Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 13:32

Il s'agit d'un moteur automobile qui fonctionne avec de l'air

Repost 0
Published by Marie Andre
commenter cet article
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 13:17

CHEZ NOUS EN CAS DE VENTE AUTORISEE, ELLE COUTERA 5500EUR +400 OU 500% DE TAXES EN PLUS

Je ne résiste pas à vous faire suivre cette info, reçue à l’instant

Une preuve supplémentaire – si besoin en était – que les trusts pétroliers et le gouvernement nous racontent des mensonges !!!
> >  Ne pas hésiter à faire suivre l’info !
> >  Sortie imminente des ateliers de Tata Motors en Inde !

 

 

> Il s'agit d'un moteur automobile qui fonctionne avec de l'air. Seulement l'air qui nous

entoure. 
> >
> > Tata Motors en Inde a prévu que la voiture à air pourrait sillonner les rues indiennes courant 2015.
> >
> > La voiture à air comprimé, développée par l'ex-ingénieur français de Formule 1 Guy Nègre qui était installé à Carros près de Nice est aujourd’hui basé au Luxembourg, a vainement essayé de convaincre les constructeurs français et européens de produire ce véhicule qui ont laissé cette opportunité aux Indiens de la marque Tata ... !!!!
> >
> > La voiture à air comprimé, appelée « Mini CAT» pourrait coûter autour de 365757 roupies en Inde soit 8177 $ c'est à dire 5 225 EUR
> >
> > La Mini CAT qui est un simple véhicule urbain léger, avec un châssis tubulaire, un corps en fibre de verre qui est collé pas soudé et alimenté par l'air comprimé. Un microprocesseur est utilisé pour contrôler toutes les fonctions électriques de la voiture. Un petit émetteur radio envoie des instructions à l'éclairage, clignotants et tous les autres appareils électriques sur la voiture. Qui ne sont pas nombreux.
> >  La température de l'air pur expulsé par le tuyau d'échappement se situe entre 0 - 15 degrés en dessous de zéro, ce qui le rend approprié pour une utilisation pour le système de climatisation intérieur sans avoir besoin de gaz ou de perte de puissance.
> >
> > Il n'y a pas de clé, juste une carte d'accès qui peut être lue par la voiture depuis votre poche. Selon les concepteurs, il en coûte moins de 50 roupies (1EUR = 69 roupies) par 100 km, c'est à peu près un dixième du coût d'une voiture fonctionnant à l’essence.
> >  Son kilométrage est d'environ le double de celui de la voiture électrique la plus avancée, un facteur qui en fait un choix idéal pour les automobilistes urbains. La voiture a une vitesse de pointe de 105 km/heure (c'est parfait puisqu'il ne faut pas dépasser le 90 voire le 70 Km/h et 50 en ville) ou 60 mph et aurait une autonomie d'environ 300 km ou 185 miles. Le remplissage de la voiture aura lieu dans les stations service adaptées avec des compresseurs d'air spéciaux. Remplir ne vous prendra que deux à trois minutes et coûtera environ 100 roupies (1EUR= 69 roupies) et la voiture pourra faire encore 300 kilomètres. Cette voiture peut également être remplie à la maison Il faudra alors 3 à 4 heures pour remplir le réservoir, mais cela peut se faire pendant que vous dormez.
> > Le réservoir se recharge sur une simple prise électrique en 4 h pour un coût de 1,50 EUR et permet une autonomie de 150 km. 
> > TATA MOTORS se penche actuellement sur une pompe à air comprimé, ce qui permettrait de faire un plein du réservoir en 3 minutes chrono pour un coût d'environ 2,50 EUR.
> > Parce qu'il n'y a pas de moteur à combustion, le changement d'huile (1 litre d'huile végétale) n'est nécessaire que tous les 50 000 km ou 30 000 miles. Grâce à sa simplicité, il y a très peu d'entretien à faire sur cette voiture.
> > Cette voiture à air semble presque trop belle pour être vraie.> > 
> > Les groupes de pression et les hommes de pouvoir européens auront-ils encore le dernier mot ? 
> > Sans compter que nous respirerions " enfin " du bon air dans les villes !!!
> > Que feront les compagnies pétrolières de tous bords pour arrêter cette invention bien Française
> >
> >  Mise au point au 3405  4eme Avenue  06510 à CARROS - FRANCE

> > par l’ingénieur Guy  NEGRE. 

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 11:02

Le 6 septembre 1896, les conditions de vie d'Alfred Dreyfus s'aggravèrent encore : il fut mis à la double boucle, supplice obligeant le forçat à rester sur son lit, immobile, les chevilles entravées. Cette mesure était la conséquence de la fausse information de son évasion, révélée par un journal anglais.

Repost 0
Published by Marie Andre
commenter cet article
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 10:59

Hanté par le risque de l'évasion, le commandant du bagne fit vivre un enfer au condamné alors que les conditions de vie  déjà très pénibles , la température atteint 45 °C, il était sous-alimenté ou nourri de denrées frelatées, pratiquement, il n’était pas soigné de ses nombreuses maladies tropicales. Dreyfus tomba malade, régulièrement secoué par les fièvres qui s'aggravaient d'année en année.

Repost 0
Published by Marie Andre
commenter cet article
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 10:39

     La case de Dreyfus sur l'île du Diable

 

 

L’Armée voulait-elle la mort de cet innocent pour le faire taire à tout jamais ?

 

Sans raisons valables, les conditions de détention s’aggravaient régulièrement. Ses geôliers étaient-ils des hommes ou des démons ? Tout cela ressemblait à un assassinat programmé pour faire taire le condamné innocent !

Le 21 février 1895, Dreyfus embarqua sur le vaisseau Ville-de-Saint-Nazaire. Le lendemain, le navire fit cap vers la Guyane. Le 12 mars, après une traversée pénible de quinze jours, le navire mouilla au large des îles du Salut.

Dreyfus resta un mois au bagne de l'île Royale, puis il fut transféré à l'île du Diable le 14 avril 1895. Avec ses gardiens, il était le seul habitant de l'île, logeant dans une case de pierre de quatre mètres sur quatre.

Hanté par le risque de l'évasion, le commandant du bagne fit vivre un enfer au condamné alors que les conditions de vie  déjà très pénibles , la température atteint 45 °C, il était sous-alimenté ou nourri de denrées frelatées, pratiquement, il n’était pas soigné de ses nombreuses maladies tropicales. Dreyfus tomba malade, régulièrement secoué par les fièvres qui s'aggravaient d'année en année.

 

Le 6 septembre 1896, les conditions de vie d'Alfred Dreyfus s'aggravèrent encore :

il fut mis à la double boucle, supplice obligeant le forçat à rester sur son lit, immobile, les chevilles entravées.

Cette mesure était la conséquence de la fausse information de son évasion, révélée par un journal anglais. Pendant deux longs mois, ces conditions inhumaines plongèrent Alfred  Dreyfus dans un profond désespoir et il était persuadé que sa vie s'achèverait sur cette île lointaine.

Repost 0
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 17:00

Au milieu d'une cérémonie militaire, Alfred Dreyfus se tient droit en uniforme vierge de tout insigne. Ses insignes et son fourreau sont à ses pieds, et en face de lui, un adjudant est en train de casser son sabre en deux sur son genou.

Alfred Dreyfus, la cérémonie de la honte pour l’armée !

L’Armée, la grande muette, portait alors bien son  surnom ! Le vrai coupable était connu mais l’implacable machine d’injustice était en marche ! La machine de la honte n’avait qu’un but, écraser l’innocent !

 

Le 5 janvier 1895, la cérémonie de la dégradation se déroula dans la Cour Morlan de l'École militaire à Paris où quatre mille soldats formés en carré entouraient Alfred Dreyfus, la victime qui devait être un  « traître » tandis qu’une foule de 20 000 personnes s'amassaient derrière .

Alors que les tambours roulaient, Dreyfus était accompagné de quatre artilleurs qui l'amenèrent devant un huissier qui lui lut le jugement.

 Un adjudant de la Garde républicaine lui arracha :

-  les insignes

-  les fines lanières d'or de ses galons,

-  les parements des manches et de la veste.

Les témoins signalèrent la dignité de Dreyfus, qui continua de clamer son innocence tout en levant les bras :

 « Soldats, on dégrade un innocent, soldats on déshonore un innocent. Vive la France ! Vive l'armée !

 

Le prisonnier fut mis au secret dans une cellule en attendant son transfert. Le 17 janvier 1895, il fut transféré au bagne de l'île de Ré, où il fut maintenu plus d'un mois. Il avait le droit de voir sa femme deux fois par semaine, dans une salle allongée, chacun à un bout, le directeur de la prison au milieu

Repost 0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 21:35

Malgré les menées de l'armée pour étouffer cette affaire, le premier jugement condamnant Dreyfus est cassé par la Cour de cassation au terme d'une enquête minutieuse, et un nouveau conseil de guerre a lieu à Rennes en 1899. Dreyfus est condamné une nouvelle fois, à dix ans de détention, avec circonstances atténuantes

Repost 0
Published by Marie Andre
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 20:54

Afin d'attirer l'attention sur la fragilité des preuves contre Alfred Dreyfus, sa famille décida de contacter en juillet 1897 le respecté vice-président du Sénat, Auguste Scheurer-Kestner qui fit savoir, trois mois plus tard, qu'il avait acquis la conviction de l'innocence de Dreyfus, et qui en persuada également Georges Clemenceau, ancien député et  journaliste.

Le même mois, Mathieu Dreyfus, frère d'Alfred, porta plainte auprès du ministère de la Guerre contre Walsin Esterhazy.

Alors que le cercle des dreyfusards s'élargissait, deux événements quasi simultanés donnèrent en janvier 1898 une dimension nationale à l'affaire :

- Esterhazy, le vrai coupable  fut acquitté, sous les acclamations des conservateurs et des nationalistes 

- Révolté de cette injustice, Émile Zola publia « J'accuse…! », plaidoyer dreyfusard qui entraîna le ralliement de nombreux intellectuels.

Un processus de scission de la nation Française commença, et se prolongea  jusqu’à la fin du siècle.

Des émeutes antisémites éclatèrent dans plus de vingt villes françaises. On dénombra plusieurs morts à Alger. La République était ébranlée, certains la voyaient même en péril, ce qui permit enfin à rendre une vraie justice pour en finir avec l’affaire Dreyfus. 

La France retrouva la paix intérieure

Repost 0
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 14:46

En 1880, il choisit l'artillerie et entre à l'école d'application de Fontainebleau. Il en sort en 1882, 32ème sur 97. Affecté à la 1ère division de cavalerie du 31ème régiment, il est promu Lieutenant en 1885. En 1889, adjoint au Directeur de l'Ecole de Pyrotechnie de Bourges, il est promu Capitaine.

Repost 0
Published by Marie Andre
commenter cet article
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 13:49

 

Alfred

 

Alfred Dreyfus, une réussite qui gêne !

 

Issu d'une vieille famille alsacienne et juive, Alfred Dreufus naquit à Mulhouse le 9 octobre 1859. En 1871, son père, riche industriel, choisit la nationalité française pour lui-même et pour ses enfants mineurs. La famille quitta l’Alsace, ce qui fut le sort de tous ceux qui ne voulaient pas devenir Allemands.

 C'était un enfant délicat, curieux et persévérant, en famille on disait affectueusement de lui, « c’est un "rêveur incorrigible" » ; son enfance s'écoula dans un milieu protégé et il grandit sous la protection de six frères et soeurs plus âgés.

A l'âge de onze ans, il avait assisté à l'entrée des Prussiens à Mulhouse et en avait ressenti un tel choc et une telle émotion qu'il avait décidé d'embrasser la carrière d'officier pour manifester son attachement à la France.

En 1880, il choisit l'artillerie et entra à l'école d'application de Fontainebleau. . Affecté à la 1ère division de cavalerie du 31ème régiment, il fut promu Lieutenant en 1885. En 1889, adjoint au Directeur de l'Ecole de Pyrotechnie de Bourges, il fut  promu Capitaine.

Officier très brillant,  Dreyfus fut nommé à l'Etat-Major de l'Armée en 1892, où il était le seul officier de confession juive.

Le 18 avril 1890, il épousa Lucie Hadamard, petite fille de polytechnicien. Elle descendait d'une famille cultivée et très aisée de Metz, au patriotisme et à la réputation irréprochable.

Le 5 avril 1891 naquit son fils Pierre puis, le 22 février 1893, naquit sa fille Jeanne. Le Capitaine Dreyfus était un homme accompli et heureux en famille. Tout lui réussissait !

Le 13 octobre 1894, un messager apporta à son domicile une convocation ordonnant à Alfred Dreyfus de se rendre en tenue bourgeoise, à une inspection le 15 octobre.

Le 15 octobre 1894, il fut arrêté par un officier du 3e bureau, le commandant du Paty de Clam. On l'accusa d'être l'auteur d'un document dérobé à l'ambassade d'Allemagne , « le bordereau » , annonçant la livraison de documents concernant la défense nationale.

Repost 0

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens