Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 18:45

La mort au coin de la forêt !

 

 

  La cloche sonne onze heures, il relève la tête, s’essuie le front où perle la sueur, ses yeux s’arrêtent un moment sur le calvaire où il pense voir poindre la silhouette de Sidonie, il ne l’a pas vue revenir ! Chaque jour, à son retour de visites, ils bavardent un peu tous les deux, elle est tellement agréable !  Il reprend son travail et se dit :  « Sidonie a été retenue à d’autres tâches, cette fille ne renâcle devant rien ! ».

 

Le temps passe, la cloche sonne midi… une heure… deux heures… l’angélus du soir… et Sidonie n’est pas rentrée ! La nouvelle se répand à la vitesse du vent . Pierre et petit Jean courent à Vouthon, ils questionnent : « Avez-vous vu Sidonie ? » La réponse est claire : « Oui, ce matin, elle a mis au monde un beau garçon et elle a repris le chemin d’Amanty ! » Atterrés, ils reprennent le chemin du village. Essoufflés, ils arrivent en criant : «  Sidonie a disparu ! »

 

Sans se parler, les villageois se posent tous la même question : « Où est-elle ? Que lui est-elle arrivée ? » Les regards inquiets se croisent et s’interrogent, quelque chose d’insaisissable les tourmente. Les hommes s’organisent et partent à la recherche de la jeune fille tandis que les femmes attendent anxieusement , les enfants dorment . Toute la nuit, ils battent monts et vaux, champs et bois, inlassablement, ils fouillent le sous-bois, les fossés, ils arpentent les friches en appelant de toutes leurs forces :  « Sidonie ! Sidonie !… »

 

Lugubre et implacable, le silence répond tristement à leurs appels !

L’aube se lève à peine ,  un homme pousse un cri de douleur, ils accourent tous : Sidonie gît là ,  dans un fourré ! Sans vie ! Les vêtements en lambeaux ! Tous ces hommes dont la vie rude a appris à ne plus pleurer ont le visage noyé de larmes. Ils sont las, hébétés et meurtris jusqu’au plus profond de leur être. A demi-inconscients et silencieux, ils ramènent ce pauvre corps au village, avec délicatesse. De toutes les maisons, les femmes, les vieillards et les enfants accourent. A la vue de la jeune fille morte, ils voudraient hurler de désespoir

mais ils restent

figés et muets ! Ils ne comprennent pas et gémissent :

« Pourquoi nous a-t-on enlevé notre Ange ? »   

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens