Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 20:55

 

 

1429     Territoires contrôlés par Henri V      Territoires contrôlés par le duc de Bourgogne      Territoires contrôlés par le dauphin Charles      Principales batailles

      Raid Anglais de 1415

      Itinéraire de Jeanne d'Arc vers Reims en 1429

 

 

L'arrivée d'une jeune fille  changea la destinée de Charles VII et celui de la France.

  Il rencontra, en février 1429, Jeanne d 'Arc  Elle arriva à  le convaincre de la placer à la tête d’une armée pour prendre Orléans et ainsi lui ouvrir la route du sacre à Reims.

Jeanne leva le siège d’Orléans le 8 mai 1429. Elle amèna  le Dauphin Charles  jusqu’à Reims, alors en territoire anglais. 

 

 

                              Première rencontre de Jehanne d'Arc et du Dauphin


Après son sacre, le 17 juillet 1429, il retrouva sa légitimité .

Pendant tout ce temps Charles VII  jeta les bases des institutions essentielles au gouvernement monarchique. Avec son grand argentier  Jacques Coeur,  il habitua ses sujets à l’impôt permanent .

 

                                                    Sacre de Charles VII à Reims

 

 

 Jacques Coeur naquit à Bourges en 1395, il était le fils d’un pelletier de la ville.

En 1418,  l’établissement de la Cour du Dauphin Charles à Bourges  lui offrit une ascension remarquable.

En 1420, il épousa Marcée de Léodepart, petite fille du maître des monnaies de la ville,  ainsi, il fut  introduit dans le milieu financier.

En 1429, nommé fermier des monnaies, il profita de son titre pour émettre 300 marcs d’argent au-dessous du titre et garda la différence pour lui.  Il fut condamné;  mais le Dauphin

le gracia et lui offrit sa confiance.

En 1433,  il fut nommé maître de la Monnaie à Bourges, et en 1435 grand argentier . Jacques Coeur était chargé de trouver  les fonds nécessaires  pour mener à bien les guerres.

 

 

                                                 Palais de Jacques Coeur à Bourges

 

Anobli en 1441, nommé commissaire royal, il fut chargé par le roi de collecter les gabelles dans le Languedoc et de mettre en place le parlement de Toulouse. Très intelligent, il se lança dans des entreprises industrielles et commerciales. Il développa l’exploitation des mines du Beaujolais et du Lyonnais. Toutes ces entreprises lui rapportèrent beaucoup d'argent, qui lui permit  de se faire construire des maisons dans presque toutes les grandes villes du royaume. Les fêtes qu’il offrait   étaient " royales"...

 

                                                                            Jacques Coeur

 

Le roi ferma les yeux sur tous les trafics de Jacques Coeur pour la bonne et unique raison que ce dernier avait  mis à sa disposition sa fortune pour hâter la conquête de la Normandie sur les Anglais.

 

 

                                                             Agnès Sorel, favorite de Charles VII


 Agnès Sorel , jeune dame noble, modeste servante de la maison angevine, fut  entre 1444 à 1449 la favorite de Charles VII, auquel elle donna  quatre enfants. Elle perdit la vie  après son quatrième accouchement d'une prise excessive de mercure en 1450 

Jacques Coeur fut  accusé de l’avoir empoisonnée. Il  prouva  qu’il n’y était  pour rien. Alors, on le poursuivit  pour détournement de fonds. Il fut torturé mais  n’avoua rien ! Il fut  enfermé au château de Poitiers et condamné à verser la somme  de 400 000 écus. Le roi  fit  confisquer tous ses biens. En 1454, Jacques Coeur s’évada et trouva refuge auprès du pape Nicolas V.

 

                                                            Condamnation de Jacques Coeur


A la tête d’une flotte qui lui fut confiée par Calixte III, successeur de Nicolas V, Jacques Coeur partit combattre les turcs. Il trouva  la mort au cours de cette expédition en 1456, dans l’île de Chio.

Charles VII   se montra particulièrement ingrat avec Jeanne d’Arc, il le fut aussi avec Jacques Coeur en le faisant arrêter en juillet 1451

 

Sources:

Histoire Hachette

Histoire Hatier

Wikipédia

Repost 0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 21:15

 

Charles VII de France , naquit le 22 février 1403 et décéda  le 22 juillet 1461

Il fut  Roi de france de 1422 à 1461

Charles VII  était le fils de Charles VI dit Le Fou et d'Isabeau de Bavière

 

 

                                                 Le dauphin Charles VII

 

Charles était le onzième des douze enfants de Charles VI et d' Isabeau de Bavière

Les fiançailles entre le Dauphin Charles et Marie d' Anjou furent célébrées en 1413.

La mère de Marie, qui ne souhaitait pas laisser sa fille dans la capitale, devenue  dangereuse du fait de la guerre civile qui y sévissait ,  emmena sa fille et son futur gendre en Anjou, en février 1414

.Ainsi,  le prince  passa  quelques heureuses et paisibles années, en Anjou, jusqu'en 1417

Devenu " Dauphin ",  à la suite de la mort prématurée de ses deux frères aînés, Louis en 1415 et Jean en 1417, Charles devint héritier du trône de France, en devenant duc de Touraine, reçut  le Berry  et le Poitou.

 A cette époque , il n'avait que 15 ans, le jeune Dauphin avait horreur de la violence

 

 

 

                                               Vigiles de Charles VII

 

Devant les menaces qui se précisaient contre sa personne, en pleine guerre civile entre Armagnac et Bourguignons, l’héritier de la couronne, le Dauphin Charles, dût quitter Paris . Il se réfugia à  Bourges avec quelques fidèles, ce qui lui  valut,  au début de son règne,  le surnom << de petit roi de Bourges>>.

 

 C'est dans cette ville de Bourges qu'il se proclama régent, en raison de l'incapacité mentale de son père.

 

                                  Jean sans peur, duc de Bourgogne

 

Il soumit plusieurs villes et établit un parlement .  Jean sans Peur, le duc de Bourgogne,  soucieux de faire cesser cette résistance, l'invita  pour une  entrevue le 10 septembre 1419 . Ils dressèrent  une  tente au milieu du pont où le dauphin Charles  et Jean sans Peur se retrouvèrent,  avec chacun quelques compagnons, le gros de chaque troupe attendait sur l'une  et l'autre rive. La discussion fut orageuse ;  le ton monta , au cours de la mêlée qui suivit, Jean sans Peur fut poignardé.

 

                                             Assassinat de Jean sans Peur


Le Dauphin Charles, trahi par sa mère, Isabeau de Bavière

 

 

 

                                                                    Isabeau de Bavière

 

Sa mère, Isabeau de Bavière et les Bourguignons répandirent la rumeur que Charles était en réalité le fils naturel de  "Louis d'Orléans" dont il aurait voulu venger le meurtre . Déclaré bâtard, un décret le bannit du royaume le " 17 janvier 1420." Charles, désormais accusé de complicité dans le meurtre de Jean sans Peur, fut déshérité en 1420

En 1420,  Isabeau de Bavière fit  signer à son époux,  Charles VI,  le traité de Troyes. Ce dernier stipulait  que la couronne de France reviendrait  au roi Henri V d’Angleterre,  à condition que ce dernier épousa une des filles de Charles VI.

 

 

                                                                        Isabeau de Bavière

 

A la mort des souverains de France et d’Angleterre en 1422, Henri VI d’Angleterre fut sacré roi de France à Paris. Les Anglais occupèrent  tout le nord de la Loire ainsi qu’une partie de la Guyenne.

 

 

Sources:

Wikipédia

Histoire Larousse

Histoire Hachette

 

Repost 0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 21:20

La longue période de lutte entre la France et l'Angleterre, connue sous le nom de guerre de Cent Ans, fut un conflit désastreux qui dura  plus de cent ans (116 ans : de 1337 à 1453).


Cinq rois de France et autant de souverains anglais se trouvèrent successivement engagés dans ce duel.

Trois générations entières vécurent dans un perpétuel climat de troubles et de combats

La guerre de Cent Ans se décompose en une série de batailles, séparés par des périodes de paix relative, ou de trêves. Et quand cessaient les combats, les pillages, la famine ou la peste achevaient de ruiner villes et campagnes.

Si l'Angleterre ne fut pas épargnée par cette guerre, la France, sur le sol de laquelle se déroulèrent les batailles, fut plus atteinte que sa rivale.

Elle finit cependant par avoir le dessus. Mais les deux belligérants sortirent profondément changés de ce conflit séculaire

 

Avec la mort de Charles VI commença la seconde période de la guerre de Cent ans. Ce fut à la fois une guerre qui opposa les royaumes d ' Angleterre et de France, qui se déchiraient pour la succession au trône de France, puis ce fut une guerre civile qui opposait les Armagnacs et les Bourguignons

Les Grandes Compagnies que le Connétable Bertrand Du Guesclin avait emmenées en Castille refirent surface . A leur tête, des Princes brigands, comme le damoiseau de Commercy ( Robert de Sarrebrück ) mettaient les campagnes à feu et à sang, ces bandes d'écorcheurs semaient la terreur partout où elles passaient ....

 

  • La seconde période du conflit la guerre civile :
  • Lutte entre les Armagnacs et les Bourguignons.
  •  Cette lutte favorisa  l'Angleterre, victorieuse à Azincourt. Le trône fut alors promis au roi d'Angleterre.
  •  C'est Jeanne D' Arc qui permit  le réveil des forces françaises et leur course vers la victoire.

 

                                         Henri V d'Angleterre priant avant la bataille d'Azincourt

 

 

La bataille d'Azincourt le 24 octobre 1415

 

Schlacht von Azincourt.jpg

 

 

Les troupes françaises, d'environ 30 000 hommes,  voulaient barrer la route deCalais à l'armée du roi Henri V d'Angleterre qui était forte d'environ 6 000 hommes. Cette armée avait  débarqué en septembre à Chef-de-Caux, près  d' Harfleur , qu'elle  occupa pour sa sécurité. La bataille d'Azincourt  qui suivit  s'est soldée par une défaite démoralisante pour l' armée  française . La cavalerie lourde fut rendue moins efficace par un terrain boueux et les retranchements anglais. Les montures furent transpercées par les archers, en majorité gallois, équipés de grands arcs à très longue portée.

 

                                                     Défaite des cavaliers français

 

Cette bataille, où la chevalerie  française fut  mise en déroute par des soldats anglais inférieurs en nombre, est souvent considérée comme la fin de l'ère de la chevalerie et le début de la suprématie des armes à distance . Cette  suprématie  ne fit que se renforcer par la suite,  grâce à l'invention des armes à feu. Elle fut, en réaction, une cause de l'investissement dans l'artillerie  qui devint  une spécialité française.

La défaite d' Azincourt eut un retentissement dans tout le Royaume. Partout, les récit de la bataille faisaient pleurer et prier pour tous les hommes vaincus,  blessés et morts pour chasser l'Anglais .

                                                                  Chevalier français en armure

 

 

Le grand Marcelin,  qui avait combattu aux côtés d' Edouard III,  Duc de Bar,  racontait :

 

<< Notre bon duc, blessé, continua le combat et courageusement nous sortit de la boue avant de s'effondré, mort !

La nuit du jeudi 24 octobre s'était passée sur le terrain pour les deux camps. Il pleuvait averse, cela avait duré toute la nuit . Le champ de bataille, tout en longueur, était  fortement détrempé, particulièrement côté français, placés dans le bas de la colline, dans des champs labourés  où coulait un ruisseau devenu torrent durant la nuit. Le terrain boueux désavantageait l'armée française composée de nombreux chevaliers en armures dont certains se sont noyés sous leur poids. Le terrain boueux faisait glisser les chevaux lourdement chargés. Les quatre vagues d'attaque successives s'empêtrèrent les unes dans les autres.Les archers anglais et leurs redoutables capacités criblèrent, cavaliers et montures qui  n'atteignent pas les rangs ennemis. Ceux  qui réussirent s' empalèrent sur les pieux des archers ou furent capturés, ou tués.>>

 

  Un moine français de Saint-Denis disait :

<< Les troupes françaises marchaient dans la boue , les chevaliers  s'enfonçaient  jusqu'aux genoux. Ils étaient déjà vaincus par la fatigue avant même de rencontrer l'ennemi.>>

 

                                                Désastre français d'Azincourt

 

Les pertes au cours de cette bataille furent importantes et décapitèrent la grande noblesse française :

 

 Ci-après, Document  WIKIPEDIA :

 

"Les pertes totales des Anglais sont de 13 chevaliers (dont le duc d'York, petit-fils d'Édouard III, tué par le duc d'Alençon) et une centaine de simples soldats. Les Français perdent 6 000 chevaliers dont le connétable, plusieurs ducs (Jean Ier d'Alençon, Édouard III de Bar, Charles d'Orléans est lui fait prisonnier) ; 5 comtes (dont Philippe de Bourgogne et le comte Robert de Marle), 90 barons et un millier d'autres chevaliers furent faits prisonniers. Baudoin d'Ailly, dit « Beaugeois », seigneur de Picquigny, vidame d'Amiens, grand seigneur de l'Amiénois, conseiller et chambellan du roi de France Charles VI, meurt trois semaines après la bataille, des suites de ses blessures. A signaler également la mort d'Antoine de Bourgogne, venu participer à la bataille malgré la neutralité affichée de son frère et suzerain Jean sans Peur, duc de Bourgogne.

 

 

                                              Mort de Philippe de Bourgogne, Comte de Nevers

 

Les seuls à survivre seront ceux qui auront préféré ne pas participer : « À ce combat, le duc de Bretagne, Jean, bien qu'il eût été appelé, n'assista pas. Étant venu à Amiens avec un grand nombre de ses Bretons, communément estimés à dix mille hommes, il aima mieux attendre là l'issue de la guerre, plutôt que de s'exposer de trop près aux dangers. La bataille terminée, il reprit le chemin de son duché, sans même avoir vu les ennemis, mais non sans quelque dommage pour les localités où il passait. » "

 

Sources :

Batailles française 1214 à 1559 edition de 1894 du colonel Hardÿ de Périni

Histoire de Charles VII,  de Thomas Basin.

Histoire Hachette

Histoire Larousse

Repost 0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 13:27

C'était par une journée féerique, la neige étendait son manteau blanc, des flocons voletaient dans l'air, les enfants et les jeunes pages se livraient  une bataille de boules de neige endiablée ! 

 

Neige-scintillante--.jpg

Ce 28 janvier 1393, une « mascarade » réunissait les seigneurs de la Cour pour les noces d’une demoiselle d’honneur de la reine Isabeau de Bavière.Tout le monde se réjouissait , les rires fusaient, les musiciens répétaient, les cuisines résonnaient des voix des cuisiniers.

Les invités arrivaient et s'engouffraient dans la grande salle du château royal . La cérémonie du mariage se termina et l'heureuse assemblée fut conviée au repas . Tout le monde festoyait et riait aux éclats devant les facéties d'un singe, l'animation fut à son comble quand apparurent six hommes déguisés en " sauvages ",  comme ils disaient ! 

 

 

 

 

Mais, qui étaient ces hommes ?

Le roi et cinq de ses amis s’étaient déguisés en sauvages,  leur corps était enduit de poix, puis recouvert de plumes et de poils d’étoupe. Ils étaient enchaînés  les uns aux autres .Ils poussaient des cris et des rugissements qui effrayaient les enfants !  Ils se mêlèrent dans une ronde folle aux danseurs, qui évoluaient en joyeuses  farandoles, dans lesquelles s’étourdissaient les dames et les chevaliers.C'est alors qu'arriva une troupe joyeuse de jeunes gens , déguisés,  et portant des torches que certains lançaient  et rattrapaient avec dextérité. Des applaudissements encourageaient les exploits des nouveaux arrivants !

C'était le duc d’Orléans, frère du roi, avec ses gens . Voulant voir de plus près qui se cachait sous le masque, il s’approcha très près d’un des " sauvages". Une étincelle sauta sur le pauvre garçon qui s’enflamma immédiatement, propageant le feu aux autres sauvages enchaînés et aux tissus proches.

 

 

 

Ils furent brûlés vifs, le roi fut sauvé de justesse par sa tante, la duchesse de Berry,  qui le roula dans son manteau et le Sire de Nantouillet réussit à se libérer de sa chaîne et se jeta dans un baquet plein d’eau . Ainsi,  Il eut  la vie sauve.

La vue de ce terrible accident  choqua Charles VI, qui , devant ce spectacle d'horreur sombra de nouveau dans une crise de folie !

Repost 0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 21:16

Charles VI Le Bienaimé , surnommé plus tard " Le Fou " naquit en 1368

décéda à Paris le 21 octobre 1422

Il était le fils de Charles V Le Sage et de Jeanne de Bourbon

Il épousa Isabeau de Bavière le 17 juillet 1385, alors qu'elle n'avait que 15 ans

 

images?q=tbn:ANd9GcShwn7iVq2WSC9jfEx0Q8P

 

Charles VI arriva au pouvoir en 1380 alors qu'il n'avait que 12 ans

Ses oncles dilapidèrent les ressources du Royaume , instaurèrent de nouveaux impôts qui profitèrent à eux-mêmes,  puis, se disputèrent le pouvoir

 

                                                             Couronnement de Charles VI


En 1382, ce fut la révolte des " Maillotins ". Les Parisiens se révoltèrent  et s’emparèrent, à l’Hôtel de Ville, d' armes, en particulier de maillets de plomb (d'où leur surnom de « Maillotins »)   Les révoltés pillèrent la capitale et tuèrent les collecteurs d'impôts avec les maillets.La répression fut terrible, les meneurs furent décapités ou pendus, sans procès.

 

                                                                           La révolte des  maillotins

 

L'origine des révoltes venait des métiers urbains ou au monde paysan aisé, à ceux qui étaient concernés au premier chef par les prélèvements fiscaux. Mais ils furent rapidement dépassés par les couches inférieures qui transformèrent cette révolte contre l'impôt en révolte de la misère.


En 1383,  cette révolte ayant troublée profondément Charles VI , il décida de prendre les rênes du pouvoir

 

images?q=tbn:ANd9GcQCvF1Qlwh00axQcq-zvp-

                                                                      Le Roi Charles VI

 

Il chassa ses oncles

Il rappela les conseillers de son père

Charles VI sut rétablir la paix intérieur, pour le peuple, il devint Charles VI Le Bienaimé

 

En 1392, alors qu'il marchait vers la Bretagne par une chaleur accablante, un vieillard à barbe blanche, habillé de haillons, se précipita devant le Roi en s'écriant :

<< « Ne chevauche pas plus avant, noble roi, tu es trahi ! >>

 

images?q=tbn:ANd9GcTfslurxSNcDRksectRPMK

 

                                                        La première crise de folie de Charles VI

 

Le Roi en fut troublé. Au sortir de la forêt, alors que le soleil écrasant et la fatigue de l'étape plongeait l'escorte dans la somnolence, un page s'endormit et laissa tomber sa lance sur le casque d'un second. Le fracas surprit  Charles VI, qui entra alors dans un état de folie frénétique. Il dégaina son épée et cria au complot en attaquant les gens de sa suite. Le duc d'Orléans s'enfuit. Le roi fut  maîtrisé après avoir tué quatre hommes. Charles fut ligoté sur un chariot et perdit connaissance, sa mort ne faisait  alors aucun doute parmi les nobles de la cour. Charles VI  resta inconscient deux jours, puis il se rétablit.

 

Le règne de Charles devint alors une alternance de périodes de folie et de rémission durant lesquelles il s'efforçait de gouverner.

Il est  vrai qu' à travers ses crises de folie, le roi retrouvait des accès de lucidité et gouvernait avec sagesse. Personne n'osa alors placer le roi sous tutelle.

 

images?q=tbn:ANd9GcSGhy7IzpPsgwJlfJ6fJO6

                                                              Le bal des ardents


En 1383, un horrible accident, lors d'une fête qu'on appela  << Le bal des Ardents >> ou << Le bal des sauvages >> fit retomber le Roi dans sa folie !

Les oncles profitèrent de l'état de santé de Charles VI pour revenir au pouvoir .

 

 

Tous les enfants de Charles VI mourront avant leur majorité, seul resta le dauphin Charles, qui fut nommé régent en 1418 durant les « absences » de son père.

 

 

                                                                       Le Roi Charles VI malade


La Guerre de Cent ans grondait toujours

Les Bourguignons s'étaient alliés  avec les Anglais. Cette alliance avait conduit  au traité de Troyes  en 1420, lequel avait prévu que Charles VI devait marier sa fille Catherine à Henri V d'Angleterre et que leur fils éventuel serait roi de France, et que le dauphin Charles , qui avait  fait assassiner Jean sans Peur, serait déchu de ses droits à la couronne. Charles VI conservait le titre de roi jusqu'à sa mort.

 

Charles VI  s'éteignit  le 21 octobre 1422 près de sa favorite, Odinette de Champdivers. Il fut  inhumé à Saint Denis le 9 novembre 1422

 

images?q=tbn:ANd9GcQSDvi9lyZKmimeE7c8cj8

 

                                                                           Gisant du Roi Charles VI

 

 

Le Dauphin Charles, futur Charles VII, n'était pas encore Roi !


 

 

Repost 0
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 19:04

COMMUNIQUE

 

3 fichier(s) Castors à R...jpg , Rassembleme...JPG , Rassembleme...JPG

 

 

 Bonjour,



Reportage Fr3 Lorraine sur l'action en gare de Metz à l'occasion du

passage du train atomique . Ce rassemblement organisé par l'association

SORTONS DU NUCLEAIRE MOSELLE a vu la participation d'une bonne trentaine

de personnes ayant permis la sensibilisation des usagers de la sncf (500

tracts distribués). Grâce à elles le train n'est pas passé incognito.

Merci aux créateurs de la banderole réalisée spécialement pour la

circonstance.

file:///C:/Documents%20and%20Settings/packard/Recent/castors%20-%20r-milly.lnk


Cordialement



André Burger



France 3 Lorraine

Rassemblement de METZ

http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-categorie=JOURNAUX_LES_EDITIONS_REGIONALES_LORRAINE



Cliquer sur 19/20 du 23.11.11

Reportage : amener le curseur à 11’38

PS-


Comme vous pouvez le constatez sur la photo, ce train de déchets hautement radioactifs, surveillé par de nombreux policiers, a stationné plusieurs heures à proximité d'habitations, de plus, le TER a été obligé de longer ce convoi nucléaire sans que les usagers et les agents de la SNCF n'aient été informés, les exposant aux risques réels d'irradiations.
Dans ce pays, la protection du nucléaire passe avant celle des citoyens !

 

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 14:47

Les Lorrains  de Vaucouleurs et de sa châtellenie devinrent Français cinq cents ans avant les Messins, les Toulois et les Verdunois

et huit cents ans avant les Lorrains du Barrois et les Lorrains du duché de Lorraine

 

 

A la mort de son père, Jean II Le Bon, notre Roi, Charles Le Sage, réunit notre ville de Vaucouleurs et sa châtellenie au domaine royal, le 4 juillet 1365.

 

 

 

Le Roi   confirma tous les privilèges, franchises et libertés à tous les habitants de la ville et du château de Vaucouleurs,  pour les récompenser de leur fidélité, même quand ils étaient sous la coupe d' Henri V, le  puissant seigneur de Vaudémont qui a laissé un bien triste souvenir..Dans une lutte cruelle contre les Ducs de Lorraine et de Bar, il s'allia au seigneur brigand, Arnaud de Cervolles qui, avec ses routiers , " des Bretons " mit  la région à feu et à sang ! Tout le monde respira,  quand le connétable Bertrand Du Guesclin  entraîna les "grandes Compagnies " en Castille, pour une guerre de succession.


 

                                                                Charles V Le sage

 

Les Lorrains français eurent  la joie d'accueillir leur " Roi bien-aimé". qui  désirait resserrer les anciennes alliances entre Champagne et Lorraine . Il rencontra donc ses parents et alliés , le Duc Jean Ier  de Lorraine et le Duc Robert de Bar

 

 

                                                                          Robert de Bar 1337 / 1411

 

Le samedi d'avant " Pâques fleuries", en 1366, le souverain Charles le Sage vint à Vaucouleurs où il rencontra les Ducs . Entre le 4 etle 11 avril 1367,  ils signèrent le traité 

<< Sur le fait de la pais et seureté des pays de la comté de Champagne et dou royaume >>

 

                                                               Jean 1er de Lorraine

 

 

Cette alliance devait durer de la Saint Martin d'hiver 1365 à un temps illimité ! En réalité, cette alliance fut comme les autres, il y eut de bons moments suivis de périodes noires !

Mais , en ce mois d'avril  1367, tous les habitants baignaient dans la joie ! Le château de Gombervaux connut  alors un évènement qui est resté gravé dans les mémoires de l'histoire !

 

 

Gombervaux.jpg

                                                                       Château de Gombervaux

 

 

Le Roi, Charles V le Sage, invita, pour sceller l'Alliance, toute sa famille et ses alliés à un " banquet ".  Les villageois et tous les habitants se précipitèrent sur les chemins de Gombervaux  pour admirer le Roi , les Belles dames et tous les seigneurs dans leurs habits rutilants ! 

Le repas  fut pantagruélique et tous les pauvres gens se réjouirent de profiter des restes de ce festin !

 

 

 

                                                                Un banquet sous Charles V

 

 

Le banquet de Gombervaux est resté célèbre , en  voici le menu :

 

Es premier mestz :

- Venoison de sanglier en soupes

- Sabourot de poussins 

- Boussac de lièvres- oyes à la trahison

 

Second mestz :

- Cines - hayrons- faisans- paons

- Trimolecte de perdrix

 

 

A-t-on cuit " hayrons, faisans, paons .."  dans cette cheminée ?


Tiers mestz :

- Most Jehan- Pasté de merles

- Pyjons au sucre

 

Le quart mestz :

- Darioles de crème fricts

- Pastés de payres

 

Quint mestz :

- Amandes - noysilles- poyres crues

- Jonchée

 

( Document tiré du " Viandier de Taillevent, Maître - Queux de Charles VI et Charles VII )

 

On raconte aussi que ce festin fut abondamment arrosé par " le petit gris des côtes de Toul ,  les vins d' Amanty et des côtes de Meuse

 

 

                                      Est-ce la salle du banquet ?

Repost 0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 13:58

La Légende de Du Guesclin

 

Une légende qui tient à la fois du secret et de l' extraordinaire , raconte la mystérieuse origine de la famille du Guesclin. Cette histoire  nous ramène  à l'époque de   l'empereur Charlemagne . En ce temps où les barbares cherchaient à envahir l'empire franc, une flotte de nefs sarrasines, conduite par un roi nommé Acquin, aborda les côtes bretonnes . Les Sarrasins débarquèrent et dévastèrent les monastères, les villes et les villages. L'empereur Charlemagne se précipita au secours des Bretons et  les envahisseurs furent rejetés  à la mer. Pris de  panique ,  les Sarrasins abandonnèrent tout leur matériel sur la plage  En parcourant le camp abandonné, Charlemagne entendit les pleurs d'un jeune enfant , abandonné dans la tente du roi sarrasin, C'était un jeune garçon de quatre ou cinq ans , c'était le propre fils du roi Acquin. L'empereur Charlemagne en fit son filleul , le fit baptiser et lui donna des précepteurs. Le jeune garçon devint vite un habile cavalier et un guerrier efficace . Charlemagne le fit  chevalier  et lui octroya le château de Glay qui devint le fief du Sire  de Glay-Acquin. ce qui donna plus tard : Du Guesclin

 

Réalité , la vie de Bertrand Du Guesclin

 

Bertrand Du Guesclin naquit près de Rennes en 1320. Mat de peau, presque noir, on disait que  le bébé était  si laid que son père  refusa de le reconnaître. Bousculé, battu du fait de sa couleur plus que de  sa laideur,  Bertrand dut se défendre et il rendait  coup sur coup. Un jour où ses frères l'avaient attaqué en traite lors d' un jeu et l'insultaient , Bertrand se révolta contre ses frères et renversa une longue table, une religieuse orientale le calma et lui prédit qu'il serait un jour le Chef des chefs et que les Lys s'inclineraient  devant lui.

Plus tard, lors d'un tournoi où il s'était annoncé sous un faux nom, car il avait  interdiction de participer, à cause de sa couleur, il battit  tous ses adversaires, avant de refuser de combattre son père.

 

 

Il se forgea ainsi une force de caractère et un corps d'athlète qui l'amèna à la plus haute dignité du royaume après le roi.

 En 1370, Charles V le Sage remit  l'épée de connétable de France à Bertrand Du Guesclin

 

                                          

.Jusqu'à cette date,Bertrand Du Guesclin , le Breton, était à la tête d'une bande de paysans qu'il avait entraînés lui-même à se battre selon les principes de la « guérilla » : la hache pendue au cou, ils attaquaient et harcelaient les Anglais .Bertrand s'illustra au cours de la défense de Rennes.Il avait été  adoubé chevalier en 1357 par Charles de Blois.

 

                                                           Bertrand Du Guesclin

 

En 1357, Du Guesclin était au service du roi Charles V Le Sage,  Il participa à toutes les batailles qui opposaient les troupes royales aux Anglais et Navarrais. Il obtint sa première victoire à Cocherel (près d'Evreux), en 1364, en battant l'armée de Charles le Mauvais de Navarre. La même année, à la bataille d'Auray pour la succession de la Bretagne. Il fut  fait prisonnier, le roi s'empressa de payer sa rançon.

 

 


Bertrand Du Guesclin s' engagea  alors dans une lutte contre le fléau de l'époque : « les Grandes Compagnies » : des mercenaires sans emploi qui s'étaient rassemblés en Côte d'Or. les Grandes Compagnies se livraient à des exactions en tout genre. Il fallait  trouver une solution pour se débarrasser de ces pillards. Du Guesclin, qui était le seul homme à avoir suffisamment d'autorité pour les rassembler, les emmena avec lui pour combattre en Espagne..Bertrand Du Guesclin réussit à conquérir la Castille mais il fut capturé par le Prince Noir. Le roi paya de nouveau la rançon.

Libéré, Bertrand Du Guesclin parvint à vaincre son ennemi à la bataille de Montiel en 1369. Quant aux Grandes Compagnies, elles entrèrent peu à peu en décadence.

 

 

De 1370 à 1380, en utilisant toujours une tactique, très personnelle, de harcèlement de l'adversaire et de ruses,  Bertrand Du Guesclin  réussit à chasser les Anglais de presque la totalité du territoire français occupé (Aquitaine, Poitou, Normandie...). En 1380, il fut blessé mortellement au siège de Chateauneuf-de-Randon en Auvergne. Charles V Le  Sage le fit ensevelir,  dans la basilique royale de Saint-Denis, aux côtés des rois de France. Le roi, malade, ne tarda pas à le rejoindre.

 

 

 

Repost 0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 14:00
  • Charles V de France, dit Charles le Sage
  • naquit le 21 janvier 1338
  • Décéda le  16 septembre 1380 ,

                                                                     Charles V le Sage

  • Il épousa Jeanne de Bourbon , ils eurent huit enfants dont Charles VI dit le Fol
  • Il fut  Roi de France de 1364 à 1380

 

                                                     Sacre de Charles V Le Sage

  •  Son règne marqua la fin de la première partie de la  Guerre de Cent ans
  •  Il  réussit à récupérer presque  la totalité des terres perdues par ses prédécesseurs,
  • Il  restaura l'autorité de l'État
  • Il  relèva le royaume de ses ruines.

                                                 Charles V Le Sage et Jeanne de Bourbon, son épouse

 

Charles V le Sage gouverna le Royaume de France pendant que son père, Jean II Le Bon,  était prisonnier des Anglais.

Il dut se défendre habilement en surmontant  les ambitions de son cousin Charles de Navarre.

Charles II de Navarre, dit Charles le Mauvais, Roi de Navarre,  il était  le fils de Philippe III de Navarre et de Jeanne, fille du roi de France et de Navarre,Louis X le Hutin

 

 

                                                     Arrestation de Charles de Navarre dit le Mauvais


Charles V dut aussi déjouer les manoeuvres d'Etienne Marcel, Prévôt des marchands de Paris et homme politique , Etienne Marcel joua un rôle considérable aux Etats Généraux de 1355 et 1357.

Devant l’opposition du dauphin , le futur Charles V ,  il organisa le 22 février 1358 la première journée révolutionnaire parisienne.

Avec ses partisans il envahit le palais et obligea le dauphin à renouveler l’ordonnance de 1357 qui prévoyait le contrôle des subsides par les Etats Généraux, un conseil adjoint au dauphin.

Devenu maître de Paris,  il s’efforça de gagner la province à sa cause, mais le dauphin ayant pu s’enfuir bloqua Paris.

 

                                        Statue équestre d' Etienne Marcel devant l'Hôtel de ville de Paris

 


Etienne Marcel s’étant compromis par son alliance avec Charles II le Mauvais fut assassiné par Jean Maillard partisan du dauphin.

 

                                                          Assassinat d' Etienne Marcel

 

Pour financer une armée efficace et permanente , Charles V Le Sage  instaura des impôts durables  :  " la taille " et  "la gabelle "

Charles V reconstitua une marine de guerre avec Jean de Vienne et une armée avec Bertrand  Du Guesclin.

Après avoir imposé la paix à Charles le Mauvais en  1364 et rétablit la présence française en Flandre, il parvint , grâce à Du Guesclin , à libérer le royaume des Grandes Compagnies  en 1367 ,

 

 

                                                       Bertrand Du Guesclin Statue équestre à Dinan

 

C'étaient des. bandes de mercenaires de toutes nationalités, qui combattaient à la solde des princes.

En période de paix, elles vivaient de brigandage.

 

                                          Exactions des Grandes Compagnies

 

Du Guesclin en débarrassa le royaume en les entraînant conquérir la Castille.

 Il reprit aux Anglais presque toutes leurs possessions en France, mais le Roi Charles V s'éteint  sans avoir pu amener l'Angleterre à la paix.

Repost 0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 22:31

 

 

La question du sondage de cette semaine sur le site de La Manche Libre :

Selon vous la France a-t-elle les moyens de se passer du nucléaire ?

VOTEZ  sur

http://www.lamanchelibre.fr/index.php#sondage

 

 

 

HALTE AUX TRAFICS NUCLEAIRES  !

Demain,un train de déchets nucléaires va traverser la Lorraine, il part de La Hague à destination de Gorleben (Allemagne).
Les matières radioactives transportées correspondent à plusieurs fois la radioactivité émise lors de la catastrophe de Tchernobyl.
Ni les élus, ni la population, ni les usagers de la SNCF n'ont été informés du passage de ce convoi.
Même en l'absence d'accident, ce qui n'est pas à exclure (déraillement, incendie, chute d'un pont, attentat, crash d'un avion, etc...), ce transport constitue une menace réelle pour la santé et la sécurité des personnels impliqués, des usagers et habitants des localités traversées.
Ce train ne doit pas passer incognito!

A l'appel de SORTONS DU NUCLEAIRE MOSELLE , venez manifester votre désapprobation :

  MERCREDI 23 NOVEMBRE à 17 H DEVANT LA GARE DE METZ
Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens