Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 22:24

           Le tombeau des souvenirs ( suite )

Le chapitre suivant m’envahit d’un pressentiment mêlé d’anxiété et d’ignorance. Mon père vit sous tension permanente. Dans cette incertitude, je le vois , silencieux et pensif, prêt à accomplir scrupuleusement toutes les directives :

    10 mai 1940 à quatre heures du matin ....

             Strainchamps

<< L'homme qui s'était échappé avait couru à perdre haleine ! Le poste d'où il venait se trouvait à mille mètres devant nous, c'était proche ! Nous allions avoir de l'occupation, l'officier de garde se rappela à notre bon souvenir en téléphonant une quatrième fois :

 - Ordre de destruction ! Je vous envoie un ordre écrit par motocycliste !

Cette fois c'était clair !  Au bout de quelques minutes, comme nous n'entendions pas de moto venir vers nous, j'ai pris mes responsabilités, j’ai commandé :

- Les copains, pas de moto, on appelle l'officier de garde !

J’ai saisis le combiné :

  • Allô, ici le poste de Strainchamps, nous attendons encore le motocycliste !
  • Comment ? Le motocycliste n'est pas arrivé ? Faites sauter immédiatement !

C'est ainsi que le 10 mai 1940, à quatre heures du matin, le point stratégique dont nous avions la garde sauta !  
1800 kg de charge à 4,50 m de profondeur ! Quel beau feu d'artifice ! Quel entonnoir ! Mais aussi, quelle vitesse pour quitter les lieux, car la plus forte armée du monde déferlait sur nous ! Nous, une très petite armée ! Pleine de courage ! Il en fallait « dans  la culotte » pour résister et ne pas prendre la « tangente ! » Après avoir assisté à ce « beau spectacle » depuis l'abri et nous être assurés que tout le matériel était détruit, nous avons décacheté le pli qui nous était destiné ! Dans ce pli, nous avions la marche à suivre et même une carte avec un itinéraire au cas où nous aurions été seuls, c'est à dire, abandonnés par les autres unités, ce qui n'était pas le cas, les Chasseurs Ardennais faisaient honneur à leur réputation et tout le monde était solide au poste !

La première instruction était :

Après sa mission accomplie, la garde du poste de Strainchamps doit se mettre à la disposition de l'officier commandant le point d'appui qui se trouve derrière elle.

Nous sommes descendus dans le village où tous les habitants étaient aux fenêtres. De partout fusaient des questions :

-  Qu'est-ce que c'est ? Voilà les boches ? Peut-on rester chez nous ? Où peut-on se cacher ?

On n’avait pas de réponses et le fait de voir tous ces civils désemparés me contrariait.

Nous avons traversé un petit pont qui enjambait une rivière. Le chef du poste devait le faire sauter après notre passage, ce qu'il fit immédiatement derrière nous. Je l'entends encore s'adresser aux civils qui se sauvaient :

- Que tout le monde s'écarte, je fais sauter le pont !

Des cris déchirèrent l’air, les pauvres gens apeurés levaient les bras en implorant le ciel ! J’avais  l’impression de les abandonner en enfer

...>> ( à suivre)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens