Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 13:23

Napoléon II ou "l'Aiglon" et son grand-père

 

Napoléon Charles Joseph Bonaparte, appelé " Frantz" par sa famille de "Habsbourg"

 

L’Empereur d’Autriche traita celui qui avait été brièvement proclamé empereur des Français sous le nom de Napoléon II comme un membre de sa famille et il le fit élever parmi les archiducs d'Autriche

 

 

Napoléon 1er  exprima dans son testament le souhait que son fils se souvînt toujours qu'il était né prince français,

l'empereur d'Autriche et les membres de sa cour et de son gouvernement firent tout pour éteindre cette identité.

 

L'empereur d’Autriche  précisa que le duc de Reichstadt devait prendre rang, tant à sa Cour que dans l'étendue de l'empire d'Autriche, immédiatement après les princes de sa famille et les archiducs d'Autriche. A la cour, tout le monde l’appelait «  Frantz » comme son grand-père l’Empereur.

.

Il fut chéri par toute la famille " de Habsbourg," archiducs et archiduchesses d'Autriche, qui avaient beaucoup de mal à comprendre l'attitude de leur sœur et tante,

la mère de Frantz,  retenue trop souvent dans son duché de Parme en plus de ses obligations de souveraine par d'autres enfants, nés de son mariage  avec le comte de Neipperg  , d'où est issue la branche des princes de Montenuovo.

 


Son seul ami intime à la cour était le major Antoine de Prokesch-Osten  qui l’a décrit dans ses Souvenirs ,

il écrivit :

«  Le jeune duc, dans son environnement familial était comme un  pur-sang entre deux chevaux de trait de bohême et un cheval de fiacre italien ».

 

 

Confié à son grand-père l'empereur d'Autriche et devenu duc de Reichstadt en 1818, le fils de l'empereur des Français mena, jusqu'à sa mort prématurée, la vie dorée et fastidieuse d'un prince autrichien, devenu à vingt ans colonel et gouverneur de Graz,. ce beau jeune homme blond, qui promenait partout son ennui et probablement aussi la nostalgie de sa naissance, était étroitement surveillé. C'est que, sans qu'il le sache, il inquiétait  l'Europe de Metternich 

 


Le duc de Reichstadt obtint  l'autorisation de pouvoir consulter la grande bibliothèque impériale de Vienne, il réapprit le français en lisant les Lettres de Madame de Sévigné, il redécouvrit son père en parcourant les ouvrages sur l'épopée napoléonienne et surtout « Le Mémorial de Saint Hélène » dans lequel Napoléon1er  s'adressait à son fils .

 

Depuis la mort de Napoléon Ier, le parti libéral français tournait volontiers les yeux vers l'Autriche, qui retenait son empereur en cage . Le jeune prince devint aussi un prétendant possible de la couronne de Belgique.

 

Début 1832, alors que Frantz reprenait son service militaire, son état se dégrada. Il contracta de  nombreuses congestions pulmonaires et une  pneumonie le cloua au lit. 

Les médecins, «  son médecin personnel le docteur Malfatti, les docteurs Raiman et Vichrer, Vivenot et Turcken appelés pour le suppléer lorsque l'affection s'aggrava »  Il était soigné à tort pour son foie par incompétence ou malveillance,   alors qu'il était atteint de tuberculose.

 

 

.Metternich  "s'opposa" à sa guérison en refusant de l’envoyer en Italie, chez sa mère. Le 15 avril, les médecins  considérèrent qu’il était perdu. Le jeune Napoléon II fit un  constat  amer sur sa vie :

« Ma naissance et ma mort, voilà toute mon histoire. Entre mon berceau et ma tombe, il y a un grand zéro ».


 Sa mère, prévenue, ne vint à Vienne que le dimanche 24 juin alors qu'il était déjà mourant. Il s'éteignit  le 22 juillet 1832 


Le duc de Reichstadt était proche de sa tante, l'archiduchesse Sophie, épouse de l'archiduc François-Charles. Sophie était la  mère de l'archiduc François Joseph , futur empereur d'Autriche-Hongrie. L'archiduchesse Sophie assista le duc de Reichstadt dans les derniers mois de sa vie.


On gardera de ce jeune prince l’image d’un jeune homme bien élevé et romantique. Il mourra  de tuberculose, sans alliance ni postérité, à l’âge de 21 ans, le 22 juillet 1832 à Vienne, où il reposera dans la crypte des Capucins auprès des archiducs d’Autriche.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens