Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 13:55

Au cœur de la souffrance !

 

<< Etre cloué sur place et entendre le vrombissement des bombardiers qui vous arrosent, c'est insoutenable !

A Coq sur Mer, ( De Haan), les blessés étaient très nombreux, il n’y avait pas d’oreiller pour tout le monde. Une femme m’aida à mettre ma veste sous le drap, afin d’élever ma tête, tous mes papiers d’identité et mon argent étaient dans mon portefeuille , enfilé dans la poche intérieure de cette veste.

Au bout de trois jours, des camions vinrent charger des blessés pour les emmener à Anvers. Des infirmiers vinrent dans la salle et commencèrent à charger les copains dans leurs véhicules . Je voyais la salle se vider et je me rendis compte que sur plusieurs dizaines, nous n'étions plus qu'une poignée ! On devait nous emmener à l'hôpital d'Anvers et on avait l'air d'être abandonnés !

Je compris rapidement que nous n’étions pas en état pour supporter un long voyage.

 On  chargea donc les survivants, certains n'allèrent pas loin et on nous transporta à Bruges, à vingt kilomètres. En arrivant, j’étais très fatigué , je n’aurai pas pu faire plus de kilomètres ! J’ai réclamé ma veste, la réponse  fut : « Ne t’inquiète pas , ça suit ! » mais ça n’a jamais suivi ! Je devins alors un matricule,  celui qui était gravé sur le bracelet militaire que j’avais au bras.

Au-dessus de mon lit, on lisait : «  Matricule  10 11082289  »

c’ était le seul repère pour me reconnaître. Souvent à demi inconscient, j’entendais : « Et celui-ci, qui est-il ? » La réponse était invariable : «  C’est un belge ! »

Dès que le soir arrivait, la fièvre montait, montait et je m’énervais. Je ruisselais de sueur et un soir, je sentis qu’on m’épongeait doucement le front et le visage, je vis un jeune homme qui me dit gentiment : «  Sois tranquille, ti guériras ! » C’était un jeune marocain, blessé au pied, c’était un gentil garçon, il venait m’ éponger le front , me remettre correctement mon oreiller et replier mon drap. il restait près de moi jusqu’à ce que je retrouve le sommeil. Je n’ai jamais connu son nom, il était jeune et souriant. Il avait le don de me transmettre son calme.

Malheureusement, les Allemands installèrent leurs blessés à l’hôpital du Lac d’Amour de Bruges et  je ne revis jamais plus le jeune marocain ! Qu’est- il devenu ? Qu’ont-ils fait de lui ? Longtemps et encore aujourd’hui, je pense à lui , en espérant qu’il a retrouvé le soleil de son pays.>>

  Document : souvenirs d'un combattant, Chasseur Ardennais

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens