terre en espérant que nos enfants trouveront la parade que le lobby n'a pas trouvé depuis cinquante ans. Certains de ces déchets seront contaminant pendant plus de 30 000 ans !  
Ne soyons pas passifs !
Réagissons !


Comme dans tous les pays du monde ainsi que dans de nombreuses villes de France avec "Sortons du nucléaire Moselle" et d'autres organisations (tracts et affiches à venir),
EXIGEONS un arrêt inconditionnel et immédiat du nucléaire
SAMEDI 10 MARS à 15 H colonne de Merten
METZ


__________________________________________________________________________________________


Bure
le 26 février 2012

 
 

Lettre ouverte à
Monsieur Eric BESSON
Monsieur BESSON

vous qui êtes Ministre auprès du Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique,
vous qui est en visite, ce lundi 27 février à Bure (Meuse/Haute-Marne),
là où l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs)
projette d’enfouir les pires déchets radioactifs
à 500 m sous le terroir Champagne-Ardenne-Lorraine.
 
Monsieur BESSON, connaissez-vous bien le dossier de BURE ?
 
Qu’est-ce que Nathalie Kosciusko-Morizet vous a raconté ?
 
Quels documents de l’ANDRA avez-vous lu ?
Sachant que les rapports sur ce projet se comptent en dizaine de milliers de pages…
 
Que vous a-t-on promis à l’UMP ou à l’Elysée si le dossier passait en douceur ?
 
Monsieur BESSON, est-ce moral d’enfouir des déchets radioactifs à Bure ou ailleurs ?
Monsieur BESSON, si vous avez conscience de la gravité de ce projet vous devriez reconsidérer en votre âme et conscience les étapes et les implications de CIGéO :
 
Après transport dans les fameux CASTOR, dont on a beaucoup parlé récemment (La Hague-Gorleben), après entreposage en surface pendant des dizaines d’années, viendra le temps du remplissage des alvéoles pendant cent années. D’énormes ventilations rejetteront alors en surface des gaz radioactifs dont de l’hydrogène, avec un risque d’incendie non maîtrisable et un risque d’explosion.
 
Le risque d’explosion
Pouvez-vous  imaginer, Monsieur BESSON, que l’hydrogène dégagé par les colis dans les galeries pendant un siècle ne puisse un jour exploser ? C’est comme si vous déclariez qu’un coup de grisou est impossible dans une mine de charbon !

Vous vous souvenez peut-être de votre manuel de physique : en cas de dépassement de plus de 4% d’hydrogène dans tout espace incorrectement ventilé (alvéole, galerie, hotte, colis), la moindre étincelle peut produire une explosion, suivie d’un incendie. A Bure, cette production d’hydrogène atteindrait un million de litres par an, et interdirait tout arrêt de l’énorme ventilation (plusieurs centaines de m³ par seconde) durant une période de plus de 6 jours, et ce, pendant un siècle.

Quel expert peut le garantir ? Un grand ministre ? Vous ?

Le risque d’incendie non maîtrisable
On parle de 10 000 tonnes d’enrobés bitumineux auto-inflammables à 350°C. Quels pompiers iraient éteindre un incendie de bitume radioactif, à 500 m sous terre et sans eau bien sûr, parce que l’eau ferait rouiller les conditionnements.
Les conséquences d’un incendie seraient catastrophiques : fragilisation des structures en béton, suppression du confinement des substances, contamination des galeries d’accès… d’où la nécessaire fermeture du site et donc adieu à la dite « réversibilité ». 
 
Et le risque de criticité ?
Une réaction nucléaire en chaîne non contrôlée est possible. En effet les quantités présentes de Pu 239 sont très importantes. Et la présence d’eau aggrave ce risque.

Les risques pour le personnel
Aux risques connus des travaux dans les tunnels et dans les mines s’ajoutent les risques dus aux produits chimiques, aux rejets de gaz toxiques et radioactifs (intoxication, irritation des muqueuses, asphyxie et exposition à des produits cancérogènes, mutagènes…)
 
Et nous n’en sommes encore qu’au niveau du remplissage Monsieur BESSON !
100 ans seulement !
Est-ce que tous ces risques d’explosion, d’incendie, et de criticité ne remettent pas en cause la faisabilité même de l’enfouissement d’une telle concentration de déchets, et sur une aussi longue période ?

Et après… pour l’éternité
Ensuite arrive le délire des géologues qui parient que, pendant des millions d’années, aucun mouvement de terrain, aucune faille, aucune fissuration, aucun affaissement qui pourraient être causés par les creusements ou les caprices de la Nature ne permettra à l’eau (aquifères) de venir attaquer l’acier ou le béton des conditionnements. Imaginez Monsieur Besson que les radionucléides migrent alors en surface ! Bure pourrait alors être jumelé avec Tchernobyl ou Fukushima !
 
Est-ce moral Monsieur BESSON de mettre 35 milliards d’euros dans CiGéO ?
Est-ce moral de menacer l’économie régionale ? 
Quels seraient l’attractivité et le devenir des produits d’une région assimilée à la radioactivité et au nucléaire : l’Appellation Champagne, les eaux minérales de Vittel-Contrexéville, l’AOC Brie de Meaux, etc. ?
 
Est-ce moral d’avoir promis voici des années un laboratoire ?
Un Débat public a été organisé en 2005-2006. Il a fait ressortir une préférence pour un stockage en surface, voire sur les sites mêmes de production. Ces options donnaient une possibilité de surveillance et du temps pour la recherche d’alternatives. Elles ont été ignorées de même que l’avis des 40 000 signataires de la pétition locale de 2005-2006.
Qu’en sera-t-il du prochain Débat public de 2013 ?
 
Est-ce moral de promettre des milliers d’emplois, de distribuer 30 millions d’euros par an à chacun des départements de la Meuse et de la Haute-Marne ? Cet argent « qui dégouline », Monsieur BESSON, peut-il être un remède aux nuisances et aux risques ?
 
Est-ce moral d’inonder régulièrement riverains et leaders d’opinion avec des messages rassurants, voire mensongers et en contradiction avec les propres travaux et études de l’Andra ?
L’enfouissement est une impasse pour les générations futures.
Les flux financiers devraient être orientés vers la séparation-transmutation (et encore, sur ce défi, vous avez peut-être les mêmes incertitudes que nous) et le stockage en subsurface sur les lieux même de production, au lieu de tout miser sur le stockage en profondeur.

 
Monsieur BESSON, vous avez la responsabilité d’assurer la « sécurité » des populations présentes et à venir.

Vous devriez faire appliquer le principe de précaution,
stopper ce projet et tout entreprendre vers la recherche d’une solution efficace, sûre et éthique.

N’adoptez pas le discours des élus locaux.
Ramener ce projet à une simple opportunité économique est une tromperie.
Cette industrie de stockage de déchets nucléaires est exclusive : elle tue toutes les autres.
L'exemple des stockages de Soulaines et de Morvilliers (Aube) le démontre magistralement. Autour du Centre de Stockage des déchets Faiblement et Moyennement radioactifs de Soulaines, il n'y a pas de place pour d'autres activités, sauf d’autres activités nucléaires. Autour, c'est le vide.

CigéO ne peut pas être une opportunité de développement, ni une source de richesses en terme d'activité et d'emplois, mais une gigantesque source radioactive. La faible population qui habite ce beau désert vert fuira le risque d’irradiation et de contamination, qui perdurera pour l’éternité.
Et pour faire avaler la pilule, l’ANDRA déverse des millions d’euros, annonce des milliers d’emplois. On vous promet l'électrification des lignes de chemin de fer locales, l'aménagement de routes et la création de nouvelles routes pour transporter les colis mortifères. Et puis, des maisons, des écoles, des services de santé…
On vous promet l'inversion de la courbe de perte de population du territoire. Mensonge.
 
CiGéO est une catastrophe écologique en devenir. Pour le commun des mortels, c'est un crime contre l'humanité. Pour de nombreux scientifiques c'est un défi que l'Homme ne devrait pas relever, vu les problèmes physiques et chimiques des déchets (instabilité, température, rejets de gaz…) les risques pour le personnel, les risques d’incendie, d’explosion et de criticité, les risques sismiques (tremblement de terre de magnitude 5,9 sur l’échelle de Richter, le 22 février 2003 à St Dié, à une centaine de km de Bure), les mouvements de terrain, les phénomènes géologiques connus et imprévus, les infiltrations d'eau possibles.

Bref : honte à ceux qui font la promotion de CiGéO.
CiGéo… Ci Gé Onte !

Honte à vous Monsieur BESSON
si vous cautionnez ce projet !

Michel GUERITTE
Président de l’association La Q.V.
 
Avec la collaboration de nombreux acteurs locaux.
Au nom de tous ceux qui sont opposés à ce projet.

http://www.villesurterre.com

Partager cet article

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens