Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 14:11

 

Bouygues associé au retour de Superphénix


Dépêche AFP : http://bit.ly/Oo3yYs  
« Partenariat CEA/Bouygues pour les réacteurs nucléaires de 4e génération »


Allant de déconvenues (en France : Superphénix, EPR, etc) en catastrophes (Tchernobyl, Fukushima), l'industrie nucléaire a besoin de faire croire qu'elle progresse malgré tout. C'est ainsi que, en l'an 2000, est né de façon parfaitement artificielle le concept de « réacteurs nucléaires de 4ème génération ». Les vieux réacteurs des années 50 et 60 ont été rebaptisés a posteriori « réacteurs de première génération » et ceux des années 70 et 80 « de deuxième génération ».

 
La prétendue « troisième génération » a été inventée pour désigner les plus récents (EPR, AP 1000), dont aucun ne fonctionne à ce jour. Enfin, une fumeuse « 4ème génération » désigne des réacteurs littéralement magiques car aptes à régler la quai-totalité des problèmes rencontrés à ce jour.

 
En réalité, une fois mis à part quelques projets « exotiques » qui n'existeront jamais ailleurs que sur le papier, cette « 4ème génération » est tout simplement une énième tentative de faire fonctionner des surgénérateurs. L'industrie nucléaire mondiale échoue consciencieusement dans cette voie... depuis 60 ans : cette prétendue « 4ème génération » existait déjà aux débuts de l'ère nucléaire !


Notons que, 15 ans avant Fukushima, le Japon a connu un accident grave dans sa tentative de surgénérateur à Monju (cf http://bit.ly/N1SBIn  ) La France a aussi connu dans ce domaine une déconvenue gigantesque avec l'échec retentissant et ruineux de Superphénix.


De fait, l'opinion publique n'accepterait sûrement pas que le CEA gaspille des milliards dans une nouvelle tentative. Alors le CEA change le nom (bonjour « Astrid ») et l'emballage (« 4ème génération »), mais il s'agit encore et toujours d'essayer de faire fonctionner « un réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium ».

C'est donc le retour de Superphénix qui, comme prévu par la légende, renait encore de ses cendres. Un nouvel échec est inévitable mais, d'ici là, beaucoup de gens et d'entreprises se mettront de l'argent dans les poches, à commencer par Bouygues, inévitable partenaire de toutes les pollutions...
Pour approfondir, cf http://reacteur.generation4.free.fr  




Nucléaire : privatisation des profits, nationalisation des pertes


Article du Monde : http://bit.ly/ME9yd5
« Tepco, le gérant de la centrale de Fukushima, est nationalisée »



Vendre de l'électricité nucléaire est rentable sur le moment, à condition de se débarrasser de quelques factures gigantesques comme celles des déchets radioactifs, du démantèlement des centrales, sans oublier celles des catastrophes nucléaires.
Ainsi, avant Fukushima, les actionnaires de l'entreprise privée Tepco engrangeaient les généreux dividendes de la vente d'électricité nucléaire. Par contre, maintenant que le désastre - environnemental et financier - est là, c'est à l'argent public d'entrer en action.
Inutile de préciser que ce sera exactement la même chose en France après une catastrophe nucléaire, alors que les actionnaires privés de diverses sociétés (comme Bouygues, Vinci, etc) s'enrichissent depuis des décennies grâce au programme atomique national...


Démantèlement : une des factures nucléaires léguées à nos enfants


Dépêche Reuters : http://bit.ly/LVh1DL
« Démanteler, le saut vers l'inconnu de l'industrie nucléaire »



Longue dépêche de Reuters (4 pages) sur le démantèlement, un des pires cadeaux empoisonnés légués par les nucléocrates à nos enfants. Même si la parole institutionnelle est largement présente et la parole alternative totalement ignorée, certaines données sont intéressantes à noter.
Ainsi, la comparaison de la facture française de démantèlement avec celle des USA montre que les sommes prévues par EDF sont largement insuffisantes :

il manquera de 9 à 16 milliards. Ce sera d'ailleurs probablement bien pire car la facture US est assurément sous évaluée, elle aussi.


Par ailleurs, il est rappelé que les sommes provisionnées pourraient s'évanouir en cas de problèmes en bourse : « Les analystes (...) relèvent le risque que constitue la forte proportion d'actions dans ce portefeuille ». Vu la déroute actuelle de la finance mondiale, on se demande bien ce qu'il restera le moment venu...


 

 

Stéphane Lhomme

Directeur de l'Observatoire du nucléaire

Ex-candidat à la primaire d'EELV

Communiqué du mardi 3 juillet 2012

http://stephane-lhomme.blogspot.fr

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by fosseuchien - dans voyages en Lorraine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens