Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 22:19

 

 

COMMUNIQUE

 

 

 

Si vous ne visualisez pas correctement ce message cliquez ici pour le voir en ligne

Novembre 2011
Lettre d'information du Réseau Sortir du nucléaire

Un convoi de déchets très radioactifs traverse la France : mobilisons-nous !

Ce mercredi 23 novembre, un nouveau "train d’enfer" est parti de La Hague (Normandie) à destination du site d’enfouissement de Gorleben en Allemagne. 11 conteneurs chargés de déchets nucléaires de très haute activité vont sillonner 2000 km de voie ferrée. Le Réseau "Sortir du nucléaire" coordonne la mobilisation et le suivi heure par heure du convoi. De nombreuses actions sont prévues le long du trajet...

PS - EELV : un accord sous la pression du lobby nucléaire

À notre appel, plus de 31 000 personnes ont envoyé une lettre ouverte au Parti socialiste et à Europe-Écologie Les Verts. Mais François Hollande a malheureusement imposé un véritable "diktat atomique"... sous influence du lobby nucléaire !

Offrez des cadeaux sympas... et antinucléaires !

Les fêtes de fin d’année approchent à grand pas. C’est l’occasion de sensibiliser vos proches et vos amis, en leur offrant des cadeaux antinucléaires ! Plein d’idées sympas, d’accessoires militants et utiles (parapluies, sacs), livres, DVD, t-shirts, badges, jeux, à retrouver dans notre boutique en ligne...

50 ans d’électricité, 500 000 ans de radioactivité

Voici un court-métrage percutant, réalisé par le vidéaste américain Brian Rich et adapté en français par le Réseau. Mené tambour battant, il dresse un panorama saisissant de l’histoire du nucléaire civil. Ne ratez pas cette vidéo... et diffusez-la largement !

Le nucléaire et l’emploi : l’intox du PDG d’EDF

Début novembre, les médias nationaux se sont fait les relais complaisants d’une intervention tonitruante du lobby nucléaire : Henri Proglio a prétendu que la sortie du nucléaire mettrait "1 million d’emplois en péril". Mais d’autres journalistes prennent au sérieux leur métier. Saluons ainsi le travail de Bastamag, dont nous vous invitons à lire le décryptage : "L’emploi dans l’industrie nucléaire : les mystifications du PDG d’EDF".

Plus qu’un mois pour participer au concours vidéo !

Jusqu’au 31 décembre, participez au concours vidéo "Changeons d’ère, sortons du nucléaire !". Objectif : faire connaître notre message par l’image auprès d’un large public. En 4 mn maximum, laissez libre cours à votre imagination !


C’est grâce à vous que nous pouvons agir au quotidien pour un monde sans nucléaire. Pour nous aider à renforcer nos actions, faites un don !

Faites connaître cette lettre autour de vous, en la rediffusant largement à vos contacts !

Chacun-e peut s’y inscrire en se rendant sur notre site web, à la page : http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/rezo-info.html

Vous utilisez Facebook ? Comme plus de 13 000 internautes, suivez nos infos sur notre page :
http://www.facebook.com/pages/Reseau-Sortir-du-nucleaire/110825562273368

Nous vous remercions chaleureusement pour votre engagement à nos côtés !

L’équipe bénévole et salariée du Réseau "Sortir du nucléaire"


Réseau "Sortir du nucléaire"
http://www.sortirdunucleaire.org
Tél : 04 78 28 29 22
contact@sortirdunucleaire.fr


Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 22:45

Jean II de France, dit Jean le Bon 

 


naquit en 1319 , décéda  à Londres en 1364,

 fils du roi Philippe VI et de Jeanne de Bourgogne ,

 il  fut  Roi de France de 1350 à1364


 

Il avait plus de quarante ans lorsqu’il parvint au trône. Souvent à la tête des armées sous le règne de son père, il avait montré beaucoup de valeur. Les peuples avaient souffert sous Philippe VI et se trouvèrent plus heureux sous l’autorité de son fils.


Profitant d'une querelle entre le roi Jean II le Bon et son gendre Charles le Mauvais, roi de Navarre, le roi anglais, Édouard III rompit la trêve consécutive à la victoire de Crécy. Son fils, le prince de Galles,  Édouard, débarqua à Bordeaux avec des troupes en septembre 1355. Surnommé le Prince Noir en raison de son armure, il se lança dans de grandes «chevauchées» à travers le royaume de France.

 

                                                         Le Prince noir


Les Anglais pillaient les villages et les bourgs et tuaient les "manants "qui  leur résistaient.

 

Le roi de France, Jean le Bon chercha des finances pour faire face à ce nouveau malheur. Il réunit en décembre 1355 les états généraux. La bourgeoisie, conduite par le nouveau prévôt des marchands de Paris, Étienne Marcel,  était excédée par les gaspillages de la cour., elle concéda des subsides en échange de promesses  de réformes.


Tandis que les Anglais remontaient de leur possession de Bordeaux vers la Loire pour une nouvelle chevauchée, le roi de France put enfin lever une armée pour se porter à leur rencontre.

 

                                                     Entrée de Jean le Bon

 

L'armée anglaise commandée par le Prince Noir comptait à peine 7.000 hommes mais elle était solidement retranchée sur le plateau de Maupertuis. Le roi de France, de son côté, alignait 15.000 hommes.


Malgré la charge folle des chevaliers, la bataille tourna très vite à l’avantage des Anglais , ce fut une nouvelle défaite française. Beaucoup de chevaliers furent faits prisonniers. D'autres se replièrent et abandonnèrent le roi

 

                                                   Capture de Jean II le Bon


Fidèle à sa réputation, Jean le Bon se lança à la poursuite du Prince Noir mais il fut fait prisonnier , ainsi que son plus jeune fils, Philippe le Hardi, qui l'avait, selon la chronique, encouragé de ses paroles dans le combat :

 «Père, gardez-vous à droite, père, gardez-vous à gauche !»


.Le 19 septembre 1356, l'armée française fut écrasée par les archers anglais au nord de Poitiers.

 

                                                   bataille de Poitiers 1356


Le désastre de Poitiers  qui survenait dix ans après celui de Crécy plongea le royaume de France dans .une crise désastreuse , la guerre de Cent ans était relancée !

Jean Le Bon passa en Angleterre sur la fin de décembre 1363, tomba malade peu après son arrivée, et mourut à Londres le 8 avril 1364

 

 

                                                                       Prison


. La vaillance et la probité étaient les deux qualités qui distinguaient ce monarque Ses sujets auraient pu le haïr,  mais non,  ils le plaignirent  et  ne cessèrent de l’aimer !  Ils lui donnèrent le surnom de Bon, qui nous montre l’attachement qu’ils ont toujours  eu pour leur souverain « bien aimé »

A Londres, on lui fit des funérailles magnifiques, auxquelles le roi d’Angleterre assista en deuil ; son corps fut rapporté en France et enterré à Saint-Denis le 7 mai.1364

 

 

Repost 0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 21:14

Les bourgeois de Calais

 

 

Après la victoire de Crécy, Edouard III d'Angleterre se sentit pousser des ailes ! La haine du " Français" et la soif de vaincre le poussèrent vers Calais .

Edouard III ariiva devant Calais en septembre 1346. La ville était défendue par le Chevalier  Jean de Vienne qui commandait la garnison de Calais. La résistance s'organisa , elle fut héroïque et longue. Le Roi Philippe VI fut incapable de leur venir en aide ! Après onze mois d'une résistance où on ne compta pas les nombreux actes de bravoure, Jean de Vienne et les habitants affamés négocièrent la reddition .

 

 

Edouard III, qui se croyait invincible, était très énervé et en colère devant la résistance de Calais. La négociation de reddition fut âpre et difficile. Edouard III finit par accepter que six bourgeois, les plus importants de la cité, lui soient livrés pour être exécutés., c'était à ce prix qu'il  devait laisser la vie aux Calaisiens qui devraient quitter la ville pour laisser place aux Anglais .

 

Les six bourgeois se présentèrent devant le Roi d'Angleterre, en chemise, la corde au cou , les clefs du château et de la ville en mains.

Jean de Vienne les livra en ces termes :

 

"Je vous livre comme Capitaine de Calais, avec le consentement du peuple de cette Ville, ces six bourgeois, et je vous jure qu'ils sont et ont toujours été les plus honorables...".

 

 

 

En présence du Roi Edouard III et de sa jeune épouse, Philippine de Hainaut, les six bourgeois s'agenouillèrent , joignirent les mains en disant :

 

"Gentil Sire et gentil roi, voyez-nous les six, qui avons été d'anciens bourgeois et grands marchands de Calais ; nous vous apportons les clefs de la Ville et du Château ; nous nous mettons en votre pure volonté pour sauver le "demeurant" du peuple de Calais qui a beaucoup souffert de privations. Veuillez avoir de nous pitié et merci par votre très haute noblesse".

 

Les chevaliers et les seigneurs présents prirent pitié de ces hommes courageux qui donnaient leur vie pour sauver celle des habitants de Calais. Le Roi hurla de colère et ordonna :


 " coupez leur la tête"

 

                                                           Philippine aux pieds d'Edouard III

 

Ce fut à ce moment que la jeune reine Philippine , le visage inondé de larmes, se jeta aux pieds du Roi, son époux, en implorant :


Ah, gentil sire, depuis que je repassai la Mer en grand péril comme vous le savez, je ne vous ai rien demandé ; or, je vous prie humblement et requiers à mains jointes que pour l'amour du fils de Sainte-Marie et pour l'amour de moi, vous veuillez avoir pitié de ces hommes "

 

Les pleurs de sa bienaimée Reine le touchèrent profondément , il ne voulait pas lui causer plus de chagrin ! Il la regarda tendrement et parla d'une voix douce :

 

"Ah, Madame, j'aimerai mieux que vous fussiez autre part qu'ici ! Vous me priez si tendrement que je n'ose vous éconduire malgré que j'en ai envie. Tenez ! je vous les donne ! faites-en votre plaisir!"

 

 

 

Le royaume de France subit alors une grave crise morale, à laquelle s'ajouta une crise économique due aux mauvaises récoltes et à l'inflation des prix. Dans le même temps, la peste noire, qui débarqua dans le port de Marseille en 1347, dépeupla la France, comme le reste de l'Europe. A court de subsides, Philippe VI réunit plusieurs fois les états généraux,  généralisa la gabelle.( l'impôt sur le sel )

 

La peste noire est une pandémie de peste bubonique, qui a touché la population européenne entre 1347 et 1351. Elle n'est ni la première ni la dernière épidémie de ce type, mais elle est la seule à porter ce nom. Par contre, elle est la première épidémie de l'histoire à avoir été bien décrite par les chroniqueurs contemporains.

On estime que la peste noire a tué entre 30 et 50 % de la population européenne en cinq ans, faisant environ vingt-cinq millions de victimes. Cette épidémie eut des conséquences durables sur la civilisation européenne, d'autant qu'après cette première vague, la maladie refit ensuite régulièrement son apparition dans les différents pays touchés : entre 1353 et 1355 en France, et entre 1360 et 1369 en Angleterre, notamment.

 

                                       gisant de Philippe VI

 

Philippe VI de Valois, Roi de France,  s'éteignit le 22 aôut 1350

Repost 0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 18:31

Crécy, le désarroi du Roi de France, Philippe VI



Le champ de bataille était jonché de cadavres, l'armée du Roi de France était décimée ! Le carnage était insoutenable ! Philippe VI était anéanti ! Blessé au visage  par un projectile, il souffrait dans sa chair et dans son âme ! " Le Roi de fer"   était proche de l'abîme ! Le désespoir s'emparait de tout son être !

 

 

 

De nombreux seigneurs, ses amis, ses meilleurs alliés, avaient perdu la vie ! La liste était longue :

 

La grande noblesse du Royaume était décapitée !

 

 

Le spectacle d'apocalypse faisait sombrer Philippe Vi dans le désespoir ! Il n'avait jamais imaginer se trouver devant un sol couvert de chevaliers massacrer et de chevaux éventrés ! Son ami, le Comte de Hainaut, lui conseilla de quitter le champ de bataille .

 

 

 

 


 

Accompagné d'une petite escorte, le Roi chercha de l'aide . Il demanda asile au château de Labroye. Le visage couvert de sang, il arriva devant la forteresse et demanda asile en ces termes :

                 "Ouvrez, c'est l'infortuné Roi de France !"

 

Sources : Histoire Larousse

                Histoire Hatier

                 Histoire Hachette

Repost 0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 21:14

COMMUNIQUE

 

Urgent – Le transport à haut risque de la France vers l'Allemagne est avancé d'une journée

 

Bonsoir,

Le transport de déchets vitrifiés de La Hague-Gorleben qui devait quitter Valognes jeudi prochain est avancé d'une journée. Il quittera le terminal ferroviaire de Valognes ce mercredi 23 novembre à 14h20.

Voici ci-dessous notre appel à mobilisation, ainsi que le communiqué de presse du Réseau "Sortir du nucléaire" et de SUD-RAIL de ce jour.

Vous pourrez consulter prochainement les nouveaux horaires du convoi sur la page de notre site dédiée à ce transport :
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Transport-La-Hague-Gorleben

De nombreux rassemblements et actions sont d'ores et déjà prévus le long des différents trajets envisagés par AREVA et la SNCF. Retrouvez tous les rendez-vous sur cette page :
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Liste-des-actions

Attention, le transport étant décalé d'une journée, les dates des rassemblements sont fortement susceptibles d'être modifiées. Aussi, nous vous invitons à consulter cette page régulièrement pour connaître les jours et heures des actions prévues près de chez vous.

Salutations antinucléaires

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire"
Laura Hameaux
06.85.23.05.11
laura.hameaux@sortirdunucleaire.fr

 

 

Merci de relayer 

 

Appel à mobilisation à partir du 19 novembre 

Transport de déchets nucléaires

de La Hague (France) à Gorleben (Allemagne)

 

 

Le 23 novembre prochain, un train de déchets nucléaires allemands extrêmement dangereux, quittera le terminal ferroviaire de Valognes dans la Manche à 14h20 pour rejoindre le centre de stockage temporaire de Gorleben en Allemagne.

En France, il traversera de nombreux départements, dont la Manche, le Calvados, l'Eure, la Seine-Maritime et la Picardie. Afin d’éviter les manifestations antinucléaires, qui ne manqueront pas de ponctuer ce trajet, différents itinéraires sont envisagés par Areva et la SNCF. A Amiens, le convoi pourrait se diriger vers le nord de la France ou descendre vers Reims. Il traversera ensuite l’est de la France où il passera la frontière franco-allemande. Là aussi, plusieurs possibilités sont prévues. Nous publions donc les horaires de passage pour les différents scénarii.

Le convoi sera composé de 11 conteneurs de type TN 85, également appelés CASTOR (CAsk for Storage and Transport Of Radioactive material). Ils contiendront des déchets vitrifiés, déchets de très haute activité (HAVL) extrêmement dangereux issus du retraitement du combustible nucléaire usé.

L'acheminement des conteneurs par la route de l’usine AREVA de La Hague au terminal ferroviaire de Valognes, distant de 30 km, a commencé le 14 novembre et devrait se terminer lundi. Les déchets quitteront ensuite Valognes par le rail, pour rejoindre le terminal ferroviaire de Dannenberg en Allemagne, un périple très risqué de près de 2000 km. Là, ils seront à nouveau chargés sur des camions pour parcourir les derniers kilomètres qui les séparent de leur destination finale : le centre de stockage temporaire de Gorleben.

Il s’agit du dernier retour de déchets vitrifiés de très haute activité à destination de l’Allemagne. S’en suivra une série de retours de déchets dits "de moyenne activité" (MA).

Le Réseau "Sortir du nucléaire" se mobilise et vous invite à en faire de même. Retrouvez toutes les idées et propositions d'actions ci-dessous, ainsi que notre dernier communiqué de presse.

 

S'informer sur les transports

Vous pouvez retrouver toutes les informations relatives aux transports de déchets nucléaires sur cette page (informations techniques, horaires et trajets potentiels)
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Transports,244

Suivre le convoi en direct

Au moment du passage du train, vous pourrez suivre son périple sur cette page http://groupes.sortirdunucleaire.org/Transport-La-Hague-Gorleben
ou sur notre twitter http://twitter.com/sdnfr




Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 19:35

Philippe VI de Valois,  ce Roi de France, dont les manuels d'histoire parlent si peu, fut à l'origine de Cent ans de massacres, viols, pillages et misère pour le Royaume de France !

 

La Bataille de Crécy se déroula  à l'aube de la Guerre de Cent ans : elle en est un des premiers épisodes militaires.

 

L'objectif  était pour Edouard III d'Angleterre : Le  trône de France

 


                                              Bataille de Crécy

 

.

En 1346,Edouard III d' Angleterre,  entreprit une campagne, ayant pour but de piller les provinces françaises proches de la Manche.

 

C'est au cours de cette campagne qu'eut lieu la bataille de Crécy.

 

La bataille de Crécy opposa  du 26 août  au 27 août 1346 l'armée de Philippe VI, Roi de France à une armée anglaise d' Edouard III venue pour saccager et piller les terres proches des rivages de la Manche

 

                                         Le désordre de la bataille de Crécy

 

.Cette bataille violente et sanglante où les monarques, les cousins,  Philippe VI et Edouard III,  étaient  présents et actifs, se conclut par une victoire écrasante de l’armée anglaise, pourtant en infériorité numérique, sur la chevalerie , la piétaille française et ses alliés, dont les Génois,  qui comptèrent d' énormes pertes,  dues à l'indiscipline et aux lacunes de commandement.

 

 

Les Génois, mal protégésd la pluie d'orage furent  inoffensifs   sous la pluie de flèches galloises régulièrement mortelles. Ils  hésitèrent, se replièrent puis s'enfuirent loin des Anglais. Croyant à une trahison, le roi Philippe VI ordonna aux chevaliers français de tuer les mercenaires fuyards. Dans leur enthousiasme dément, les chevaliers français chargèrent leurs propres alliés. Ils les poursuivirent sur les lignes anglaises et ils furent décimés par  les traits d'arbalètes  et s'empalèrent sur les pièges ! Ce fut un carnage !

 

 Cependant, après le lever du jour, un assaut français plus organisé, mené par le duc d’Alençon, frère de Philippe VI, attaqua la première ligne d'archers gallois au corps à corps, face à des chevaliers au grand galop, ils ne purent résister. Les chevaliers français en rage commencèrent un terrible massacre, les archers gallois, horrifiés par le carnage dans leurs rangs reculèrent en désordre.

 

 

 

Le fils d’ Edouard III,  âgé de seize ans, le prince de Galles, commandait ce bataillon d’archers, il  courait un grand danger. Mais le roi refusa d’intervenir et déclara  « c’est en ce jour que l’enfant doit gagner ses éperons », c’est-à-dire que le Prince noir doit être fait chevalier.

 

 

                                                    Mort de Jean de Luxembourg, roi de Bohème

 

Après avoir traversée la ligne d’archers, l’attaque du duc d’Alençon se heurta à des gens d’armes et aux chevaliers anglais du Prince de galles. Cernés , les chevaliers français, épuisés par le poids de leur armure, aveuglés par le soleil et déshydratés par la chaleur estivale, restèrent isolés et subirent de lourdes pertes , leurs chevaux  furent abattus par les archers et  la chevalerie française finit à pied, massacrée sous le nombre des adversaires. Parmi les morts se trouvait  l'imprudent duc d’Alençon, frère du Roi, tué sous son cheval.

 

 

Cette grande bataille qui vit l'usage des premiers canons annonçait la Guerre de Cent ans.

 

 

Le 7 octobre 1337, à l' Abbaye de Westminster,  le roi d'Angleterre Edouard III  lança  publiquement un défi à son cousin, le roi de France. Il contestait  la légitimité de Philippe VI et revendiquait la couronne de France pour lui-même. Ainsi,  la guerre de Cent Ans était déclarée !

 

 

Repost 0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 21:37

Il était une fois,  un jeune Prince qui  eut la fortune de monter sur le trône de France sous le nom de Philippe VI , bien qu'il soit très éloigné dans le rang à la succession.

 

 

                                                           Philippe VI de Valois

 

On le surnomma 

Philippe VI le Bien Fortuné  ou  Le Trouvé

Il naquit en 1293 et décéda en 1350

 

 

Édouard III, roi d’Angleterre,  dont la haine pour la France était connue de tous, n’avait  que quinze ans. Il commença par disputer la régence et ensuite la couronne de France à Philippe de Valois.

 

                                              Sacre de Philippe VI

 

 

Les juristes anglais et français débattirent longuement les droits des deux princes.

Édouard était fils d’Isabelle, sœur du dernier roi, Charles IV Le Bel 

 Philippe de Valois n’était que le cousin germain de ce monarque, étant fils de Charles de Valois,oncle de Charles le Bel.

Edouard fondait ses droits sur la proximité du degré,

L’autre sur la loi salique. Philippe réfutait les prétentions d’Edouard, par cette seule raison que la mère ne pouvait transmettre à ses enfants un droit qu’elle n’avait pas elle-même. I

Philippe VI  reçut le surnom de Bien Fortuné, parce qu’il était parvenu de fort loin à la couronne, ayant devant lui les trois fils de Philippe le Bel.

Les Flamands, qu’il avait maltraités dans les précédentes guerres, ne l’appelaient que le roi Trouvé, c’est-à-dire un roi de rencontre. Ils ne tardèrent pas à être châtiés de leur insolence.

 

 

Les Flamands, toujours prêts à la révolte, ne voulaient obéir ni à leur comte , Louis de Nevers, ni au roi de France, Philippe VI,  son suzerain. Les Flamands avaient longtemps tenu  leur comte en prison . Philippe VI, son parent, son seigneur et  ami, vint à son secours avec une armée de 30 000 hommes.

Celle des Flamands révoltés, forte de 16 000 artisans et paysans, avait pour chef un petit marchand de poisson appelé Collin Zannec ou Zannequin, qui ne manquait ni de cœur ni d’esprit.

Cet homme, que quelques historiens appellent le général Chasse-marée, avait fait placer à l’entrée de son camp la figure d’un coq, avec ces deux vers :

Quand ce coq chanté aura, Le roi Cassel conquêtera.


 

Le camp, retranché sur le penchant de la montagne de Cassel, tenait l’armée française en échec . Zannequin se rendit trois jours de suite, comme marchand de poisson, dans le camp des Français, où il vendait à bon marché, et observait sans difficulté ce qu’il lui importait de connaître.

Ayant remarqué qu’on jouait, qu’on dansait, qu’on était longtemps à table, qu’on dormait après le dîner, et que le camp était mal gardé, il projeta de surprendre le roi dans sa tente ;

Mais il avait eu soin d'informer Philippe VI que le jour de la bataille serait  le 24 du mois d’août.1328

C’était alors l’usage, quand le jour de la bataille était dénoncé, qu’il y eût trêve jusque-là ; et celui qui violait cette trêve passait pour traître et pour infâme.


Mais,  s’inquiétant peu d’acquérir ce fâcheux renom, pourvu qu’il défît l’armée de Philippe VI, dès la veille du jour marqué pour le combat, Zannequin fit avancer ses troupes en silence !

 

Tout  le monde dormait dans le camp lorsque les Flamands  y pénétrèrent . Les Flamands arrivèrent sans être reconnus jusqu’à la tente de Philippe. VI . Heureusement, le confesseur du roi ne dormait pas encore, et donna l'alerte.

 

 

 

                                                                   bataille de Cassel


Promptement éveillé par ce religieux, Philippe réagit avec rapidité ,  les troupes  tombèrent sur les Flamands avec une furie si impétueuse, que tout le camp fut bientôt jonché de morts. Zannequin préféra se faire tuer que de survivre à sa défaite. Telle fut la bataille dite

de Mont-Cassel, qui livra la Flandre à la merci du vainqueur.

Les ducs de Bourgogne et de Bretagne, Bouchard de Montmorency et plusieurs autres seigneurs y furent blessés.

Philippe VI  fit des prodiges de valeur, et le connétable Gaucher de Châtillon, âgé de quatre-vingts ans, se couvrit de gloire.

Cassel fut rasé et réduit en cendres ; les principales villes de Flandre, Bruges, Ypres, Courtrai, furent démantelées et perdirent leurs privilèges. Deux ou trois cents de leurs habitants furent pendus ou noyés ! 

Repost 0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 00:16

COMMUNIQUE de Michel Guerite

Ville-sur-Terre
17 novembre 2011


Mail ouvert à Cécile DUFLOT

 

Bonjour Cécile 


Hier soir, au JT de France2, tu m’as impressionné.
Tu connaissais par coeur ce paragraphe, dont tout le monde parle aujourd’hui :

Une reconversion à emploi constant de la filière du retraitement et de fabrication du MOX,
et des moyens de stockage des différents types de déchets notamment le laboratoire de Bure,
en centres d’excellence du traitement des déchets et du démantèlement.

Si cette phrase signifie que PS et EE-LV sont tombés d’accord
pour arrêter le retraitement à La Hague et reconvertir la fabrication du MOX,
donc arrêter la fabrication, il y a problème,
puisque vous n’êtes pas tombés d’accord pour arrêter la construction de l’EPR de Flamanville,
qui est conçu pour fonctionner aussi bien avec du MOX, du HTC
(*) ou de l’uranium enrichi classique !

Comment expliquer ça ?
Les négociateurs sont-ils incompétents ou magouilleurs ?

La deuxième partie de la phrase m’interpelle tout autant,
moi qui est géographiquement concerné par le projet de Bure, et celui du stockage des FA-VL,
moi qui supporte les rejets des poubelles nucléaires de Soulaines et de Morvilliers.

Que signifiait donc :
une reconversion des moyens de stockage des différents types de déchets notamment le laboratoire de Bure,
en centres d’excellence du traitement des déchets ?

Est-ce que dans excellence, il y avait l’arrêt de l’enfouissement des déchets nucléaires ?

Et maintenant que c’est supprimé, il reste quoi dans vos accords?

Merci de traduire votre français du Paris VIème en français courant, voir en champenois.

Bien cordialement

Michel GUERITTE
Un militant antinucléaire


(*) HTC : Haux taux de combustion
 

 

 

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 22:08

Il était une fois, le Royaume de France à la recherche d'un Roi !

 

 

Royaume de France en 1328      Possessions de Charles de Navarre      États pontificaux      Territoires contrôlés par Édouard III      Zone d'influence économique Anglaise      Zone d'influence culturelle Française

 

Charles IV Le Bel, le dernier Capétien direct décéda en février 1328, laissant sa troisième épouse, Jeanne d'Evreux,  enceinte de sept mois .Elle lui avait déjà donné deux filles et le peuple et toute la cour attendaient avec impatience la naissance du bébé royal ! L'espoir était suspendu à cet évènement ! Le 1er avril 1328, la reine Jeanne mit au monde un joli bébé, mais, c'est encore une fille ! Une jolie Princesse qu'on baptisa Blanche ! Ce fut un rayon de soleil dans ce Royaume de France orphelin, depuis la mort de son Roi !

 

 

Sacre de Philippe VI,  Grandes Chroniques de France, Bibliothèque nationale de France

 

 

Malade, Charles IV était  alité depuis  25 décembre 1327.  Le roi mourant  souhaitait  que le Comte Philippe de Valois , son cousin germain, devînt régent , si la reine Jeanne  donnait naissance à un fils. Si une fille venait à naître, Philippe de Valois pourrait monter directement sur le trône. Mais la volonté du roi ne sembla pas avoir été suivie immédiatement  !

 

 

                         Édouard III devant Berwick, , Bibliothèque nationale de France.

 

Il existait un héritier direct des Capétiens, Edouard III, né en 1312,  fils d' Edouard II d'Angleterre et d' Isabelle,  soeur de Charles IV, Louis X et Philippe V. La loi salique en vigueur au Royaume de France ne permet pas l'accession d'une femme au trône et  en exclut aussi sa descendance .

 

Il fallait  éviter que la couronne ne passe dans les mains d'un « étranger ».Edouard III, Roi d'Angleterre,  pourtant petit-fils de Philippe Le Bel! Il fut  évincé au profit  de Philippe VI de Valois, neveu de Philippe Le Bel.

 

 

Les insurgés surprennent l'infanterie française à son campement, mais Philippe VI regroupe la chevalerie. , Bibliothèque nationale de France.

 

Philippe VI de Valois, surnommé le Roi Trouvé par les Flamands, devint roi de France en 1318

 

Lors de la bataille de Cassel , 23 aôut 1328,  les Flamands, avant la bataille, s'étaient moqués du roi de France en peignant un coq sur leur étendard avec cette inscription : Quand ce cocq icy chantera, le Roy trouvé cy entrera 

Repost 0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 23:16

Réalisation d'un documentaire sur Fukushima

 

Bonjour,

Alain de Halleux, réalisateur, est actuellement au Japon. Il y prépare
un documentaire afin de donner la parole aux enfants de Fukushima,
victimes silencieuses dont on n'entend jamais leur voix.
A l'occasion de la projection de son film "Tchernobyl Forever" samedi 19
à 16h au Cameo de Metz, il a fait parvenir un message que je vous
recommande de lire (voir la pièce jointe).

Cordialement.
André Burger

 

Message de Alain de Halleux depuis Fukushima aux Lorrains

 

Dimanche 13 novembre


- Imaginons que les centrales nucléaires n’explosent plus jamais.

- Imaginons que les déchets nucléaires trouvent enfin leur tombe pour des millénaires, et que les générations futures n’en soient pas affectées.

- Imaginons que la communauté internationale arrive enfin à régler le problème du réacteur numéro 4 de Tchernobyl, et que les Japonais opèrent un coup de baguette magique et arrivent, eux, à bâtir 4 sarcophages autour des réacteurs bourrés de combustible, et ce, en zone hautement sismique.

- Imaginons qu’aucune guerre ne prennent les centrales nucléaire comme cible.

- Imaginons que le grand effondrement économique qui se profile n’affecte en rien la sécurité des réacteurs, et que les travailleurs de l’atome, déjà maltraités, s’occupent malgré tout de leur entretien.

- Imaginons !

On peut rêver...

 

1 fichier(s) Message Ala...doc

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens