Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 23:24

 

La guerre de trente ans

 

 

 

Un massacre , une extermination, une guerre oubliée dans les manuels scolaires !

 

Une guerre, à l'époque où la Lorraine était un duché indépendant de la France

 

La guerre de Trente Ans fut une suite de conflits armés qui mit l’Europe à sang de 1618 à 1648 . L’ambition des Habsbourg était d’accroître leur hégémonie sur les peuples d’Europe. Les antagonistes étaient  le camp des Habsbourg d’Espagne et du  Saint Empire –Empire romain germanique, soutenus par L’église catholique contre les Etats allemands protestants du Saint-Empire, les puissances européennes voisines à majorité protestante comme les Provinces Unies, les pays scandinaves et la France .

 

 

En 1632, l'armée du roi Louis XIII occupa les Etats de Charles IV, duc de Lorraine, , hostile à la France. Richelieu puis Mazarin s’acharnèrent sur la Lorraine, des combats sanglants décimèrent le duché. Il y eut des résistances exemplaires, celle de Bitche et la plus longue, celle de la cité de La Mothe, 4000 habitants, qui se défendirent comme des diables. Des fosses communes, datant de la guerre de trente ans, contenant des enfants, des femmes, des hommes ont été découvertes dans de nombreux villages lorrains.

 


« Les misères et malheurs de la guerre en Lorraine ... 1635
La malheureuse Lorraine était alors en proie à toutes les calamités ... les paysans pillés tour à tour par les Français, par les Suèdois, par les Italiens, par les Croates, n'avaient plus de proie à offrir aux derniers venus, qui les soumettaient aux plus cruelles tortures pour les forcer à révéler les cachettes où les soldats supposaient qu'ils avaient célé leur argent. Les habitants se réfugiaient dans les bois et y périssaient de misère. Les villes et les châteaux étaient sans cesse assiègés, pris et repris. Les bourgeois qui ne périssaient pas dans la défense de leurs villes, étaient ruinés par le logement des gens de guerre qui les maltraitaient. Ceux qui survivaient à tant de misères se hâtaient de fuir le pays dévasté par tant de fléaux. La Lorraine, dit un Historien du temps, a les malheurs de Jérusalem...
écrit de V. Mand'Heux au sujet des malheurs de la guerre de 30 ans dans cette région.


(Les Racines Lorraines des ARNOULD de Gerbéviller Claude et Denise GEWISS 1983)
Selon le Marquis de Beauvau : 1635 c'est l'année qui a "le plus causé de calamitez à la Lorraine que toutes les précédentes, parce qu'elle fut inondée de toutes les bêtes dont parle l'Apocalipse..." »

 
« A cette époque, Richelieu a donné l'ordre de "nettoyer le pays" de rechercher "tous ceux qui ouvertement ou secrettement ont eu intelligence avec le dit Charles et ses adhérents", de saisir tous les biens et de "poursuivre comme criminels" les grands seigneurs du pays et "gentils hommes mal affectionnez"... »

 

 

 

Les dégâts causés par les combats et la circulation incessante des troupes armées en campagne ou en débandade sont considérables, parfois inouïs. Les armées comprennent une majorité de mercenaires dont la paye n’est pas régulièrement assurée sur les budgets des États qui les emploient. Ainsi les soldats, mal payés, payés avec retard ou pas payés du tout sont amenés à se payer par eux-mêmes sur les populations civiles, qu’elles soient « ennemies » ou de leur propre bord. Wallenstein développa au plus haut point le principe selon lequel « la guerre doit financer la guerre » c’est-à-dire que l’exploitation économique des pays conquis doit être la ressource principale de l’armée en campagne. Des fortunes colossales furent amassées sur le malheur des populations par des hommes sans scrupule tels que Wallenstein lui-même


Albrecht Wenzel Eusebius von Wallenstein naquit le 24 septembre 1583 et décéda le 25 février 1634.  C’ était un homme de guerre de la noblesse tchèque, qui fut le plus grand fournisseur  de mercenaires au service de l’Empire des Habsbourg  pendant la  guerre de trente ans .

 

 

Son armée approchait  les 50 000 hommes. Elle impressionnait par sa taille plus que par la qualité de ses soldats. Elle était composée de mercenaires  sans scrupules. Les exactions furent nombreuses : tortures, massacres en masse d’innocents, viols, assassinats


 Des épisodes comme ceux du « sac de Magdebourg » :
 Le 10 mai 1631, le comte de Pappenheim et le comte de Tilly s'emparèrent de  Magdebourg. Les soldats impériaux, échappèrent rapidement à leur commandement, massacrèrent les habitants et incendièrent la ville. Des 30 000 habitants , seuls 5 000 survirent. À la fin de la guerre de trente ans en 1648, dix-sept ans plus tard, la ville ne comptait plus que quelques centaines d'habitants.

 


Il y eut aussi les atrocités commises au  Palatinat, en Franche-Comté, en Alsace, Lorraine qui marquèrent les esprits pour des décennies et restèrent dans la  mémoire collective pendant plus d’un siècle, alimentant en chaîne le cycle infernal des représailles et de la vengeance. Ces régions  d’Allemagne et de France  sortirent de cet interminable conflit ruinées, dévastées, dépeuplées pour de longues années.

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 17:01

COMMUNIQUE

 

 

Chaîne Humainei

 

 

 

 

 

C’est en étant nombreux
que nous sommes forts
et nous avons besoin de vous
pour atteindre 100 % de notre objectif !

 

 

Bonjour,

Plus que quelques jours avant le dimanche 11 mars... Un an jour pour jour après Fukushima, réagissons pour affirmer tous ensemble : "sortir du nucléaire, c’est possible !". Sur 230 km entre Lyon et Avignon, ce sera la plus grande chaîne humaine jamais organisée en France !

La dynamique ne cesse de s’accroître...
Nous sommes submergés de demandes de tracts, drapeaux, autocollants... ; plusieurs milliers de personnes visitent chaque jour le site chainehumaine.org et notre standard téléphonique chauffe. Plus de 100 départs groupés en provenance de tous les coins de France sont déjà prévus, et de nouveaux s’ajoutent quasiment chaque jour. *

...mais nous avons besoin de votre soutien maintenant !
Pour organiser une mobilisation de cette ampleur, nous devons engager des sommes importantes, alors même que nous limitons les dépenses au strict nécessaire. Pour l’instant, les fonds que nous avons rassemblés ne financent qu’un tiers du budget de la grande chaîne.

Vous aussi, ajoutez des maillons à la chaîne...

 

 

 

Merci infiniment pour votre engagement à nos côtés,

Toute l’équipe du Réseau "Sortir du nucléaire"

 

Retrouvez la liste complète des départs groupés et toutes les infos pratiques sur le site www.chainehumaine.org

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 23:07

Armand Jean du Plessis,  Cardinal de Richelieu

 

 

 

Richelieu était un homme volontaire qui  mit tout en oeuvre pour atteindre ses objectifs.

Ses premiers objectifs furent :

- la lutte contre les protestants, qu’il considérait comme un véritable « État dans l’État »

- contre la noblesse qui, oubliant ses devoirs, ne cessait de comploter .

 

En 1626, il fit interdire les duels, et exécuter tous ceux qui tentèrent de comploter contre lui ou le roi comme le comte de Chalais, qui avait trempé dans une conspiration.


Richelieu organisa le siège de La Rochelle contre  les protestants. La ville se rendit le 28 octobre 1628. La paix d’Alès , en 1629,  confirma la liberté de culte et l’égalité civile accordée aux protestants par l’édit de Nantes.

 

 

                                                        Siège de La Rochelle

 

Il entra en conflit avec le Saint-Siège pour avoir appliqué un impôt foncier au clergé. Pour financer ses guerres, il augmenta la pression fiscale provoquant un mécontentement du peuple, souvent attisé par la noblesse.

 

Le 11 novembre 1630 , il désavoua Marie de Médicis, qui dut s’exiler définitivement.

 

Après un procès des plus expéditifs, le Cardinal fit décapiter en 1632, le duc de Montmorency, qui s’était révolté en Languedoc.

En 1641, le comte de Soissons, vainqueur des troupes royales à la bataille de La Marfée, fut tué, probablement par un agent du cardinal.

Le 12 septembre 1642, place des Terreaux à Lyon, Cinq Mars et son ami François de Thou périrent sur l’échafaud.

 

 

                                                    Exécution de Cinq Mars, favori de Louis XIII


Pour lutter contre les Habsbourgs, il finança l’effort de guerre de Gustave  Adolphe de Suède et des princes protestants allemands, puis il s'allia aux  Provinces-Unies. Richelieu consolida les abords des frontières, en particulier grâce à la citadelle de Pignerol, dans le Piémont, qu’il prit aux Espagnols en 1630, et surtout avec la Lorraine, qu’il fit occuper en 1633.

 

Le début des années 1640 vit la fin de la prépondérance espagnole et le début d’une domination française, qui allait se poursuivre jusqu’à la fin du XVIIe siècle.

 

 

Face à la noblesse turbulente ,  Richelieu répondait par la fermeté. Il supprima les hautes charges que les grands seigneurs exerçaient auprès du roi.

Il fit raser plus de 2 000 châteaux forts qui faisaient ombrage au roi

 Il généralisa l'envoi en province d'intendants chargés de faire appliquer les décisions royales.

Les assemblées provinciales furent supprimées ou surveillées ainsi que les gouverneurs et  parfois même, les puissants notables

 

Il s'occupa de l'administration intérieure aussi bien que de la direction politique,

- rétablit l'ordre dans les finances,

- réforma la législation,

- créa  une marine en 1626 en se donnant le titre de « Grand Maître et Surintendant de la Navigation »,

 

Richelieu fut aussi célèbre pour le soutien qu’il apporta aux arts

Il fut à l’origine de la construction du Palais Royal en bâtissant le Palais Cardinal qu’il offrit au Roi pour bien lui montrer qu’il ne désirait pas être au dessus de lui.

Il restaura et agrandit la Sorbonne et  créa l’Académie Française en 1634.

 

Repost 0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 19:35

 Louis XIII, un roi méconnu ....

 

 

 

Louis XIII remplaça Concini par son favori, le duc de Luynes..

Très rapidement, Luynes accumula les titres et les fortunes. Son avancement créa des mécontentements, d'autant qu’il se montra être un homme d'État assez médiocre.


La reine-mère, Marie de Médicis,  s'échappa du Château de Blois en 1619 et leva une armée contre Louis XIII. Il se réconcilia avec sa mère, lors du Traité d'Angoulême . Il lui céda  les villes d’ Angers et de Chinon. Il lui interdit de siéger au Conseil. La reine mère alla jusqu’à déclencher  une guerre civile en 1620. Finalement, ce fut une défaite totale pour la reine Par crainte de voir sa mère poursuivre des complots, le roi accepta son retour à la cour de France, et se réconcilia avec elle sous l’influence de Richelieu.

 

 

                                                              Cardinal de Richelieu

 

Finalement,  en 1624 , le cardinal de Richelieu entra au conseil. Le prélat avait  été ministre du gouvernement Concini. La plupart des historiens mirent  en évidence l'étroitesse des relations entre Louis XIII et Richelieu qui écrit : « Je soumets cette pensée comme toutes les autres à votre majesté » pour signifier au roi qu'il ne tentera jamais de gouverner à sa place.

La relation entre le Roi et Richelieu fut sincère et a évolué vers une grande  affection. Louis XIII trouva certainement en Richelieu, l’aide et les conseils qu’il aurait aimé recevoir de son père. 
Il dit du cardinal :
 « Le cardinal de Richelieu est le plus grand serviteur que la France ait eu ».


Les deux hommes partageaient une même conception de la grandeur de la France et des priorités qui s’imposaient dans le domaine politique.
Le programme politique de Richelieu s’attaqua à tout ce qui nuisait au pouvoir royal  :  

-     l'abaissement des grands féodaux,
-     la rationalisation du système administratif
-     la lutte contre la maison de Habsbourg
-     Résoudre le problème des protestants
Louis XIII mena une première campagne contre les protestants en 1621. Un accord fut conclu entre les deux parties, le 19 octobre 1622. Louis XIII signa l’édit de Montpellier qui confirmait l’édit de Nantes :
-    extension de la liberté d'exercice de culte des protestants
-    limitation à deux du nombre de leur places de sûreté (La Rochelle et Montauban).

 

 

                                                         La Rochelle

 

Louis XIII dut faire face à l’hostilité d’une partie de la famille royale à l'égard de Richelieu et de sa politique anti-espagnole.
Il se brouilla avec sa femme.
 Après 11 ans de mariage, le couple, qui s'entendait mal, n'avait toujours pas donné d'héritier à la couronne.
 La reine  participa, en 1626, à un complot, ayant pour but d'assassiner le roi et de mettre son frère et héritier, Gaston de France, sur le trône. Le couple royal vécut séparément
En 1635, dès le début de l'implication de la France dans la guerre de trente ans, Anne d'Autriche renseigna l'Espagne sur les dispositions militaires et politiques françaises  La trahison fut découverte mais l'affaire  fut étouffée par le roi, qui était trop pieux pour penser à un divorce.
Le fait de ne pas avoir d’héritier mâle était un grand souci pour le roi. D'une santé médiocre, il manqua de mourir plusieurs fois, sans héritier , ce qui entretenait  chez les prétendants au trône de grandes espérances


La très difficile relation qu'entretenait le roi avec la reine augmentait les espoirs des prétendants.

 

 

                                      Anne d'Autriche et Louis XIV

 

Louis XIII et la  reine, Anne d'Autriche, reprirent une vie commune.
En 1638, après 23 ans de mariage, naquit le futur Louis XIV, surnommé « l'enfant du miracle ».
 Louis XIII et Anne d'Autriche eurent un second fils, Philippe, futur duc d’Orléans, en 1640. Ces deux naissances limitèrent les complots au  Cardinal de Richelieu.

La conspiration de Cinq-Mars, favori du roi et de son ami François-Auguste de Thou qui complotèrent avec Gaston d’Orléans ternirent ses dernières années. Richelieu  décéda le 4 décembre 1642 . Louis XIII souhaita poursuivre sa politique en faisant entrer  Mazarin au Conseil.

Sentant ses dernières heures venues, le roi institua le 20 avril 1643, un Conseil de Régence, nommant Anne d’Autriche régente et  Mazarin, chef du Conseil.
Louis XIII s’éteignit le jeudi 14 mai 1643, à 42 ans, exactement trente-trois ans après la mort de son père. Le jeune Louis XIX n’avait que 5 ans.

 

 

Louis XIII est un roi quelque peu méconnu, car aux yeux de l’histoire, sa personnalité a été éclipsée par celle de son père Henri IV, celle de son fils Louis XIV ou de son ministre Richelieu. Il est aussi la victime romantique d’Alexandre Dumas et de ses trois mousquetaires ! Il ne faut cependant pas oublier que c’est sous son règne que furent créés les instruments du pouvoir que Mazarin et Louis XIV utiliseront pour faire de la France la première puissance européenne de l’époque.

Repost 0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 15:55

FUKUSHIMA - UN AN !


Il y a un an , le Japon est victime de la catastrophe nucléaire civile de Fukushima après avoir été 66 ans plus tôt victime des bombes nucléaires militaires de Nagasaki et Hiroshima.
Le peuple japonais martyr, nous alerte dramatiquement sur la nocivité implacable du nucléaire. Fukushima a provoqué une contamination nucléaire radioactive de la mer et de la terre et a confisqué à de nombreuses personnes les bases de la vie quotidienne. Des milliers de personnes ont dû abandonner biens et habitation et fuir leur région devenue inhabitable, beaucoup d'autres étant obligés de vivre dans la peur et l'insécurité.


Écoutez le cri de révolte de la jeunesse japonaise :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_5NZDlJ2CBU#

 

Three Milles Island (USA) et Tchernobyl (Ukraine) n'avaient malheureusement pas suffi pour nous mettre en garde contre cette technologie mortifère et il y aura forcément d'autres accidents de ce genre, mais combien en faudra-t-il ?.

 

 

 

Ici, en France, nous ne sommes pas plus protégés d'un accident majeur comme voudraient nous le faire croire certains irresponsables. Nos centrales sont vieillissantes , plus de mille incidents en 2010 malgré les 700 contrôles annuels. Cattenom, avec ses dysfonctionnements à répétition est une menace permanente pour toute la région y compris les pays voisins. Les centrales et installations nucléaires qui sont toutes des bombes nucléaires en sursis, servent principalement à produire le plutonium et le tritium des bombes atomiques et accessoirement de l'électricité, d'ailleurs avec un faible rendement de 30%. Or cette électricité peut être produite par d'autres sources d'énergies, comme dans la majorité des autres pays, sans pour autant que ceux-ci soient arriérés et sous-développés.

 

En France, c'est aussi un million de m3 de déchets radioactifs qui ont été produits à ce jour par l'industrie nucléaire qui ne sait qu'en faire si ce n'est de les enfouir sous terre en espérant que nos enfants trouveront la parade que le lobby n'a pas trouvé depuis cinquante ans. Certains de ces déchets seront contaminant pendant plus de 30 000 ans !  
Ne soyons pas passifs !
Réagissons !


Comme dans tous les pays du monde ainsi que dans de nombreuses villes de France avec "Sortons du nucléaire Moselle" et d'autres organisations (tracts et affiches à venir),
EXIGEONS un arrêt inconditionnel et immédiat du nucléaire
SAMEDI 10 MARS à 15 H colonne de Merten
METZ


__________________________________________________________________________________________


Bure
le 26 février 2012

 
 

Lettre ouverte à
Monsieur Eric BESSON
Monsieur BESSON

vous qui êtes Ministre auprès du Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique,
vous qui est en visite, ce lundi 27 février à Bure (Meuse/Haute-Marne),
là où l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs)
projette d’enfouir les pires déchets radioactifs
à 500 m sous le terroir Champagne-Ardenne-Lorraine.
 
Monsieur BESSON, connaissez-vous bien le dossier de BURE ?
 
Qu’est-ce que Nathalie Kosciusko-Morizet vous a raconté ?
 
Quels documents de l’ANDRA avez-vous lu ?
Sachant que les rapports sur ce projet se comptent en dizaine de milliers de pages…
 
Que vous a-t-on promis à l’UMP ou à l’Elysée si le dossier passait en douceur ?
 
Monsieur BESSON, est-ce moral d’enfouir des déchets radioactifs à Bure ou ailleurs ?
Monsieur BESSON, si vous avez conscience de la gravité de ce projet vous devriez reconsidérer en votre âme et conscience les étapes et les implications de CIGéO :
 
Après transport dans les fameux CASTOR, dont on a beaucoup parlé récemment (La Hague-Gorleben), après entreposage en surface pendant des dizaines d’années, viendra le temps du remplissage des alvéoles pendant cent années. D’énormes ventilations rejetteront alors en surface des gaz radioactifs dont de l’hydrogène, avec un risque d’incendie non maîtrisable et un risque d’explosion.
 
Le risque d’explosion
Pouvez-vous  imaginer, Monsieur BESSON, que l’hydrogène dégagé par les colis dans les galeries pendant un siècle ne puisse un jour exploser ? C’est comme si vous déclariez qu’un coup de grisou est impossible dans une mine de charbon !

Vous vous souvenez peut-être de votre manuel de physique : en cas de dépassement de plus de 4% d’hydrogène dans tout espace incorrectement ventilé (alvéole, galerie, hotte, colis), la moindre étincelle peut produire une explosion, suivie d’un incendie. A Bure, cette production d’hydrogène atteindrait un million de litres par an, et interdirait tout arrêt de l’énorme ventilation (plusieurs centaines de m³ par seconde) durant une période de plus de 6 jours, et ce, pendant un siècle.

Quel expert peut le garantir ? Un grand ministre ? Vous ?

Le risque d’incendie non maîtrisable
On parle de 10 000 tonnes d’enrobés bitumineux auto-inflammables à 350°C. Quels pompiers iraient éteindre un incendie de bitume radioactif, à 500 m sous terre et sans eau bien sûr, parce que l’eau ferait rouiller les conditionnements.
Les conséquences d’un incendie seraient catastrophiques : fragilisation des structures en béton, suppression du confinement des substances, contamination des galeries d’accès… d’où la nécessaire fermeture du site et donc adieu à la dite « réversibilité ». 
 
Et le risque de criticité ?
Une réaction nucléaire en chaîne non contrôlée est possible. En effet les quantités présentes de Pu 239 sont très importantes. Et la présence d’eau aggrave ce risque.

Les risques pour le personnel
Aux risques connus des travaux dans les tunnels et dans les mines s’ajoutent les risques dus aux produits chimiques, aux rejets de gaz toxiques et radioactifs (intoxication, irritation des muqueuses, asphyxie et exposition à des produits cancérogènes, mutagènes…)
 
Et nous n’en sommes encore qu’au niveau du remplissage Monsieur BESSON !
100 ans seulement !
Est-ce que tous ces risques d’explosion, d’incendie, et de criticité ne remettent pas en cause la faisabilité même de l’enfouissement d’une telle concentration de déchets, et sur une aussi longue période ?

Et après… pour l’éternité
Ensuite arrive le délire des géologues qui parient que, pendant des millions d’années, aucun mouvement de terrain, aucune faille, aucune fissuration, aucun affaissement qui pourraient être causés par les creusements ou les caprices de la Nature ne permettra à l’eau (aquifères) de venir attaquer l’acier ou le béton des conditionnements. Imaginez Monsieur Besson que les radionucléides migrent alors en surface ! Bure pourrait alors être jumelé avec Tchernobyl ou Fukushima !
 
Est-ce moral Monsieur BESSON de mettre 35 milliards d’euros dans CiGéO ?
Est-ce moral de menacer l’économie régionale ? 
Quels seraient l’attractivité et le devenir des produits d’une région assimilée à la radioactivité et au nucléaire : l’Appellation Champagne, les eaux minérales de Vittel-Contrexéville, l’AOC Brie de Meaux, etc. ?
 
Est-ce moral d’avoir promis voici des années un laboratoire ?
Un Débat public a été organisé en 2005-2006. Il a fait ressortir une préférence pour un stockage en surface, voire sur les sites mêmes de production. Ces options donnaient une possibilité de surveillance et du temps pour la recherche d’alternatives. Elles ont été ignorées de même que l’avis des 40 000 signataires de la pétition locale de 2005-2006.
Qu’en sera-t-il du prochain Débat public de 2013 ?
 
Est-ce moral de promettre des milliers d’emplois, de distribuer 30 millions d’euros par an à chacun des départements de la Meuse et de la Haute-Marne ? Cet argent « qui dégouline », Monsieur BESSON, peut-il être un remède aux nuisances et aux risques ?
 
Est-ce moral d’inonder régulièrement riverains et leaders d’opinion avec des messages rassurants, voire mensongers et en contradiction avec les propres travaux et études de l’Andra ?
L’enfouissement est une impasse pour les générations futures.
Les flux financiers devraient être orientés vers la séparation-transmutation (et encore, sur ce défi, vous avez peut-être les mêmes incertitudes que nous) et le stockage en subsurface sur les lieux même de production, au lieu de tout miser sur le stockage en profondeur.

 
Monsieur BESSON, vous avez la responsabilité d’assurer la « sécurité » des populations présentes et à venir.

Vous devriez faire appliquer le principe de précaution,
stopper ce projet et tout entreprendre vers la recherche d’une solution efficace, sûre et éthique.

N’adoptez pas le discours des élus locaux.
Ramener ce projet à une simple opportunité économique est une tromperie.
Cette industrie de stockage de déchets nucléaires est exclusive : elle tue toutes les autres.
L'exemple des stockages de Soulaines et de Morvilliers (Aube) le démontre magistralement. Autour du Centre de Stockage des déchets Faiblement et Moyennement radioactifs de Soulaines, il n'y a pas de place pour d'autres activités, sauf d’autres activités nucléaires. Autour, c'est le vide.

CigéO ne peut pas être une opportunité de développement, ni une source de richesses en terme d'activité et d'emplois, mais une gigantesque source radioactive. La faible population qui habite ce beau désert vert fuira le risque d’irradiation et de contamination, qui perdurera pour l’éternité.
Et pour faire avaler la pilule, l’ANDRA déverse des millions d’euros, annonce des milliers d’emplois. On vous promet l'électrification des lignes de chemin de fer locales, l'aménagement de routes et la création de nouvelles routes pour transporter les colis mortifères. Et puis, des maisons, des écoles, des services de santé…
On vous promet l'inversion de la courbe de perte de population du territoire. Mensonge.
 
CiGéO est une catastrophe écologique en devenir. Pour le commun des mortels, c'est un crime contre l'humanité. Pour de nombreux scientifiques c'est un défi que l'Homme ne devrait pas relever, vu les problèmes physiques et chimiques des déchets (instabilité, température, rejets de gaz…) les risques pour le personnel, les risques d’incendie, d’explosion et de criticité, les risques sismiques (tremblement de terre de magnitude 5,9 sur l’échelle de Richter, le 22 février 2003 à St Dié, à une centaine de km de Bure), les mouvements de terrain, les phénomènes géologiques connus et imprévus, les infiltrations d'eau possibles.

Bref : honte à ceux qui font la promotion de CiGéO.
CiGéo… Ci Gé Onte !

Honte à vous Monsieur BESSON
si vous cautionnez ce projet !

Michel GUERITTE
Président de l’association La Q.V.
 
Avec la collaboration de nombreux acteurs locaux.
Au nom de tous ceux qui sont opposés à ce projet.

http://www.villesurterre.com

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 23:03

 

Louis XIII dit le Juste 


naquit le 26 septembre 1601 et décéda le 14 mai 1643


Fils d’Henri IV et de Marie de Médicis

 

 

                                                                           Louis XIII


Le dauphin fut installé, dès le mois de novembre, au  château de Saint-Germain-en-Laye.           

 Là, il se retrouva avec les enfants illégitimes de son père puis ses frères et sœurs. Il fut baptisé le 14 septembre 1606 à Fontainebleau


Au château de Saint-Germain, le jeune Louis XIII sortait peu, sa mère Marie n'aimait pas que son fils entra en contact avec les habitants.


Traumatisé par la mort brutale de son père qu'il chérissait, le petit roi n' eut pas une enfance heureuse. Il ne trouva aucun substitut à l'amour paternel auprès de sa mère,  Louis se renferma  sur lui-même, il avait des troubles d'élocution et souffrait de la préférence que sa mère avait pour son troisième fils, Gaston, duc d’Anjou

 

 

Henri IV fut assassiné en 1610, le jeune Louis XIII monta sur le trône à l’âge de 8 ans.

Le pouvoir fut assuré par sa mère, qui gouverna le royaume comme régente.

La majorité du roi fut proclamée en 1614, mais Marie de Médicis déclara Louis « trop faible de corps et d'esprit » pour assumer les charges de roi .

Elle l'écarta du Conseil et laissa gouverner ses favoris, les Concini, qui accaparèrent  les plus hautes charges de l'État.
Louis XIII souffrait beaucoup du quasi-abandon de sa mère et de l’emprise qu’avait sur elle, son favori Concini, promu Maréchal sans avoir jamais dirigé la moindre troupe, et qui dilapidait les réserves accumulées sous le gouvernement de Sully...

 

 

                                                     Château de Saint-Germain-en-Laye


Marie de Médicis décida de marier son fils à Anne d’Autriche. Le mariage fut célébré à Bordeaux le 28 novembre 1615, Louis XIII avait quatorze ans.


 Marie de Médicis et Concini, Maréchal d’Ancre, très impopulaires, étaient les maîtres du royaume, et le roi leur vouait une haine farouche. Le jeune roi avait une forte volonté d'être digne de son père  Henri IV. Il s'indignait de voir Concini, un étranger incapable, à son avis, usurper le gouvernement de son État, tandis qu'on le reléguait  dans un coin du Louvre.

 

Ce fut par un coup de force, le 24 avril 1617, que Louis XIII accéda au pouvoir 

 

                                        Arrestation de Concini

 

Avec l’aide de son maître de fauconnerie, Charles d’Albert, duc de Luynes et de quelques fidèles, il fit arrêter Concini qui fut abattu sur place, sa femme fut exécutée peu de temps après, et la reine Marie de Médicis fut  assignée à résidence à Blois.

Repost 0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 00:09

L'écrit de  "La vie extraordinaire de Jehanne" est terminé

 

 Depuis quelques semaines, j'ai écrit la vie de Jehanne d' Arc, une héroïne de notre histoire qui a fait la France.

 

Je me suis efforcée de mettre en évidence, qui était Jehanne. Une jeune fille issue d'une famille laborieuse qui a affronté une époque troublée où la vie était sans cesse menacée . Au moyen-âge, dans les campagnes, le peuple était très pieux, leur principal secours était la prière . Rien d'étonnant si Jehanne se sentit  investie, par le ciel, d'une mission extraordinaire.

 

 

Cette année, nous avons fêté les 600 ans de sa naissance.

Tout ce que j'ai écrit a ses sources :

- dans des documents officiels, conservés à Paris, aux archives nationales. Les recherches ont été faites par Monsieur Roland BERNE, documentaliste au Figaro.

- dans les écrits de Madame Régine  PERNOUD, historienne , spécialisée sur le moyen-âge

- l' encyclopédie Larousse d' Histoire

- histoire Hatier

 

 

Je vous invite à lire le " Jehanne d'Arc " écrit par Max Gallo

 

Jeanne d'Arc : Jeune fille de France brûlée vive - Récit de Max Gallo

www.xoeditions.com/Jeanne-d-Arc

3 nov. 2011 – Souvenons-nous toujours, Français, que la patrie chez nous est née du cœur d'une femme, de sa tendresse et de ses larmes, du sang qu'elle ...

Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 23:51

 

La réhabilitation de Jehanne

                                                                             Orléans  

 

Isabelle avait repris la force de crier son chagrin et ne cessait de répéter :
-    Ma fille n’était pas une sorcière !
Madame Henriette la rassurait gentiment en lui disant :
-    Madame Isabelle, un jour viendra où elle sera reconnue innocente !
Midi sonnait à l’église du quartier quand un homme se présenta chez Madame Henriette. Il se présenta :
-    Bonjour Madame, je suis Pierre Maugier, avocat à Paris, procureur de la nation de France ! Je voudrais rencontrer la mère de Jehanne, la Pucelle d’Orléans !
-    Monsieur ! Par pitié ! Ne faites pas souffrir cette pauvre femme !
-    Ne craignez rien ! Je viens l’aider à réhabiliter Jehanne !
Henriette courut chercher Isabelle. Elle arriva à petits pas, toute tremblante . Pierre Maugier la rassura :
-    Madame, j’ai été très touché par le supplice de votre fille ! Je veux vous aider !
Il resta plusieurs jours à Orléans et aida Isabelle et ses deux fils à rédiger une supplique au Pape pour lui demander d’ enquêter sur le procès de Jehanne et sur son exécution. C’était en 1454, le grand inquisiteur de France, Jean Bréhal, porta lui-même le message à Rome, aux frais du Roi de France. Isabelle se sentit libérée mais la réponse se faisait attendre. L’hiver passa et une triste nouvelle arriva de Rome , le pape était mort le 24 mars 1455. De nouveau, Isabelle et ses fils tremblèrent. Ils pensaient : « Le successeur tiendra-t-il compte de notre requête ? »
Pierre Maugier les rassura :
-    Ayez confiance ! Votre requête est juste ! et il ajouta , Charles VII ne craint plus la popularité de Jehanne ! Il se souvient qui lui doit son royaume ! Il est prêt à nous aider !
-    Après l’avoir trahie ! gémit Isabelle.
La révolte grondait parfois en elle, la vieille dame, si soumise et calme ne se reconnaissait plus quand elle s’entendait accuser le Roi . Enfin, le 11 juin 1455, la réponse tant attendue arriva à Orléans. Le Pape écrivait : « …votre fille Jehanne a été injustement condamnée….. »

 

                                                       Notre Dame de Paris

 

Le 7 novembre 1455, Notre Dame de Paris abrita une scène inoubliable. Sur le portail largement ouvert, apparut une vieille femme, courbée par le poids des ans, usée par le travail et la douleur. Ses pauvre jambes la portaient à peine. Deux hommes forts et grands la soutenaient, c’était ses deux fils, Pierre et Jean .Sa marche pénible et vacillante la conduisit devant les juges, l’Archiprêtre de la Cathédrale et le roi de France, Charles VII.Une foule silencieuse avait envahi les bancs. La pauvre veuve se dressa devant ce tribunal, tête haute et s’écria de tout son cœur :
-    Jehanne, la Pucelle de Domremy, était ma fille , issue d’un mariage légitime !  
Elle s’agenouilla et la voix entrecoupée de sanglots et les yeux baignés de larmes, elle continua :
-    Jehanne avait été baptisée , avait fait sa communion ! Nous l’avions élevée dans la foi chrétienne , offrant ses jeûnes et ses prières aux intentions du peuple de France !
Humblement, Isabelle parlait malgré sa peine :
-    Ses ennemis l’ont condamnée ! Ils ont réduit son corps en cendres !
Elle se releva avec peine, les mains jointes crispées, le regard fixé sur le Christ, elle dit calmement :
-    Aujourd’hui, je viens réclamer justice pour ma fille Jehanne !
Au nom de Jehanne, la foule bouleversée, se leva. Charles VII, ému jusqu’aux larmes, quitta sa place et s’avança vers Isabelle. Dignement, elle le regarda fixement. Le roi s’agenouilla devant elle et dit à haute voix :
-    Madame, devant Dieu, je confesse ma faute et je vous demande pardon !
Isabelle hocha la tête. Charles VII se releva et prit la main tremblante d’Isabelle.
Des acclamations éclatèrent : « Vive Jehanne ! Vive le roi ! »
Guillaume Bouillé, l’archiprêtre de la cathédrale, fit un sermon inoubliable pour réhabilitée Jehanne, la Pucelle de Domremy !
Alors qu’un rayonnement de bonheur inondait les yeux de Pierre et Jean , les frères de Jehanne, un voile de Paix s’installa sur le visage d’Isabelle, leur mère  !

Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 17:53

 

La mère de Jehanne après Rouen,

Après tous les malheurs qui avaient endeuillé la famille de Jehanne d'Arc, sa mère, Isabelle, tomba gravement malade. Elle refusait de se nourrir et se laissait mourir . Elle répétait sans cesse :
-    Que Dieu me rappelle, je veux rejoindre mes chères filles, mon époux et mon fils aîné !
Les voisins se relayaient à son chevet et l’obligeaient à prendre un peu de soupe. Elle s’affaiblissait de jour en jour. Pierre et Jean  n’oubliaient pas leur mère et souffraient de ne pouvoir la faire soigner. Il fallait beaucoup trop d’argent pour faire venir un médecin . C’est alors que la ville d’Orléans chercha à savoir ce qui était advenu de la famille de leur libératrice. Un émissaire fut envoyé à Domremy . Aux yeux des habitants, son arrivée au village était un miracle ! Apprenant l’état de santé de la mère de Jehanne, le 7 juillet 1440, la ville d’Orléans la fit venir dans ses murs,  pour la soigner.

                                                              Lieu de la résidence d'Isabelle à Orléans

 

Elle fut installée chez Henriette Anquetil et Guillaume Bertrand. Ils la reçurent avec une grande gentillesse :
-    Madame Isabelle, quelle joie de vous recevoir ! dit Henriette
-    Mais, que voulez-vous faire de moi ? Je ne suis qu’une vieille femme malade !
-    Nous allons vous soigner , madame Isabelle !
-    Je ne veux pas guérir, mes amis ! Je veux rejoindre ma famille que Dieu a rappelée auprès de lui !
-    Il faut guérir, madame Isabelle ! Il faut vous battre pour Jehanne !
Isabelle souffla, ferma les yeux et laissa tomber ses bras le long de son corps .La chambrière de sire Bertrand fut chargée de la veiller et de lui donner les traitements que l’apothicaire Geoffroy Driou apportait et prescrivait. La gentillesse de tous ces gens lui redonna le goût à la vie . La vieille femme reprit doucement des forces.

                                   Eglise d'Orléans qui vit Isabelle, la mère de Jehanne                                                   

 

 

Ses deux fils, Pierre et Jean passaient souvent du temps avec leur mère. Isabelle ressentit un bonheur immense quand, leur bravoure et leur dévouement à la cause française fut récompensées. Pierre devint Chambellan du Roi  et Jean fut nommé Ecuyer capitaine de Chartres . Cette reconnaissance de ses fils, par le roi, éclaira un peu sa vieillesse.
De nouvelles épreuves attendaient la pauvre femme dont la santé était encore fragile.

 

 

                                                                 Rue Isabelle Romée à Orléans

 

Dès 1439, une certaine femme, chevauchant de ville en ville, se disait être Jehanne d’Arc, sauvée du bûcher.. Les frères de Jehanne, Jean et Pierre surmontaient leur peine avec difficultés.  
Le temps passait et l’aventurière continuait son odieux manège, s’enhardissant .et se présentant aux princes et dans les grandes villes . Partout, elle apitoyait ceux qui l’écoutaient en clamant  ;
« Braves gens, écoutez : Je suis Jehanne, la pucelle de Domremy, la suppliciée de Rouen, j’ai été sauvée du bûcher et le roi m’a abandonnée ! Je suis seule, sans argent, braves gens, je n’ai plus que vous, le bon peuple qui m’a toujours aimée » 


Les foules se pressaient vers cette cavalière, portant étendard et armure. La majorité n’avait jamais vu Jehanne d’Arc et croyait cette femme, d’autres croyaient la reconnaître ou non ! Tous étaient troublés mais se montraient souvent généreux. Au nom de Jehanne, cette aventurière acceptait d’innombrables cadeaux et dons.
Apprenant cela, Isabelle, la mère de Jehanne, ne comprit  pas pourquoi sa fille bien-aimée ne venait pas la voir !

- Dame Henriette , si c'est ma fille, pourquoi ne vient-elle pas me voir

- Dame Isabelle, ce n'est sûrement pas elle !

Pour rassurer leur mère, Jean et Pierre  se précipitèrent derrière cette femme,  pour lui parler . 
Ils eurent beaucoup de mal à l’approcher. Avertie de leur arrivée, l’aventurière fit vite pour filer .Ce fut alors une course sans relâche que menèrent les deux frères, jusqu’à ce qu’ils soient face à cette femme !
Elle avait osé visiter la ville d’Orléans ! Ce jour-là, Jean et Pierre l’attendaient . Ils la surprirent dans une rue populeuse, s’en approchèrent et là, n’eurent plus de doute. Ils allertèrent la police, l'officier s'approcha d'elle et lui déclara :

            " Au nom du roi de France, je vous arrête pour usurpation !"

Elle essaya de fuir, mais fut rapidement capturée et menée devant le Roi. Elle fut questionnée sur ses agissements et s'effondra .

Elle avoua sa supercherie en usant de la crédulité du peuple. Elle s’appelait Claude et venait de la Granges aux Ormes,  elle fut condamnée au bannissement , elle quitta le tribunal de Paris, huée par la foule. Elle disparut mais on la vit réapparaître sous le nom de Claude des Armoises.
Cette usurpatrice  fut imitée par une certaine Jehanne de Sermaize . Les frères de Jehanne d’Arc la suivirent inlassablement. A Metz, ils la démasquèrent, elle fut jugée devant un tribunal où siégeaient le roi , les frères de Jehanne  et ses Compagnons d’armes.

Jeanne de Sermaize avoua son imposture et fut condamnée au bannissement.
Enfin, la famille de Jehanne dvenue " du Lys" put vivre en Paix et,  Isabelle , recueillie et soignée  par la ville d’Orléans depuis 1440, continua sa lutte pour la réhabilitation de sa fille, Jehanne La Pucelle de Domremy. 

Repost 0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 15:31

La Réaction en Chaine humaine est engagée !


Départs groupés depuis la Lorraine
pour le 11 mars


Infos, lieux et heures de RDV ci-dessous
et sur la page des départs groupés


Rappel
Le dimanche 11 mars 2012,
réagissons ensemble pour sortir du nucléaire
Formons une grande chaîne humaine entre Lyon et Avignon !

AIDEZ-NOUS À FAIRE DE CET ÉVÉNEMENT EXCEPTIONNEL UNE RÉUSSITE


inscrivez-vous à la chaîne humaine :
http://www.chainehumaine.org/Inscription


commandez gratuitement petites et grandes affiches, autocollants et tracts, et achetez des drapeaux antinucléaires :
http://chainehumaine.org/Faites-connaitre-la-chaine


organisez un départ groupé ou réservez votre place :
http://www.chainehumaine.org/Departs-groupes


retrouvez tous les informations utiles sur :
http://chainehumaine.org/Informations-pratiques


Vous aussi, rejoignez la grande chaîne humaine entre Avignon et Lyon
le dimanche 11 mars 2012 à partir de 13h30
Chaque personne compte et nous comptons sur vous !
 
 

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens