Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 13:36

Le nucléaire n'est pas la solution pour combattre l'effet de serre !

Les citoyens français doivent prendre acte que la "transparence" n'existe pas et n'existera jamais dans l'industrie nucléaire. Tant que celle-ci fonctionnera, la vérité sera activement dissimulée aux citoyens, tant les dangers et les pollutions du nucléaire sont graves et injustifiables.

Le plutonium est la pire substance jamais élaborée par l'industrie humaine

Il s'agit d'un poison mortel au centième de milligramme.

Hautement radiotoxique, il reste nocif plusieurs centaines de milliers d'années. S'il pénètre dans l'organisme sous forme de petites particules (par l'air, l'eau ou les aliments), il se fixe dans le foie, le squelette ou les poumons. Ses radiations peuvent détériorer le noyau des cellules (en particulier les molécules d'ADN) et engendrent un risque de leucémies, cancers ou mutations génétiques. Respirer une poussière d'un centième de milligramme de plutonium est une cause presque certaine de cancer du poumon.

Concernant sa durée de vie du plutonium, sa quantité est divisée par deux tous les 24 000 ans environ. Même après 240 000 ans (10 demies vies), le nombre d'atome de plutonium n'a été divisé que par 1024. Si on avait une tonne de plutonium au départ, il en reste encore 1kg au bout de 240 000 ans, soit de quoi tuer encore pas mal de
gens.

Philippe BROUSSE



Le nucléaire reste une terrible menace pour la planète "Sortir du nucléaire" dénonce les manœuvres des dirigeants français qui prétendent que le nucléaire est "propre".

  Lors de la Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique, qui se tient du 7 au 18 décembre à Copenhague, les dirigeants de certains états, en particulier de la France, tentent de faire passer le nucléaire pour une énergie "propre" alors que c'est la plus dangereuse et l'une des plus polluantes qui soit. Qui plus est, le nucléaire constitue une forte entrave à la lutte contre le changement climatique :

- construire des centrales nucléaires nécessite des sommes considérables qui ne sont alors pas investies dans les solutions véritablement efficaces pour lutter contre l’effet de serre : pour un euro investi, l'efficacité énergétique et certaines énergies renouvelables sont jusqu'à 11 fois plus performantes que le nucléaire.

     - la filière nucléaire, de la mine d'uranium au démantèlement des installations, génère elle aussi des émissions de gaz à effet de serre. En outre, le nucléaire ne permet pas de récupérer la chaleur dégagée lors de la production d’électricité, ce qui oblige à produire de l’énergie supplémentaire pour les besoins en chaleur (à l’inverse, produire électricité et chaleur en co-génération permet d'émettre 7 fois moins de gaz à effet de serre qu'’un système énergétique nucléarisé).

     - l'option "nucléaire + chauffage électrique", imposée en France soi-disant pour éviter la consommation de fuel et de charbon, a prouvé son absurdité : dès qu'il fait froid, la consommation électrique est telle que le parc nucléaire français (pourtant surdimensionné) est dépassé, et ce sont des centrales au charbon, fortement émettrices de CO2, qui alimentent les chauffages électriques.

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 10:26

Les poubelles radioactives ! Que de négligences ...
Revenons à BURE :

Le stockage irréversible de Bure sera le premier de son genre, dans le monde ! L' ANDRA nous assure que les nouveaux containers sont absolument résistants et doivent retenir les monstres qu'ils contiendront suffisamment longtemps pour qu'ils perdent de leur virulence et tombent enfin dans le domaine des morts !
Il s'agit d'une première de ce genre ! Personne n'est certain de la viabilité longue durée de ces nouveaux containers ou conteneurs......
On nous certifiait que ceux de la Hague , d'Allemagne , d' Alsace , de Soulaisnes..... étaient inaltérables ! Eh bien NON ! Ils n'ont pas tenus 30 ans !

Le grand Mausolée de BURE et ses mânes sera-t-il un sanctuaire capable d' emprisonner ces malfaisants pour l'éternité ? Dans ce cas , pourquoi l' ANDRA achète-t-elle des hectares de terrain en disant aux paysans : quand les enfouissements seront effectifs, vous ne pourrez plus cultiver et faire de l'élevage sur tous les terrains qui seront au-dessus du "mausolée " ? Cela signifie que des fuites donc des contaminations par la radioactivité seront toujours possibles ! Il faut dire que ce grand cimetière possédera des cheminée d'aération...

La pollution radioactive est nocive pour l'homme: en effet, les radio-éléments ont une durée de vie plus ou moins longue et se désintègrent en émettant des rayonnements dangereux. Lorsque des radio-éléments sont fixés dans le corps humain, ils peuvent être dangereux même si la quantité totale de rayonnements émis est relativement faible, car ils atteignent les cellules environnantes de manière très concentrée, pouvant créer des tumeurs (caractère mutagène des radiations). Le corps humain peut être amené à fixer des radio-éléments de plusieurs manières:

  • Par la respiration: si des particules de gaz radon se désintègrent alors qu'elles sont dans les poumons, elles se transforment en élément lourds qui se fixent, et continuent leur "vie radioactive" et leurs émissions nocives jusqu'à leur fin de vie.
  • Par l'alimentation: si un organisme est contaminé par une pollution radioactive, les végétaux et les animaux mangeant ces végétaux courent le risque d'une contamination radioactive. Certains végétaux sont particulièrement radio-accumulants: lavande, champignons. Certains organes sont aussi plus sensibles: par exemple, la thyroïde fixe l'iode, c'est pourquoi en cas de contamination radioactive, on distribue des pastilles d'iode non contaminée aux riverains afin de saturer la thyroïde d'iode "saine" et d'éviter sa contamination par de l'iode radioactif.

    Souvenez-vous, nous a-t-on distribué des pastilles d'iode au moment de Tchernobyl ?
Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 13:40
La neige ! la neige !  Elle tombe en volutes blanches qui volent à l'infini ! Cette fée transforme taillis, tas de pierre, amas de ferrailles en châteaux fantastiques ! D'après les scientifiques, le réchauffement climatique est la cause de ces phénomènes neigeux , de plus en plus nombreux ....
La calotte glaciaire du pôle Nord fond et l'eau coule dans la mer . Le réchauffement de la mer agit sur" le gulf stream" qui tend à s'éloigner de nos côtes et, petit è petit, le climat continental s'installe progressivement sur notre pays : hiver très froid, été très chaud


  1. Le Gulf Stream - www.alertes-meteo.com

    Explication sur le Gulf Stream - Arret du gulf stream ralentit. ... Le Gulf Stream est un très grand courant océanique permanent et chaud de l'Atlantique ...
    www.alertes-meteo.com/vague.../stream.htm - 

Le réchauffement climatique en cause

D'après les scientifiques du National Snow and Ice Data Center, la banquise arctique se réduisait d'environ 8% tous les dix ans. Un phénomène inquiétant qui s'amplifie et semblerait devenir durable puisque ces quatre dernières années, la formation de glace durant l'hiver a été de 20% inférieure à la période 1978-2000, et que la température moyenne à la surface de l'océan Arctique était, entre janvier et août 2005, de 2 à 3 degrés Celsius plus élevée qu'au cours des cinquante dernières années.
Lorsque la banquise fond, le niveau de l'eau n'augmente pas pour autant puisque le passage de l'état solide à l'état liquide de l'eau n'induit pas une augmentation du volume d'eau. C'est la fonte des glaciers terrestres qui contribue à l'élévation du niveau des océans. Il n'y a donc pas, ici, d'élévation possible du niveau des océans.
Pour autant, en fondant, la banquise introduit un surplus d'eau douce qui pourrait contribuer à freiner la circulation thermohaline qui redistribue la chaleur sur Terre.



Vers un nouvel âge glaciaire en Europe ?

"Les implications de ces observations sont considérables", estime Detlef Quadfasel, chercheur à l'institut d'océanographie de l'université de Hambourg (Allemagne), dans un commentaire publié par Nature. "Les relevés paléoclimatiques montrent que les températures de l'hémisphère Nord peuvent s'effondrer de plus de 10 ºC en quelques décennies et que ces changements abrupts sont intimement liés à des interruptions de la circulation océanique."

La dérive nord-atlantique qui adoucit le climat de l'Europe occidentale transporte une partie de la chaleur tropicale du golfe du Mexique vers l'Atlantique nord, c'est la prolongation du Gulf Stream. Ce courant joue un rôle majeur dans l'équilibre climatique que nous connaissons.
"La chaleur qu'elle transporte apporte une contribution substantielle au climat modéré de l'Europe maritime et continentale et tout ralentissement de la circulation océanique aurait des implications profondes pour les changements climatiques", affirme l'étude.
L'interruption de la circulation océanique dans l'Atlantique pourrait faire baisser, d'ici à 2100 de 4°C les températures moyennes en Europe, ce qui plongerait notre continent dans des hivers très rigoureux avec des zones de froid localisés... Rien de comparable pour autant avec une glaciation en Europe.


http://www.notre-planete.info/photos/photo.php?id=3125

Groupons nos efforts pour diminuer l'effet de serre :
utilisation des énergies renouvelables :
- énergie solaire
- énergie biomasse

: chauffage.biomasseagroforestiere@orange.fr

- énergie hydraulique

- énergie éolienne

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 11:26

 

L'exploitation des mines d'uranium en France n'était pas plus sécurisée qu' en Chine ou au Tibet ! Souvenons-nous du reportage d' Elise Lucet , Les poubelles radioactives ! Pièces à conviction.....


 

L'exploitation de l'uranium

Les mines d'uranium sont situées dans diverses régions du Tibet. Les gisements d'uranium de Thewo (Ch Tewe) dans la préfecture Autonome de Gannan (au sud de la province de Gansu) sont connus pour être les plus importants du Tibet. 

A la mine d'uranium de Thewo on prétend que les eaux usées, dangereuses, sont collectées dans des conteneurs de pierre de quarante mètres de haut avant d'être déversées dans la rivière voisine, que les gens utilisent pour boire. Des Tibétains réfugiés en Inde ont fait le bilan suivant sur les exploitations minières :

Plus de cinquante Tibétains de Thewo sont morts entre 1987 et 1991 de maladies mystérieuses. Les animaux domestiques meurent sans que la cause de la maladie n'ait pu être identifiée. Les arbres et les herbes se dessèchent. La rivière Jampakok est polluée, son eau est noire et sent mauvais.



. La contamination de l'eau et du sol

M. Pan Ziqiang, directeur de la sécurité à la Compagnie nationale de l'industrie nucléaire, dirigée par l'État, a déclaré que jusqu'à maintenant tous les déchets radioactifs de la Chine avaient été déposés dans des conteneurs de béton qui ne sont sûrs que pour une dizaine d'années seulement. M. Luo Guozhen, du Bureau d'État pour la protection de l'environnement, a déclaré que 1200 personnes ont été fortement irradiées entre 1980 et 1985 et que vingt d'entre elles sont décédées. Il a affirmé que les directeurs, qui ignoraient les règlements concernant la manutention des déchets radioactifs, étaient en partie à blâmer pour les fuites de radioactivité.

En raison de leur vieillissement, les conteneurs de béton de déchets nucléaires enfouis dans le sol suinteront et contamineront l'eau des sources, et celles-ci sont généralement utilisées pour l'agriculture et la boisson. L'eau de source contribue pour une part significative dans les ressources en eau de la Chine.

Des rapports en provenance du Tibet confirment que les réserves souterraines en eau de l'Amdo diminuent à un rythme très rapide. Les nappes phréatiques qui constituent une des sources majeures des réserves d'eau potable, une fois contaminées, sont impossibles à nettoyer. Par conséquent, n'importe quel genre de pollution, mais particulièrement la contamination radioactive de l'eau du sous-sol, est particulièrement inquiétante

.

La pollution des cours d'eau et les inondations


Les déchets radioactifs déversés au hasard près des cours d'eau polluent les rivières, les lacs et les sources. Comme le Tibet est le premier réservoir d'eau pour la majeure partie de l'Asie du Sud et du Sud-Est, l'impact de la pollution des sources sur la structure sociale et économique des peuples qui vivent dans les pays situés en aval s'avérera désastreux. Principalement à cause de la toxicité des déchets nucléaires ou des rejets industriels qui sont déversés. Des pays comme la Chine, le Pakistan, l'Inde, le Bangladesh, la Birmanie, la Thaïlande, le Cambodge, le Laos, le Bouthan et le Vietnam seront sévèrement touchés et donc forcés de modifier leurs moyens d'existence.

Le déboisement massif du plateau du Tibet contribue largement aux inondations destructrices de plus en plus nombreuses qui se produisent chaque année. Des fleuves comme le Brahmaputre, le Yangtsé, le Hwangho, le Salween, le Sutlej, l'Indus, le Mekong et d'autres, peuvent également charrier des déchets d'origine nucléaire provenant des mines d'uranium du Tibet. Ces eaux se déversent en fin de parcours dans la mer d'Arabie, la baie du Bengale et la mer de Chine du Sud.

. Les poubelles radioactives ! Pièces à conviction.....

Conclusion

Etant donné les piètres résultats du traitement des déchets nucléaires par la Chine et le manque de technologie pour le stockage des ces déchets, les conséquences de la nucléarisation du plateau tibétain sont véritablement alarmantes, aussi bien pour le Tibet, la Chine que pour les Etats voisins.

La poubellisation nucléaire du plateau du Tibet est un problème régional et international. Plus globalement, c'est un problème majeur, car c'est là que naissent les principaux cours d'eau de l'Inde, de la Chine, du Népal, du Pakistan, du Bouthan, de la Birmanie, du Bangladesh, de la Thaïlande, du Cambodge, du Vietnam et d'autres encore.

Le plateau de Tibet doit être sauvé d'un holocauste nucléaire. Cette responsabilité incombe au gouvernement chinois mais aussi aux Tibétains et à la communauté internationale. Nous devons agir avant qu'il ne soit trop tard. Sa Sainteté le Dalaï-Lama s'est fait le champion de la non violence et a proposé au gouvernement de la Chine que le Tibet devienne une zone de paix, comme il l'a déclaré dans son plan de paix en cinq points, le 21 septembre 1998, à Washington.

 

Depuis, il n'y a pas eu de progrès dans l'entente entre la Chine et le Tibet et le plateau !


Raymond MEYERS

Source : Green Tibet

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 21:49

Commentaire reçu sur mon blog :

" je rappelle que pour les déchets nucléaires, leur vie est très réduite et que la plupart peuvent refaire un cycle dans une centrale."

Je remercie cette personne de lire les articles que je publie sur mon blog mais je lui conseille de lire tous mes articles et ainsi, elle comprendra ou saura que les déchets radioactifs sont loin d'avoir une vie réduite.  Actuellement, ils vivent éternellement , car aucun procédé n'a encore été mis au point pour les appauvrir au point de les rendre inoffensifs . Je l'invite à consulter les sites de greenpeace, Sortir du nucléaire, et autres sites ainsi que les actualités publiées dans les journaux  ex.( la semaine dernière, un train de déchets radioactifs, venus de la Drôme est arrivé à Cherbourg, ils sont partis par bateau en Sibérie, pour être retraités mais la vérité .... ces déchets restent en Russie , sur des décharges ... )  Et si , comme vous le dites, la vie des déchets nucléaires était réduite, pourquoi  se donner autant de mal pour enfouir toutes ces poubelles dangereuses ? Pourquoi cette multiplication de leucémies et autres cancers particulièrement , près des stockages de déchets radioactifs ? Je vous en prie, informez-vous !

La radioactivité est l'ennemie de l'humanité :

Chaque puissance nucléaire se débarrasse de ses déchets radioactifs comme elle peut !

Les déchets radioactifs de la Chine au Tibet 
et leur impact écologique
 !

Depuis des décennies, le plateau tibétain est utilisé par la Chine à des fins nucléaires et de stockage de déchets radioactifs. Cet article a pour objectif de faire la lumière sur les informations disponibles concernant la ‘poubellisation nucléaire’ du Tibet.

Les déchets radioactifs

Les déchets radioactifs émettent des radiations pouvant causer des cancers ainsi que d'autres maladies chez les hommes et les animaux. Encore plus inquiétant, ces radiations peuvent provoquer des mutations génétiques ayant pour résultat des malformations à la naissance. Les scientifiques n'ont pas découvert de méthode fiable d'enfouissement permanent de ces déchets, et les combustibles actuellement utilisés par les usines sont stockés dans du béton qui doit être réfrigéré.

Même l'agence de presse chinoise Xinhua a reconnu que des déchets nucléaires étaient déposés au Tibet. Le 19 juillet 1995, elle rapportait l'existence d'une décharge de 20 mètres carré pour les polluants radioactifs dans la préfecture autonome tibétaine de Habei, près des rives du lac Kokonor. 

Des techniques d'enfouissement peu profond, considérées comme dépassées en Occident, ont par ailleurs été estimées suffisamment sûres en Chine. Concernant le site d'enfouissement des déchets hautement toxiques, les autorités chinoises ont affirmé que la Chine possédait un espace très étendu et qu'il serait donc facile de trouver un site. ....

Les impacts locaux

L'entreposage des déchets radioactifs sur le plateau du Tibet affectera directement la vie des habitants et l'équilibre de l'environnement, à la fois à court terme et pour des milliers d'années.

Ainsi, la demi-vie de l'uranium (c'est à dire le temps nécessaire à ce qu'il perde la moitié de sa radioactivité) est de 4500 millions années. Par conséquent la radiation émise représente un péril durable et provoquera nombre de maladies mortelles, comme des cancers ou des leucémies. La radioactivité affecte aussi l'ADN dans les cellules vivantes, entraînant des modifications génétiques qui peuvent se transmettre de génération en génération chez les hommes, les animaux et les plantes.

 

La pollution atmosphérique

La pollution due aux déchets nucléaires sur le plateau du Tibet, en plus des conséquences locales, a également des implications transnationales. Les vents de haute altitude (les courants aériens) qui soufflent sur le plateau du Tibet peuvent transporter des polluants radioactifs sur toute la surface de globe, et ainsi avoir des conséquences sur d'autres pays puisque aucune frontière ne peut être bouclée pour contrôler la pollution atmosphérique. Le plateau du Tibet est une zone sismologique active. Par conséquent des accidents graves, dans des sites nucléaires et des usines d'armes atomiques, peuvent mettre en danger la vie des personnes et l'équilibre naturel de l'environnement. Lorsque s'est produit l'accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl dans l'ancienne Union soviétique en 1986, la poussière radioactive a voyagé sur 1529 km dans toutes les directions, causant des dommages irréparables parmi les populations et l'environnement.

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 19:37

Train de Cherbourg , des déchets radioactifs pour la Sibérie.....
Trafic de plutonium avec les USA......
Décharges de déchets radioactfs en Afrique ....
Poubelles radioactives dispersées sur le territoire français .....
Des décharges radioactives d'où fuit de la radioactivité
Centrales nucléaires dont le disfonctionnement représente un danger de contamination....

Affaire du plutonium dissimulé à Cadarache dans les Bouches-du-Rhône :
Le Réseau "Sortir du nucléaire" accuse les autorités

françaises d'être manipulées par l'industrie nucléaire

=> Ces 30 kg de plutonium "en trop" pourraient cacher un trafic entre la France et les USA en 2004
=> Le Commissariat à l'Energie Atomique a caché cette incroyable situation pendant des mois

- C'est l'équivalent de 6 bombes atomiques qui est illégalement stocké à Cadarache
- M. Borloo se ridiculise en demandant "une enquête" ou "la transparence" à chaque affaire.
- L'Autorité de sûreté nucléaire est incapable de se faire respecter par EDF, Areva et le CEA.
- Il faut stopper l'industrie nucléaire française et répertorier les situations les plus dangereuses.

Les graves fautes commises par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) dans son site nucléaire de Cadarache (15 à 30 kg de plutonium "en trop" trouvés dans l'Atelier de plutonium) posent des questions très importantes et illustrent parfaitement la réalité du nucléaire en France :

- Le personnel politique des partis dominants (en particulier UMP et PS), qui soutient aveuglément l'industrie nucléaire, est incapable de contrôler les exploitants (EDF, Areva, CEA) qui mentent impunément depuis des décennies.

- L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) est elle-même parfaitement incapable de se faire respecter et d'assurer le contrôle des activités nucléaires. Ainsi, le fameux Atelier, où le plutonium "en trop" vient d'être "découvert", a été contrôlé à de nombreuses reprises ces dernières années. Vainement, de toute évidence.

- Il est édifiant de rappeler qu'Areva a rouvert l'Atelier de plutonium fin 2004 pour y traiter une cargaison de plutonium américain, alors que la fermeture censément "définitive" de cet Atelier avait été obtenue par l'ASN quelques mois plus tôt.

- Il est d'ailleurs légitime de se demander si le plutonium excédentaire trouvé à Cadarache ne provient pas du "trafic" de plutonium de 2004 entre Areva et les Etats-Unis. Des mesures policières et militaires insensées avaient alors été déployées pour empêcher tout regard citoyen sur ces transferts de plutonium.

Peut-on faire confiance aux arguments développer par l' ANDRA ?
Le grand mausolée de BURE ne risque-t-il pas d'être une bombe à retardement ?
C'est très difficile de les croire ! Jusqu'à ce jour , je n'ai pas connaissance de déchets radioactifs enfouis , qui ne posent  pas de problème de contamination  !

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 10:59

Dépôts de déchets radioactifs en Sibérie ( suite ...)

Documents extrait de "Libération ":

Les containers embarquent sur un bateau au Havre, jusqu’à Saint-Pétersbourg, puis sont chargés à bord d’un train pour être traités dans le complexe atomique de Tomsk-7.

Une fois
là-bas, l’uranium de retraitement est réenrichi, ce qui produit 10 % de matières réutilisables par EDF, et 90 % d’uranium très appauvri - que l’on appelle les queues d’uranium - qui deviennent la propriété de l’entreprise russe Tenex. C’est cet uranium qui est stocké sur de grands parkings à ciel ouvert. En l’état, il n’est guère dangereux… sauf si un avion venait à se crasher dessus. Cela disperserait les matières radioactives dans l’environnement.


Les industriels français du secteur, Areva et EDF, se défendent de laisser des déchets radioactifs aux Russes. Pour eux, cette matière appauvrie peut se réutiliser, elle est «valorisable». Et chez Borloo, à la direction de l’énergie et du climat, on décline les multiples usages qu’on pourrait en faire. «On peut l’associer à du plutonium et faire du MOX. Et quand les réacteurs de quatrième génération seront au point, en 2040 si tout se passe bien, on pourra la réutiliser», affirme-t-on.

EDF considère en effet que cette dernière option «représente le potentiel de réutilisation le plus important, dans la mesure où les queues d’uranium constituent le combustible naturel de cette technologie». Rendez-vous donc en 2040.

 


Une vraie galère.

Pour nombre d’experts et d’écologistes, l’utilisation de l’uranium appauvri stocké en Russie est improbable car cette matière s’apparente à une orange pressée deux fois : elle ne fournit plus guère de jus. «Théoriquement, on peut utiliser les queues pour fabriquer du combustible nucléaire, mais en pratique, les Russes ne le font pas, affirme Vladimir Tchouprov, chargé de campagne énergie de Greenpeace en Russie. Ce produit est polluant et il contient très peu d’uranium 235. C’est une vraie galère à utiliser. Pour nous, c’est un déchet ultime.»

Pour les écologistes russes, Areva envoie en Russie des déchets qui n’ont aucune valeur marchande pour l’instant, et qui sont nocifs. «Les Français envoient des matières dont une partie faible, 10% environ, est effectivement réutilisée. Est-ce que ça vaut le coup ? De fait, ils abandonnent 90 % de leur matière chez nous» déplore l’écologiste russe.

 


«Le terme abandonner n’est pas approprié, rétorque Jacques-Emmanuel Saulnier, porte-parole d’Areva. La pratique internationale établie est la suivante : la matière enrichie revient au client [en l’occurrence EDF] et la matière appauvrie revient à l’enrichisseur. Mais il est vrai que la technologie peut s’améliorer. Pour l’heure, nous sommes technologiquement obligés de séparer les matières. Bientôt, nous pourrons nous en passer.»


Ce transfert de matières radioactives pose différentes questions : la sécurité de leur transport sur 8 000 km, la sécurité de leur stockage et l’efficacité du retraitement. En attendant d’hypothétiques sauts technologiques à venir, le cycle fermé du nucléaire français fuit donc en Russie. En toute opacité.

 

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 10:13


Souvenez-vous du train de Cherbourg ! Le cargo russe a été chargé et il a certainement prit la mer pour la Sibérie ! Oh, la belle affaire direz-vous, cette poubelle part en Sibérie, ce n'est pas chez nous ! NON ! NON! C'est inaceptable !
Les poubelles radioactives ! Leucémie infantile .... Quand ce n'est pas chez nous qu'on les étale un peu partout, on les décharge AILLEURS ! Les poubelles radioactives ! Pièces à conviction.....

Qui sont donc ces hommes des TEMPS MODERNES ? Sont-ils incapables de lancer une recherche sérieuse et efficace pour traiter leurs déchets dangereux ? D'autant plus que ces décharges radioactives sont à 80% et plus, des matières radioactives réutilisables ! Pourquoi ne pas chercher le procédé capable d'utiliser complétement ces produits jusqu'à les rendre neutres ? Pourquoi ne pas tendre à produire des déchets inoffensifs , ne présentant aucun danger pour la santé et la vie de nos enfants , petits-enfants et toutes les générations futures ?


LIBERATION    12/10/2009 à 00h00

 

 

Nos déchets nucléaires sont cachés en Sibérie

Diffusé sur Arte, le documentaire d’Eric Guéret et de notre journaliste Laure Noualhat montre que certains rebuts radioactifs français, loin d’être recyclés, sont abandonnés en Russie.

Depuis des années, l’industrie nucléaire se présente comme une industrie recyclable où, nous affirme-t-on, 96% des matières radioactives sont réutilisables. Un chiffre à faire pâlir d’envie les industries les plus polluantes. La filière nucléaire fait ainsi figure d’industrie propre, recyclable, fonctionnant en circuit quasi fermé et qui, de surcroît, assure l’indépendance énergétique de la France. La réalité est un poil différente. Et le beau circuit du nucléaire connaît en fait de grosses fuites. Aujourd’hui, c’est près de 13 % des matières radioactives produites par notre parc nucléaire qui dorment quelque part au fin fond de la Sibérie. Précisément dans le complexe atomique de Tomsk-7, une ville secrète de 30 000 habitants, interdite aux journalistes. Là-bas, chaque année, depuis le milieu des années 1990, 108 tonnes d’uranium appauvri issues des centrales françaises viennent, dans des containers, se ranger sur un grand parking à ciel ouvert.

Le plutonium est effectivement réinjecté dans le cycle du combustible, mais à des taux très faibles. En l’associant à de l’uranium appauvri, on obtient un nouveau combustible, le MOX (abréviation de «mélange d’oxydes»), qui alimente, en partie, 22 des 58 réacteurs français. Quant à l’uranium de retraitement, on ne peut le réutiliser qu’à hauteur de 10 %. Pour le réintroduire dans un cœur de réacteur, il faut l’enrichir plus que d’ordinaire. C’est un processus qui s’opère aujourd’hui en Russie, car la France ne dispose pas de la technologie. «Le site Eurodif, dans la Drôme, qui est l’usine d’enrichissement d’Areva, ne dispose pas d’une ligne de production spécifique pour permettre ce travail» explique Mycle Schneider, consultant international en matière d’énergie. Ainsi, Areva expédie une partie de l’uranium de retraitement à 8 000 kilomètres de la France, en Sibérie.


 Là-bas, on isole les déchets ultimes dont on ne peut rien faire (4 % des volumes), puis le plutonium (1%) et l’uranium de retraitement (les 95% restants). L’industriel Areva assure que le plutonium et l’uranium de retraitement sont réutilisables, ce qui représente le fameux taux de recyclage à 96%. Dans les faits, c’est plus compliqué, car il semblerait que nous ne sommes plus en mesure de retraiter en France !Comment et pourquoi en est-on arrivé là ? Pour le comprendre, il faut remonter la filière du retraitement nucléaire français. Au cours de la réaction en chaîne, le combustible, constitué principalement de barres d’uranium, produit un peu de plutonium, mais aussi des «déchets ultimes». L’exploitant EDF paie donc l’industriel Areva pour retraiter le combustible usé de ses centrales à l’usine (de La Hague, dans la Manche ), fermée et remplacée par l'usine "site Eurodif " 


En bateau, en train.


Nous ne pouvons pas nous passer d'électricité, c'est certain, mais produisons cette fée électricité dans le respect des hommes et de la Terre ! On peut le faire, mais les grands de ce monde gagneraient moins de dollars et d'euros ! Il faudrait financer des laboratoires de recherches., utiliser des procédés plus coûteux .....C'est plus facile et MOINS  CHER d'enterrer et d'oublier à jamais ces déchets radioactifs dangereux ....

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 18:26

L'effet de serre par Monsieur Claude ALLEGRE (suite ) :

"Mais ce qui me distingue des fanatiques de l'effet de serre, c'est que leurs proclamations
consistent à dénoncer le rôle de l'homme sur le climat sans rien faire pour combattre ce danger, si ce n'est organiser des colloques et préparer des protocoles qui restent lettre morte. C'est l'attitude de l'écologie dénonciatrice. Je me situe clairement dans l'écologie réparatrice. Celle qui propose des solutions concrètes pour préserver notre planète. Dans le cas présent, en aménageant le territoire pour la préservation de l'eau et la prévention contre les cyclones, en défendant l'idée des voitures hybrides ou électriques dans les villes et en intensifiant les recherches sur la séquestration du CO2.

Enfin, je rappelle à ceux qui ne le sauraient pas que j'ai écrit deux livres, en 1990 et en 1993, sur l'écologie, que j'ai été à la pointe du combat contre les dangers du plomb atmosphérique, que j'ai soutenu les recherches sur la couche d'ozone et l'effet des CFC et que, bien que partisan de l'énergie nucléaire pour préserver le pétrole, je me suis opposé à l'enfouissement profond des déchets radioactifs! Ce qui me distingue de certains, c'est que je crois en la capacité de l'homme à résoudre les défis, à condition de ne pas se tromper sur l'origine du danger! Ce dont je rêve, c'est que l'écologie soit le moteur du développement économique et non un obstacle créateur de peurs."

La biomasse, créatrice d'emplois ....

allegre.express@ipgp.jussieu.fr


"Assez de mensonges et d'affabulations", écrit dans un communiqué Claude Allègre. Accusé par les écologistes et certains scientifiques de ne pas adhérer à la thèse du réchauffement climatique, M. Allègre répond : "Je crois qu'il y a un changement climatique attesté aussi bien par la fonte de la banquise nord que par le développement des phénomènes extrêmes. Ce dont je doute, c'est qu'on ait compris l'ensemble des processus mis en jeu, tant le climat est un phénomène complexe. Ce dont je doute encore, c'est que l'on puisse prédire le climat dans un siècle, alors qu'on a du mal à prédire la météo chaque semaine. En tant que scientifique et citoyen, je ne veux pas, comme certains, que l'écologie contribue à accentuer la crise et fasse encore plus souffrir les plus démunis. Je ne crois pas que les problèmes nombreux posés à la planète - eau, poussière, polluants, pesticides, réserves halieutiques, écologie côtière, biodiversité - doivent conduire à la décroissance économique et à la mise en pièces de l'économie de marché ", ajoute-t-il.

 

IClaude ALLEGRE a pris position contre la mise en vigueur de la taxe carbone, y voyant « une initiative catastrophique pour notre pays ». « Elle serait inutile climatiquement, injuste socialement, nuisible économiquement » 


Il travaille sur le carbone et sa séquestration de manière à l’enfouir... L’atmosphère terrestre, explique-t-il, était dans le passé à 80 % du gaz carbonique (comme celle de Vénus). Il n’en reste que 380ppm (parties par millions), l’atmosphère actuelle a une teneur de 003%... Il a donc disparu mais comment et où ? Réponse de notre académicien géologue : Il est dans les calcaires (craies et bassins calcaires). Comment piéger le gaz carbonique pour fabriquer des calcaires et ainsi le stocker ? Etudier la formation de ces carbonates anciens et l’évolution de l’atmosphère. "C’est une idée que me tient à coeur : recherche fondamentale et recherche appliquée ne font qu’un".

 

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 10:05

Les déchets nucléaires américains ne seront pas enfouis avant longtemps. Obama s’apprête à couper les vivres au futur dépotoir de Yucca Mountain, qui devait en entreposer pour des millions d’années. En attendant, il continueront à être entassés dehors, ou à prendre un bain en piscine !

Après vingt ans d’études et de travaux qui ont englouti près de huit milliards de dollars, Yucca Mountain devait recevoir —en une vingtaine d’années— 77 000 tonnes de déchets hautement radioactifs qui sont aujourd’hui stockés en surface dans une centaine de sites américains (environ 100 000 mètres cubes). Ensuite, le souterrain devait être scellé et refermé à jamais après quelques décennies —ou quelques siècles— de suivi quotidien. Une sorte de mausolée légué aux générations futures, enfoui dans un ensemble de tunnels creusés à trois cent mètres sous la montagne.

Mais voilà, toutes les études géologiques sont à refaire. Car les scientifiques ont découvert une faille sismique qui passe juste sous la zone où les aires de stockage devaient être aménagées, et non à quelques centaines de mètres. L’info avait été révélée en 2007 par le Review Journal de Las Vegas. Le Département américain de l’énergie avait décidé de poursuivre ses études d’aménagement, expliquant que les ajustements nécessaires avaient été décidés. De plus, alors que les simulations sur la radioactivité du site avaient été établies sur dix mille ans, l’Agence américaine de l’environnement avait demandé aux responsables du projet de refaire leurs calculs sur une durée de… un million d’années!



Et chez nous? Et bien on étudie la tenue du laboratoire souterrain de Bure (Meuse), sous la responsabilité de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). L’objectif est de choisir un site en France avant 2015 pour une ouverture prévue en 2025, selon l’Agence. Un site qui stockerait 6000 mètres cubes de déchets à haute activité (HA) et 82 000 mètres cubes à moyenne activité mais à vie longue (MA-VL). Grande différence avec la solution américaine, ce dépotoir devra être réversible. Combien de temps faudra-t-il pour dénicher une faille sismique sous le futur site?

On étudie, mais on constate que les terrains sont achetés, que L'ANDRA cherche des lieux pour bâtir et loger les nouveaux venus, qui travailleront à l'édification du grand Mausolée de BURE, premier de son genre , unique au monde ! Pourquoi enterrer à jamais des matières actives qui pourraient encore servir jusqu'à épuisement  ? Si on ne peut plus s'en servir, pourquoi ne pas chercher le procédé capable de rendre ces déchets radioactifs et dangereux inoffensifs ? Pourquoi enfouir des matières radioactives dangereuses ? Pourra-t-on surveiller ce sanctuaire , Mausolée de mânes immortels et maléfiques  ?
Si le Président Obama a fait stopper le grand enfouissement  de Yucca Mountain, c'est qu'il y a des raisons sérieuses ! Nous devons reconnaître que les USA possèdent d'immenses moyens de recherches pour étudier les risques et les moyens pour mettre en oeuvre des procédés efficaces pour gérer tous les déchets dangereux ! Nous savons qu'ils commettent aussi des erreurs, qu'ils ne sont pas toujours des exemples mais nous savons aussi qu'ils savent être efficaces ! " La machine américaine"possède une capacité de recherche incomparable ! Quand l' UNION EUROPEENNE sera capable d'exister en tant qu'unité, elle possédera aussi une force de recherches scientifiques comparable ! E attendant, pourquoi jouer aux apprentis sorciers en mettant la santé et la vie de nos enfants , petits-enfants et toutes les générations futures en danger ?

 

 

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens