Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 15:07

 

Bonaparte et les savants en Egypte

 

 

 

Les conditions d'une intervention militaire en Egypte semblaient favorables, mais il ne fallait  pas oublier l'attrait exercé par les mystères égyptiens .

L'article "Egypte" de l'Encyclopédie :

"C'était jadis un pays d'admiration ; c'en est un aujourd'hui à étudier", est très éloquent.

 

La conquête par Bonaparte des Iles Ioniennes en août 1797 ouvrit le chemin de l'Orient et réanima l'idée de conquête de l'Egypte.

 

 

 

L'expédition ne fut  pas que militaire, elle fut aussi scientifique et civilisatrice.

 

Bonaparte s' entoura d’ une Commission de savants. Déjà lors de la campagne d'Italie, il s'était fait accompagner par des savants, qui avaient surtout eu pour mission de choisir parmi les prises de guerre ce qui allait enrichir les collections nationales.


 En Egypte, le but de la commission des savants était différent :


 Il fallait étudier le pays pour mieux connaître son apport aux sciences et aux arts mais aussi lui apporter les bienfaits de la civilisation.


.Personne ne s'étonna  de l'importance du contingent de polytechniciens . Monge était  professeur à l'Ecole polytechnique et il avait  besoin de gens jeunes et formés aux disciplines scientifiques. La commission était composée de 151 membres dont 10 médecins. Si les soldats avaient besoin d'armes, les savants avaient besoin d'instruments et de livres. Tout cela fut aussi rassemblé dans un temps record.

 

 

                                                                              Le sphinx


Bonaparte débarqua à Alexandrie. Le temps était mauvais, les Français pensaient que les Anglais étaient à leurs trousses, et le débarquement se passa très mal. Le Patriote, vaisseau qui portait une grande partie de l'équipement scientifique de l'expédition s'échoua et coula..

 

Bonaparte partit à marche forcée vers Le Caire, laissant à Alexandrie et à Rosette des savants désemparés et souvent sans un sou.

 

Les savants se regroupèrent au Caire où l'Institut d'Egypte qui venait  d'être créé les attendait.

Le travail scientifique commença, à peine interrompu par les violentes émeutes du Caire, les 21 et 22 octobre 1798. D'abord indifférente, la population  du Caire s’était  révoltée contre des incroyants qui osaient porter des uniformes verts, alors que le vert est la couleur du prophète et de sa famille.

 

De plus, ces Français entendaient tout régenter et organiser à leur façon, sans oublier de prélever de nouveaux impôts.

 

 

                                                    La pierre de Rosette


 Ce fut  pendant ces émeutes qu'une grande partie des instruments scientifiques de l'expédition a été détruite. Le naufrage du Patriote avait déjà bien endommagé la collection d'instruments, mais le bateau avait sombré lentement, et une partie de sa précieuse cargaison avait pu être sauvée et entreposée par la suite dans la maison de Caffarelli au Caire.

 

Cette maison fut

totalement détruite pendant les émeutes, et trois des membres de la commission furent tués en essayant de sauver les instruments de la destruction. Cette perte aurait été irréparable sans l'ingéniosité, et même le génie deConté, le fameux inventeur du crayon à mine de plomb, qui a su reconstruire, avec les moyens locaux, une grande partie des instruments disparus.


Les savants et les ingénieurs de la commission se sont livrés à des recherches multiples.

 Tout les  intéressait :

-         les antiquités,

-          mais aussi l'architecture,

-          la langue,

-          les structures sociales,

-          l'état sanitaire,

-          le régime des eaux,

-          la musique,

-         l'artisanat,

-          l'industrie,

-          la topographie

-         et même la minéralogie...


 L'hiver 1798-1799 se passa en explorations diverses, en Basse Egypte et autour du Caire, mais aussi en réalisations pratiques :

-         création d'une imprimerie, qui fonctionnait  avec les caractères arabes pris au Vatican lors de la campagne d'Italie,


-          création d'un hôpital,


-          mise en place d'ateliers de mécaniques, le tout nécessaire au bon fonctionnement de l'armée française et de la commission, mais aussi moyen d'introduire de nouvelles techniques au service des Egyptiens.

 

 

 

 

Le 19 mars 1799, une expédition partit vers la Haute Egypte. Les participants étaient Jollois, Devilliers du Terrage, Dubois-Aymé et Duchanoy, ingénieurs des Ponts et Chaussées, Descotils, Rozière et Dupuy, ingénieurs des Mines et le sculpteur Casteix.


 La moyenne d'âge du groupe était d'une vingtaine d'années. La mission qui lui était confiée était de recueillir des renseignements utiles sur l'agriculture, le commerce et les arts et d'étudier particulièrement le régime du Nil et le système d'irrigation de la région.

 

 Le petit groupe se retrouva avec les troupes du général Desaix à Assiout. A partir de là, commença une exploration minutieuse et scientifique des monuments

 

Les ingénieurs découvreurs avaient à leur disposition un matériel rudimentaire :

 

crayons, planches, cordeau, règles, fil à plomb. Parfois, les crayons manquaient, comme en témoigne cet appel pressant de Devilliers à son ami Ripault, resté au Caire :


"Si vous ne nous envoyez pas de crayon, mon cher ami, nous ne pourrons rien vous montrer de notre voyage. Tous les nôtres sont usés ; nous sommes au désespoir. Parlez à Conté qui doit en avoir fait ; dans le cas contraire, empruntez à vos amis, achetez et remettez ce que vous avez trouvé à Conté qui les donnera au général Dugua, lequel nous les enverra par un dromadaire, c'est convenu".

 

Du 19 mars au 27 octobre 1799, la moisson de documents récoltés fut extraordinaire :

 

c’était la première approche scientifique des monuments de la Haute Egypte.

 

images?q=tbn:ANd9GcQksQbUQrC38JUH-wF_TrM


On doit  reconnaître que l'expédition d'Egypte fut un échec militaire. Les Français quittèrent l'Egypte en 1801, avec les honneurs de la guerre, mais vaincus. Cependant, cet échec militaire resta un événement considérable dans l'histoire des connaissances,  car c’était  la première fois qu'une expédition militaire s'était doublée d'une expédition scientifique. Une fois le fracas des armes terminé et oubliée l'amertume du retour, une autre aventure  commença :

" la publication des travaux des savants".

 Jamais on avait mis autant de moyens financiers et techniques dans une édition scientifique, l’œuvre produite fut et reste un monument irremplaçable.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens