Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 20:11

Un grand savant, Pasteur

 

En 1885, Pasteur découvre le vaccin contre la rage .

 

Pasteur est un des plus grands savants français. Pendant des années , il  chercha  le remède contre une terrible maladie, la rage.


Cette maladie est contractée par les chiens qui contaminent les hommes  par morsures.

 

L'espoir de tous reposait sur les chercheurs. Pasteur  découvrit que la rage était provoquée par un microbe.

Il mit au point un vaccin qui guérissait les chiens mais il fallait encore travailler sur ce remède pour savoir s'il guérissait aussi les hommes.


En 1885, un jeune Alsacien , Joseph Meister, avait été mordu par un chien enragé et ses parents étaient désespérés. Le jeune garçon fut amené à Pasteur qui se trouva devant un cas de conscience difficile. Son vaccin pouvait-il être administré à Joseph sans risques ? Le  jeune garçon était de toutes manières condamné et ses parents faisaient confiance au savant. Pasteur se décida et vaccina Joseph. Il attendit les effets de son remède avec angoisse.Il ne pouvait plus travailler et  ne dormait plus . Il  passait ses journées au chevet de l'enfant. Après quelques jours d'incertitude, le jeune Meister retrouva l'appétit, il n'avait plus de fièvre, il était sauvé ! La nouvelle extraordinaire se repandit dans le monde entier !

 

 

 

Un grand écrivain, Victor Hugo

 

Victor Hugo est un des plus grands écrivains français. Son oeuvre est immense , Notre Dame de Paris, Les misérables ...

Il est aussi le poète de l'enfance.

 

Il adorait sa fille et parlait d'elle avec gentillesse et admiration :


<<Elle entrait et disait : Bonjour mon petit père,

Prenait ma plume, ouvrait un livre, s'asseyait

Sur mon lit, dérangeait mes papiers, et riait >>

 

Victor Hugo était heureux de l'affection qu'il inspirait aux enfants :


<< Je m'assieds et je ne sais pourquoi

Tous les petits enfants viennent autour de moi.

Dès que je suis assis, les voilà tous qui viennent>>

 

Victor Hugo protestait régulièrement contre le travail de enfants à l'usine et dans les mines :


<< Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?

Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?

Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?

Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules.>>

 

Repost 0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 20:48

 

Fallières fut élu président de la république le 17 janvier 1906.  Il succèdait à Emile Loubet   en remportant la victoire face à Paul Doumer.  Il entre en fonctions le 18 février 1906

Évitant d'occuper un rôle politique trop influent, le nouveau président chercha à se faire l'arbitre des classes politiques et souhaita rapprocher la fonction présidentielle des Français. Très populaire, il fut affectueusement surnommé « le père Fallières », par les Français, en raison de son apparence sage.

 

Opposant à la peine de mort,   il graciait systématiquement les condamnés à mort pendant les premiers temps de son mandat. C'est durant la présidence de Fallières que prit   fin l'Affaire Dreyfus.  Par la loi du 13 juillet 1906, Dreyfus fut réintégré partiellement dans l'armée, au grade de chef d'escadron (commandant). Le4 juin 1908,  les cendres du plus illustre défenseur de Dreyfus, l'écrivain Emile Zola, furent  transférées au Panthéon.

 

En 1912,  il instaura l'isoloir qui permit d'organiser les votes secrets

 

Le mandat présidentiel d'Armand Fallières se termina en 1913 . Après réflexion, Fallières  choisit de ne pas se représenter pour un second mandat de sept ans, justifiant sa décision par la phrase : « la place n'est pas mauvaise, mais il n'y a pas d'avancement »

Retiré de la vie politique, l'ancien président Fallières prit le temps de se reposer dans sa résidence de Loupillon. Il y décèda des suites d'une crise cardiaque, le 22 juin 1931 ,  près de vingt ans après avoir quitté l'Élysée.

 

 

Poincaré fut  élu le 17 janvier 1913  au deuxième tour, Son mandat de chef de l'Etat fut évidemment  marqué par la Première guerre Mondiale.

Son rôle, dans le déclenchement de la guerre fut controversé : il aurait poussé à la fermeté la Russie afin de renforcer les alliances, deux semaines après l'attentat de Sarajevo.

Le 4 août 1914,  son message fut communiqué aux Chambres par Viviani :

 

"La France « sera héroïquement défendue par tous ses fils, dont rien ne brisera devant l’ennemi, "l'Union sacrée", et qui sont aujourd’hui fraternellement assemblés dans une même indignation contre l’agresseur, et dans une même foi patriotique »."


Il n'hésita pas, parfois au péril de sa vie, à venir au front ,essentiellement dans la Meuse  et dans la Somme, afin de juger du moral des troupes et des populations déplacées. Il visita à plusieurs reprises la partie de l'Alsace redevenue française dès le  7 août 1914.


Dès 1920, alors que son mandat n'était  pas achevé, il se fit élire sénateur de la Meuse.

Alexandre Millerand lui succéda à la présidence de la République. En Janvier 1922, Poincaré redevint président du conseil.

Face à l'Allemagne  qui refusait de payer les « réparations de guerre », Raymond Poincaré eut recours à la force, faisant occuper la Ruhr . Mais sa politique de rigueur budgétaire le rendit impopulaire et, en 1924, après la victoire du Cartel des gauches, il dut présenter sa démission, tout comme le président Millerand.

 

Repost 0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 20:19

 

Le 25 juin 1894,  le président Carnot fut  assassiné à Lyon . Casimir-Perier était  un successeur plausible du président défunt, qui le considérait  comme son héritier. Mais il se montra très réticent à poser sa candidature, craignant le rôle de représentation qu'on lui ferait jouer à l Elysée. . Il se laissa  finalement convaincre.Il devint immédiatement une des cibles favorites de la gauche qui lui reprochait  son appartenance à la haute bourgeoisie. Homme de peu de caractère, très nerveux, le Président fut très touché par ces attaques. Il tenta d'intervenir dans la politique du gouvernement , ce que son rôle ne lui permettait pas. Il fut alors marginalisé par le président du Conseil et sombra dans l'abattement et démissionna .

Sa présidence ne dura que six mois.

 

 

Après la démission de Casimir Périer, Félix Faure  fut élu  président de la IIIe République.

Le Président Faure contribua au rapprochement franco-russe, il reçut  le tsar   et fit  une visite officielle en Russie, en 1897.. Il participa  à l'expansion coloniale, notamment avec la conquête de Madagascar .  Les relations avec la Grande-Bretagne étaient  tendues avec  "la crise de Fachoda" , un incident diplomatique sérieux qui opposa la France au Royaume-Uni en 1898, dans le poste militaire avancé de Fachoda au Soudan  .

Le mandat présidentiel de Félix Faure fut  marqué par l'affaire Dreyfus.  Félix Faure demeura hostile à une révision du procès bien que son journal montrait qu' il était convaincu de l'innocence du capitaine. La presse grinçante le surnommait « Président Soleil » à cause de son goût du faste

Le 16 février 1899,  Félix Faure téléphona à Marguerite , sa maîtresse. Quelques instants après son arrivée, les domestiques se précipitèrent pour répondre à des coups de sonnette éperdus, et découvrirent le président râlant, allongé sur un divan, tandis que Marguerite Steinheil réajustait ses vêtements en désordre.

Félix Faure fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise,  à Paris

 

En politique intérieure, le septennat d'Émile Loubet se passa dans le strict respect de la tradition républicaine : le président avait un rôle de représentation officielle. Son autorité, réduite au minimum, ne s'exerçait sur la politique intérieure de l'État que par influence, par persuasion et par conseil.

Le septennat d'Émile Loubet fut  le théâtre de décisions marquantes dans l'histoire de la République française :

- La grâce du Capitaine Dreyfus

- La promulgation de la loi sur les associations 

- L'importante loi  de la séparation de l'Eglise et de l'Etat

 

Repost 0
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 22:45

 

Les Présidents de la Troisième République (1870-1940)

Sadi Carnot fut élu président de la république le 3 écembre 1887 .  Le début de son mandat fut marqué par l'agitation boulangiste  et le scandale de  l'affaire de Panama en 1892 , ainsi que par le rapprochement avec la Russie, dans le cadre de  l'alliance franco-russe. Il fut décoré de l'ordre de Saint-André par le tsar Alexandre III

Sadi Carnot fut blessé d'un coup de poignard par l'anarchiste italien  Caserio le 24 juin 1894 , alors qu'il quittait, par une issue secondaire pour éviter la foule, un banquet organisé à la Chambre de commerce à l'occasion de l'Exposition de Lyon.

Son assassinat fit adopter par la Chambre la dernière et la plus marquante des «lois scélérates  », visant uniquement les anarchistes, et leur interdisant tout type de propagande. Elle fut abrogée en  1992 

Il repose au Panthéon avec son grand-père Lazare Carnot  Il est le seul président français qui y soit inhumé.

 

 

Sources :

Wikipédia

Histoire Hatier

 

Repost 0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 21:05

Le thon rouge du pacifique, migrateur radioactif

De nouvelles recherches ont révélé la présence accrue de radioactivité sur une population de thon rouge du pacifique. Les rayonnements proviennent de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima.

Arrivés sur la côte californienne après avoir traversé l’océan pacifique, quinze thons rouges ont subi une série de tests de radioactivité.

Les taux de césium 134 et 137 –  éléments chimiques radioactifs – se sont avérés dix fois supérieurs à ceux mesurés au même endroit l’année précédente.  Cependant le rayonnement reste bien inférieur aux limites de sécurité alimentaire fixées par les gouvernements des États-Unis et du Japon.

L’équipe de scientifiques a confirmé l’hypothèse en effectuant des mesures similaires sur des thons qui ont entamé leur migration avant la crise nucléaire. Aucune trace du césium 134 dans leur sillage, mais quelques particules de césium 137 subsistent, vestiges des années 1960. Une période féconde en essais nucléaires.

Ces résultats sans équivoque désignent Fukushima comme source de contamination des thons rouges du pacifique.

 

 Des chercheurs ont  trouvé des « niveaux modérément élevés » de deux isotopes radioactifs dans quinze thons rouges pêchés au large de San Diego en août 2011.

La centrale nucléaire japonaise de Fukushima, fortement endommagée par le séisme et le tsunami qui ont sévi en mars 2011, continue toujours à relâcher des eaux radioactives dans la mer.

Des espèces migratrices comme le thon rouge peuvent véhiculer de la radioactivité à travers les océans et empoisonner des consomateurs à des milliers de kms de la source de pollution.

 

 

Un an après l’accident nucléaire à la centrale de Fukushima, il reste difficile d’évaluer les doses de radioactivité reçue par les personnes exposées et les effets sur leur santé Les émissions radioactives ont dépassé à Fukushima les six millions de terabecquerels, selon l’Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (IRSN), soit environ la moitié des rejets de Tchernobyl En tout, 19 594 travailleurs sont intervenus, dont les "Cinquante de Fukushima", des employés restés sur place lutter

 

Sources :

http://www.nationalgeographic.fr/actualite/thon-rouge-radioactif/7916290/

http://www.rfi.fr/science/20120529-thons-rouges-pollues-continuent-autant-voyager

http://actualite.nouvelobs.com/Fukushima/

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 23:07

Jules Ferry,

 

naquit le 5 avril 1832 à Saint-Dié dans les Vosges et décéda le 17 mars 1893 à Paris

 


Jules François Camille Ferry était le fils de Charles-Édouard Ferry, avocat, et d’Adèle Jamelet. C'était  une famille catholique vosgienne de fondeurs de cloches. Les Ferry s’établirent à Saint-Dié en 1718, et, en 1794, ils étaient à la tête d’une tuilerie


Jules Ferry fut élève au collège de Saint-Dié jusqu'en 1846, puis au lycée impérial de Strasbourg , il fut ensuite étudiant à la faculté de droit de Paris. Il devint un avocat réputé et se passionnait pour la chose publique. Il se spécialisa rapidement dans la défense juridique des républicains.

 

Il fut membre du gouvernement provisoire en 1870 et maire de Paris en 1871.

 

 Il eut la charge d'assurer le ravitaillement de la capitale assiégée par l'armée prussienne. Les restrictions alimentaires qu'il imposa lui valurent les surnoms de « Ferry-Famine » et « Ferry l'affameur ».

Jules Ferry s’attaqua à l’instruction , il en sortit les lois qui rendirent l’enseignement obligatoire, gratuit et laïc..

Jules Ferry  devint,  après sa mort, une figure emblématique de la « laïcité et de l’identité républicaine » 


 

Jules Ferry s’engagea, politiquement, pour l’expansion coloniale .


Pour Jules Ferry, la République avait un rang à tenir :


«  la France ne peut être seulement un pays libre ;..  elle doit être aussi un grand pays, exerçant sur les destinées de l’Europe toute l’influence qui lui appartient … et porter partout où elle le peut sa langue, ses mœurs, son drapeau, ses armes, son génie ».

 

Cet idéal justifie la grande entreprise coloniale que conduit Jules Ferry.

Dès le mois d’avril 1881, Ferry déclencha une opération militaire contre les Kroumirs en Tunisie, opération qui aboutit le 10 mai à l’obtention par la France d’un protectorat sur ce pays. En novembre 1883, il prit le poste de ministre des affaires étrangères, en remplacement de Challemel-Lacour, poursuivit les opérations en Afrique du Nord, s’assura de droits au Congo et mit un pied à Madagascar, en occupant la rade de Diego-Suarez

L’action qui semblait lui tenir le plus à cœur et dans laquelle il s’investit personnellement fut celle du Tonkin (partie nord du Viêt-nam) où il prit des mesures d’occupation intégrale. Ce fut  à cette occasion qu’on l’affubla du surnom de " Ferry le Tonkinois ". Mais les offensives s’enlisèrent et les ordres parfois contradictoires aboutirent à la défaite de Lang-Son, le 25 mars 1885. Le 30, le second ministère Ferry tomba devant l’hostilité bruyante de la Chambre des députés.

 

Ferry et le racisme :

« Messieurs, il y a un second point, un second ordre d’idées que je dois également aborder ... :

 c’est le côté humanitaire et civilisateur de la question. ... Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement, qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. ... Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. ... Ces devoirs ont souvent été méconnus dans l'histoire des siècles précédents, et certainement quand les soldats et les explorateurs espagnols introduisaient l'esclavage dans l'Amérique centrale, ils n'accomplissaient pas leur devoir d'hommes de race supérieure. Mais de nos jours, je soutiens que les nations européennes s'acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation.»

 

Repost 0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 23:08

http://www.20minutes.fr/article/930383/habitants-fessenheim-inquiets-avenir

 

Après l'élection de François Hollande, les voisins de la centrale alsacienne redoutent sa fermeture...

«Fessenheim 2012: candidate à la poursuite de la centrale nucléaire». Après l'élection de François Hollande, la banderole est encore tirée entre l'église et la mairie, dans ce bourg qui vit au rythme de sa centrale depuis 35 ans. La fermeture promise par le nouveau président de la République française suscite l'inquiétude des habitants de ce village de 2.300 âmes, qui ont voté dimanche à près de 69% pour son rival Nicolas Sarkozy. Le socialiste, qui veut réduire la dépendance de la France au nucléaire en faisant passer de 75% à 50% la part de l'atome dans la production d'électricité, a annoncé pendant sa campagne la fermeture d'une seule centrale, la plus ancienne: Fessenheim.

 

«Tous ceux qui ont joué Hollande, dehors», lance un vieil homme en entrant dans un restaurant. Affairé, le propriétaire n'est pas d'humeur à s'épancher: il vient de reprendre cet hôtel-restaurant et ne veut pas faire attendre les clients. Aurait-il racheté l'endroit s'il avait su que la centrale, située à quelque 2 km de là, était vouée à la fermeture? «J'aurais réfléchi», lâche-t-il, le regard sombre, expliquant que la plupart des clients de l'hôtel sont liés aux installations d'Electricité de France (EDF). «Tout va fermer ici, bravo les Parisiens», lance Norbert, plus volubile. Ce maraîcher de la région vient vendre ses fruits et légumes à Fessenheim «depuis 1982». «L'argent ici vient de la centrale. Si elle ferme, c'est fini», poursuit-il, en rechargeant ses cageots.

 

A Fessenheim, rares sont les foyers dont aucun membre ou proche ne travaille à la centrale, qui emploie plus de 700 personnes et quelque 200 prestataires permanents. «Quand je me suis installée en 1974, le village comptait 700 habitants. Des écoles ont été créées depuis, des maisons ont été construites pour les agents EDF», souligne Marie-Claude Meyer, retraitée de 66 ans, ancienne employée de la centrale. «Là, c'est sûr, les gens s'inquiètent», poursuit-elle.

 

http://www.tdg.ch/suisse/BleVille-doute-de-la-securite-de-Fessenheim/story/28576637

 

Le gouvernement de Bâle-Ville exige un réexamen de la centrale nucléaire française de Fessenheim, qui représente selon lui un réel danger pour la région en cas de tremblement de terre.

 

Le gouvernement de Bâle-Ville exige un réexamen de la capacité de résistance aux tremblement de terre de la centrale nucléaire de Fessenheim (F), située à 35 km de Bâle. Une analyse du «stress test» montre que le cœur du réacteur pourrait fondre en quelques heures en cas de séisme.

La centrale ne pourrait pas supporter un fort tremblement de terre ou une importante inondation. Dans l’état actuel, le système de refroidissement et l’alimentation électrique de secours pourraient ne pas fonctionner, a indiqué mardi le gouvernement bâlois.

L’exécutif bâlois s’étonne que l’autorité française de surveillance des centrales nucléaires (Autorité de sûreté nucléaire, ASN) n’ait pas demandé l’arrêt de Fessenheim. Le «stress test» met en évidence de nombreuses lacunes dans la centrale.

 

Le «stress test» de l’UE après la catastrophe de Fukushima a été réalisé sur les 143 centrales européennes. Les centrales suisses ont aussi été soumises à ce test qui avait pour but de déterminer les conséquences d’un séisme ou d’inondations extrêmes sur la sécurité des centrales.

Selon le gouvernement bâlois, l’analyse montre que l’exploitant EDF ne serait pas en mesure de maîtriser des événements similaires à ceux de Fukushima dans toutes les centrales françaises. Les moyens manqueraient pour faire face à une telle situation.

Le gouvernement de Bâle-Ville se sent conforté dans son opinion que Fessenheim représente un danger pour la région. Il va donc continuer de s’engager dans les associations binationales et trinationales (CH-D-F) qui demandent l’arrêt de la centrale.

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 20:53

 

Paul Bert


naquit le 19 octobre 1833 près d’ Auxerre, à Montallery et décéda en 1886

 

Il  entra à l’école polytechnique avec l'intention de devenir  ingénieur mais il ne fut pas diplômé. Il étudia ensuite la loi et obtint un doctorat en droit en 1857 puis, il s'intéressa à la physiologie et devint l'un des plus brillants élèves de Claude Bernard

.

Il publia un ouvrage récapitulatif en 1878, La Pression barométrique, où il décrit différentes expériences sur les manifestations causées par les variations de la  pression atmosphérique et de la pression d'oxygène sur l'être humain, Il  appliqua ses connaissances à la réalisation d'un scaphandre muni d'un régulateur de pression. Il travailla également, durant les années 1870, sur les gaz anesthésiants.


Paul Bert fut, avec Macé et Jules Ferry, le père fondateur  de l'école obligatoire, gratuite et laïque La  loi du 9 août 1879 imposait la création d'au moins une Ecole normale de garçons et une de filles  par département, pour la formation des « hussards noirs  ».


Hussard noir était le surnom donné aux instituteurs  publics sous la 3ème   République après le vote des « lois Jules Ferry » et le vote de la Loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905


 Charles Péguy porte la paternité de l'expression « hussards noirs » à l'usage des enseignants dans « L’Argent » lorsqu'il parle de ses souvenirs d'écolier en culotte courte à l'école primaire annexe de l'Ecole normale de garçons d'Orléans qu'il fréquenta de 1879 à 1885. Ecole annexe où venaient enseigner, en uniformes noirs, les Elèves- maîtres en formation professionnelle qu'il décrit en ces termes :

« Nos jeunes maîtres étaient beaux comme des hussards noirs. Sveltes, sévères, sanglés, sérieux et un peu tremblants de leur précoce, de leur soudaine omnipotence. »

 

 Paul Bert  s'attacha spécialement à la scolarisation des enfants et des jeunes filles, et rédigea pour ces lectorats un certain nombre d'ouvrages d'enseignement scientifique d'une grande valeur pédagogique. Ministre des Cultes, il se consacra à la lutte contre le cléricalisme .

 

Une tache difficilement effaçable noircit l’œuvre de Paul Bert, il s’agit  de

ses idées concernant la supériorité de la race blanche.  

Repost 0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 22:58

Jules Grévy

 

L’éducation

 

Le 9 août 1879  fut votée la « loi Paul Bert», qui créa des Ecoles normales pour  former les professeurs dans un cadre et une idéologie républicaine.

 

La loi «  Jules Ferry »  fut votée le 15 mars 1880 , elle réformait le Conseil supérieur de l'Instruction publique et qui excluait les ecclésiastiques en ne réservant les places qu'à des professeurs formés dans les écoles normales.

 

Trois jours plus tard, une autre loi retira le droit aux universités catholiques de porter le nom de « faculté », ceci dans le but d'attirer les étudiants dans les universités laïques.

 

Mais le coup le plus important porté à l'influence de l'Église sur la religion a lieu le 29 mars, il s'agit d'une loi interdisant « aux congrégations non autorisées » d'enseigner, en amenant certaines, comme les Jésuites, à quitter la France.


Pour éliminer l’enseignement catholique, la majorité des congrégations furent considérées comme« non autorisées »

 

Les « lois Jules Ferry » rendirent progressivement l'école gratuite , l'enseignement public laïque et  l'éducation obligatoire, en 1882


Il faut savoir que beaucoup de congrégations dispensaient un enseignement gratuit aux enfants issus de familles modestes.

 

 

En politique extérieure, le président Grévy se montra très attaché à la paix, ce qui lui valut  un conflit avec le mouvement  revanchard contre l'Allemagne. Il s'opposa également à l'expansion coloniale, pourtant voulue par Gambetta

 

Jules Grévy fut  facilement réélu à la présidence de la République, en décembre 1885

A l'occasion du décès de Victor Hugo, le 22 mai 1885 , il décida de rendre au  Panthéon,  le statut de « temple républicain ».

Jules Grévy  écarta Gambetta de la chambre des députés  confia « la Présidence du Conseil » à des personnalités plus proches de lui. Il fut responsable de l'absence d'un pouvoir exécutif fort et donc, de l'instabilité des gouvernements successifs de la troisième République.

 

En 1887, éclata le scandale des décorations , le gendre du président, était accusé de trafic d'influence. Il vendait des nominations dans «  l’ordre de la Légion d’honneur ».. Les chambres appelèrent  Grévy à démissionner . Dans un premier temps, il refusa, puis, Jules Grévy démissionna le 2 décembre 1887.

 

 

Repost 0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 20:51

Jules Grévy naquit en 1807 et décéda en 1891 dans le Jura à Mont-sous-Vaudrey

 

 

 

Il fut le «  Quatrième président de la 3ème République » du 30 janvier 1879 au 2 décembre 1887  ,

il démissionna suite au scandale des décorations où trempa son. gendre


Son idéal républicain reposait sur un pouvoir impersonnel, exercé par une assemblée

 

Il s'opposa, avec Thiers et Gambetta, à la déclaration de guerre en 1870 et condamna l'insurrection de la Commune.

 

Sa carrière politique débuta lors de la révolution de 1848, il fut nommé commissaire de la République dans le Jura par le gouvernement issu de la révolution, puis fut élu député du Jura en avril de la même année, à l’assemblée constituante

 

En 1849, Jules Grévy fut élu à  l’assemblée législative, puis vice-président de celle-ci.

 

Le 2 décembre 1851, lors du coup d’état , il fut arrêté, puis libéré.

Il reprit son métier d’avocat au barreau, il fut élu membre du conseil de l'ordre des avocats du Barreau de Paris en 1862, puis, en 1868, bâtonnier de l'ordre des avocats.

 

Il revint en politique à la fin du Second Empire , il fut élu député du Jura en 1868, il siégea  dans l'opposition. Il était hostile, avec Gambetta et Thiers,  à la déclaration de guerre contre l'Allemagne, en 1870

 

Le 30 janvier 1879, le président Mac Mahon démissionna,

Le jour-même, les parlementaires élirent  Jules Grévy, à la présidence de la République, par 563 voix.

Jules Grévy annonça: « Je  n'irai jamais à l'encontre de la volonté populaire », et  abandonna l'exercice du droit de dissolution..

 

« La Constitution Grévy »

 La révision de la Constitution eut lieu du 19 au 21 juin 1879

Le pouvoir de l'exécutif (présidents de la République et du Conseil) fut affaibli

au profit d'une république parlementaire

Elle porta aussi sur des mesures symboliques qui pérennisaient les symboles de la République :

-         le 14 juillet

-         La Marseillaise furent adoptés comme symboles,

-          Les chambres parlementaires furent transférées à Paris

-          Le président de la République fut officiellement installé au Palais de l’Elysée

Repost 0

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens