Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 23:39

A qui confier son secret ?  (suite )

 

 

Après avoir dormi profondément, Jehanne se réveilla  et à sept heures, elle assista à la messe du matin. Quand l’office fut terminé, elle alla demander au prêtre, Guillaume Fronte,  de l’écouter en confession. Là, avec hésitation, Jehanne lui confia son secret ! Il l’écouta avec attention et la rassura :

-         Jehanne, ton frère Jean est parti en guerre, toute la famille est inquiète ! Cette tristesse t’envahit et tu voudrais tout changer ! Tu as fait une sorte de cauchemar éveillé !

-         Non  mon père, ce n’était pas un rêve !

-         Retrouve ton calme, mon enfant ! Tu dois surmonter ce moment de détresse ! La prière t’aidera à retrouver la sérénité ! Va en paix !

Jehanne se sentit plus légère, le poids qui pesait sur son cœur semblait avoir disparu. 

 

 

 

Le temps passait, avril 1426 arriva ! Laetare Jérusalem ou mi-carême était un jour de fête !

Jehanne et les jeunes filles du village confectionnèrent des guirlandes de lierre, les vieux tissus, la laine usagée, la paille furent transformés en fleurs magiques . Dès le lever du jour, elles décorèrent les branches basses du hêtre centenaire qui étendait ses longues branches comme un parapluie géant au-dessus de la fontaine des groseilliers. Les filles s’activaient à orner l’arbre des légendes, il fallait qu’il soit plus beau que l’an passé ! On l’appelait l’arbre des fées et on racontait d’innombrables fables ! Personne ne savait d’où elles venaient , mais certainement d’une époque lointaine où les génies hantaient encore les forêts de nos ancêtres ! Il y avait cependant cette épopée fantastique du seigneur de Bourlémont, blessé à la bataille de Crécy, il avait chevauché des jours et des nuits ! Son cheval le ramena vers sa terre natale et s’arrêta à la fontaine des groseilliers ! Fiévreux et fatigué, il se désaltéra, assis contre l’arbre des fées, il se laissait aller, ses forces l’abandonnaient, c’est alors qu’il entendit des voix de femmes : « Sire, réveillez-vous ! Votre épouse et vos gens vous attendent ! Courage, vous êtes chez vous ! Ce n’est pas le moment d’abandonner ! » Surpris, il reprit courage, enfourcha sa monture et fila vers le château de Bourlémont !  Cette histoire faisait rire Jehanne qui disait :

-         Notre bon sire de Bourlémont avait la fièvre et s’était endormi ! Le gémissement du vent dans les branches de notre arbre enchanté l’a réveillé et il a rejoint son château ! Ce fut une belle journée !

 


Les cloches se mirent à tinter, elles annonçaient la Messe. Les jeunes filles filèrent comme des biches et pénétrèrent dans l’église, sur la pointe des pieds. L’office débuta . En se retournant vers l’assemblée, le prêtre fut frappé par Jehanne, elle rayonnait comme transfigurée ! « En extase ! se dit-il. Est-ce possible Seigneur ? » Il termina la cérémonie et suivit ses paroissiens à l’arbre des fées. Il participa au repas qui était un grand partage. Après ce copieux festin, les flûtes et les épinettes se mirent en branle et ils dansèrent. Jehanne n’était pas la dernière, c’était plutôt la meneuse ! Ronde lorraine, soyotte, pach’pi  se succédaient ! Jehanne dansait avec le grand Michel Lebuin. Ils étaient amis depuis leur plus tendre enfance et, l’un ou l’autre, jouait souvent le rôle de confident quand des problèmes survenaient ! Jacques d’Arc aimait bien ce grand garçon brun et fort, il se disait :  « Jehanne serait heureuse avec lui ! » L’après-midi se terminait, les jeunes filles s’affairaient à remettre tout en ordre quand arriva un groupe de cavaliers français, en tête, galopait un garçon de Domremy ! C’était Jean d’Arc ! Il s’écria :

-         Alors mes sœurettes, votre frère est de retour !

Les filles hurlèrent de joie !

-         Jean ! Jean ! Quelle joie !

-         Je vais surprendre les parents, à tout à l’heure !

 

 


Jean et ses deux amis partirent au village. En les voyant, Isabelle pleura et le père resta muet . Jacquemin serra son frère dans ses bras, Pierrelot accourut en sautant de joie. Catherine et Jehanne revinrent en chantant. Les jeunes soldats racontèrent leur vie et tous les malheurs de la guerre ! Ce fut, malgré tout, une soirée merveilleuse ! Le matin arriva trop vite ! Après avoir pris un bon repas, les trois hommes rejoignirent leur casernement . De nouveau, Jehanne était torturée par ses voix ! Elle était pensive depuis le départ de Jean ! Son père le remarqua et se fit des idées ! Il dormait mal, il rêvait de Jehanne, il la voyait partir derrière les soldats, comme « une fille ». Il ne vit qu’une solution, la marier avec Michel Lebuin !

 

 

 

Dès le matin, Jacques d’Arc décida d’aller parler au père Lebuin. Quand il arriva, la famille déjeunait . La discussion fut gaie ! Tous étaient d’accord ! «  Michel et Jehanne, quel beau mariage ce sera ! » clama la mère. Le grand Michel rougit , baissa la tête et dit d’une voix timide :

-         J’y pense depuis ce printemps, mais Jehanne, que dit-elle ?

-         Elle acceptera ! les filles obéissent toujours à leur père !

-         Je sais ! répondit le jeune homme, mais Jehanne et moi sommes des amis et je ne veux pas la chagriner ! 

-         Quel étrange garçon tu fais là ! s’exclama Jacques

Et emporté par l’envie de marier sa fille, il continua :

-         Jehanne est d’accord ! Elle est timide et n’ose pas en parler !

La-dessus, Michel se sentit heureux et courut vers Jehanne qui était à la fontaine. En quelques mots, elle comprit ce qu’il voulait . Son regard s’attrista, ses bras tombèrent le long de son corps, son visage devint si pâle que Michel la retint, pensant qu’elle s’effondrait. Jehanne se reprit et parla doucement :

-         Michel, mon très cher ami, tu es le seul homme que j’aime et que j’aimerai toujours !  Je vais te prouver que j’ai confiance en toi en te faisant partager mon secret !

Ils s’éloignèrent tous les deux, personne ne sut jamais ce qu’ils se dirent mais après cette longue conversation, il ne fut plus jamais question de mariage entre Jehanne et Michel !

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens