Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 18:26

        Le tombeau des souvenirs ( suite )

<< .. La situation était grave, il fallait remédier à ça le plus rapidement possible ! Il y  avait eu une erreur de jugement ! La deuxième compagnie de Chasseurs Ardennais et son Commandant étaient toujours prêts à colmater les brèches ! Notre commandant ne se cachait pas dans un P.C bien abrité, non, il était au milieu de ses hommes ! C'était le Commandant Pirnay

                                                                              

Colmater les brèches ! Ce n'était pas une partie de plaisir ! Notre progression était difficile. Il fallait atteindre la Dendre et tenir ! Les Allemands ne devaient pas traverser  ce cours d'eau ! On s’  installa en face avec des objectifs précis, arroser régulièrement le long de la rivière, en enfilade  Nous étions à proximité de Perwez . Je sais que les Anglais étaient à notre droite et qu'ils s’étaient repliés mais nous devions résister ! On a tout de même décroché, mais on nous a remis en position plus loin, plus à l'ouest, sans protection, c'était aller au devant de la mort !  Les cocos étaient dans un petit bois, il fallait les déloger ! Nouvel ordre aux mitrailleurs : direction le fossé, face au petit bois ! Notre protection n'était pas extraordinaire cependant, on s'y sentit mieux !.. >>

 

Un article de journal complète le récit :

Document reprit dans : La Belgique au combat – Mai 40- Chasseurs Ardennais.

A hauteur de Perwez, la 1ère Division de Chasseurs Ardennais est à nouveau engagée sur la Dendre le 17 mai. L'ennemi prend contact dans l'après-midi du 18 mai et se montre pressant notamment à Termonde et à Alost. Dans la nuit, les Allemands tentent le passage de la Dendre par surprise sur des canots pneumatiques. Une fois, deux fois, dix fois, le barrage de feu les refoule. A l'aube, c'est l'accalmie pour quelques heures, mais les Anglais qui sont à droite de la Division annoncent qu'ils se replient à 11 heures.... Vers  13 heures, la position n'est plus tenable, sauf s'y faire clouer. Le décrochage se paie de lourdes pertes. Et la lutte recommença sur une première position intermédiaire, à cinq km à l'ouest, sans tranchée, sans obstacle valable, sans  rien qui puisse sembler une aide à l'homme. On y tient cependant jusqu'aux environs de 20 heures et, après un arrêt à hauteur de Westrem, la Division rentre dans la tête de pont de Gand vers minuit, ayant chèrement acquis le temps nécessaire à l'armée pour l'organisation et l'occupation de la nouvelle ligne de bataille.  ( à suivre )   

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens