Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 15:25

             Le tombeau des souvenirs ( suite )

         Le pont maudit

<< La nuit tombée, ma mission était de repérer deux objectifs et toutes les cinq ou dix minutes, je devais tirer une rafale sur chacun d'eux ! La première rafale partit dans le silence de la nuit, j'ai tué un cheval,  pauvre bête ! Les copains m'ont rassuré :

- Ne t'en fais pas, on n’ y voit rien ! Et puis, c'est un cheval que les boches n'auront pas !

 La deuxième rafale sur l'autre objectif, je n'y voyais toujours pas grand chose et j'ai hésité ! Mais il fallait tirer ! Le sergent me le rappelait avec insistance, c’est un ordre, tirez !

- J'ai tiré et après la rafale, j'ai entendu des cris.... des cris de femmes et d'enfants..... J'ai bien peur d'avoir touché des innocents ! ...Il faisait nuit ...C'était ma mission..... C'était la guerre .....Mais, qu’est ce que j’ai fait ?

- La guerre, ça ne devrait pas exister ! On nous donne des ordres et on doit obéir, même la nuit ! Quand on n’ y voit rien ! Il faut dire que l’ennemi arrivait ! >>

 

A travers les mots, je sens la peine et le désarroi de mon père. Devant sa souffrance, je suis paralysée et, les yeux fermés, je reste immobile, torturée par tous ses regrets qui ne l’ont jamais quitté. Plongée dans ce combat meurtrier, mon esprit chancelle, la mort et le sang se répandent sous mes yeux et m’oppressent. La guerre, les combats, homme contre homme, chacun vise et tire pour tuer, c’est la guerre ...

 

<< En entendant tous ces cris, j'ai pensé que tous ces enfants et ces femmes étaient des êtres chers à quelqu'un et que le même malheur pouvait arriver aux miens ! Ah ce pont ! Comme je l'ai maudit et je le hais toujours ! On se donne la guerre comme excuse, mais je ne peux pas me pardonner !

D'autre part, nous étions tellement fatigués, nous avions faim et soif ! Un copain partit en quête de ravitaillement, il revint avec des bouteilles de vin mais pas de nourriture ! Le sergent m'obligea à prendre du  repos et me remplaça mais, au bout de dix minutes, il s’endormit, je l’ai poussé, il est tombé et continua à ronfler ! Cependant, il fallait monter la garde et être prêts ! Alors, je secouais mon chargeur, et je lui disais :

- Tiens bon ! Ne roupille pas ! Bois un coup, çà réveille !

Je plongeais la main dans le sac , je sortais une bouteille, n'importe quoi, du rouge ou du blanc ! On avalait doucement et on sentait le pinard qui tombait dans l'estomac vide ! >> ( à suivre )

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens