Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 17:06

        Le tombeau des souvenirs ( suite )

<<..Au bout de quelques secondes, je relevai la tête, l'alerte était passée pour quelques minutes car les tirs reprenaient toutes les dix minutes.  Quand les obus s’écrasaient sur la rue pavée, l'explosion était sèche et tout tremblait, quand ils tombaient dans l'eau, on avait droit à d'énormes jets d'eau ! Ils firent des victimes mais nous avons eu de la chance, les obus ont épargné notre maison !

Nos sacs de sable et le plafond étaient criblés d'éclats qui s'introduisaient par la fenêtre à demie obturée ! Tant que le jour éclairait ce champ de bataille, je tirais sur tout ce que je voyais au loin ! Quand la nuit vint, un silence lugubre s'abattit sur nous, seul, le bruit des patrouilles qui passaient dans la rue, résonnait ! Etaient-ils  Belges ou  Allemands ? Je me sentais beaucoup plus mal à l'aise que pendant le combat ! Un stress intérieur montait en moi et m’oppressait ! Reprends-toi, pensais-je ! A la lueur du ciel, Je m’aperçus que les copains n’étaient pas mieux que moi, les visages blafards, les lèvres serrées et la respiration courte ! A voix basse, j’ai murmuré :

- Il faut respirer à fond les gars !

- T’as raison grand ! répondit le sergent

Après plusieurs bouffées d’air aspirées et expirées, le calme revint dans le groupe.

Vers trois heures du matin, arriva l'ordre de sortir de batterie

- En silence et en vitesse ! Au trot les gars ! commanda le  sergent .

On ne traîna pas, la peur nous prenait aux tripes ! Personne ne peut juger du comportement des autres quand ils sont en situation de grand danger. Ce jour-là, c’était très difficile,  j’ai vu des gars craquer, pleurer, hurler de peur quand d’autres tombaient à genoux en marmonnant des prières ou appeler de toutes leurs forces, « maman » ! Quand les nerfs lâchent, c’est extrêmement douloureux ! ..>>

 

Ces dernières phrases m’invitent à revivre dans les pensées de mon père. Malgré moi, je partage l’angoisse qui l’habitait, je sens son regard clair, rempli de tristesse et j’entends sa voix douce et calme m’expliquer qu’ il n’y a pas de honte à avoir peur ! Machinalement, je consulte les petits carnets, il y en a une dizaine, agrémentés de caricatures, chacun décrit un ami, un officier, un ennemi ou un lieu. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens