Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 16:43

         Le tombeau des souvenirs  ( suite )

 << Un jour, le lieutenant me prit à part pour me dire :

 - Soldat, vous allez être nommé brigadier, vous ne monterez plus la garde mais il y a quelques autres contraintes, vous serez responsable de cantonnement, vous répondrez au téléphone, vous ferez l'appel tous les soirs et surtout, vous n'oublierez pas de signaler les absents.

 

C'était, paraît-il, la planque ! Et comme j'étais bien avec tout le monde, les copains ne m'ont jamais occasionné d'embêtements.

Nous sommes arrivés à Wisembach par une belle journée, on nous a logés dans la salle de danse du village, rien que les mitrailleurs, le reste de la compagnie fut installé dans le « patelin » voisin. C'était calme !

Les gardes, les marches et les séances de tir se succédaient sans cesse et très vite, on n'avait pas le temps de penser et de faire autre chose. >>

               Quelques dessins  et des anecdotes agrémentent le récit suivant :

 

<< La « bouffe » n'était pas exceptionnelle, mais on s'y faisait et on l'acceptait ! Sauf un jour où on a trouvé un journal dans la purée

Je me suis approché d'un officier qui mangeait, assis contre un tronc d’arbre et j’ai engagé la conversation :

- Mon capitaine, les nouvelles sont-elles bonnes ? Lui demandais-je

- Oui soldat, comme elles peuvent l’être ! Mais pourquoi me posez-vous cette question ?

Je lui ai montré le bout de journal dans ma gamelle en lui disant :

- Parce que nous, mon Capitaine, on ne lit pas les nouvelles du journal mais on nous les donne à manger !

Le capitaine se leva et constata.

 Il était surpris et désolé à la fois :

- Soldat, je vais faire le nécessaire pour que cela n'arrive plus !

- Merci mon Capitaine ! On ne demande pas l'impossible mais que ce soit propre ! dis-je

- Croyez que j'ai très bien compris soldat!

 Après ce jour, on n'a plus trouvé le journal dans la gamelle mais il y avait des hauts et des bas !

 Dans ce patelin, dont j’ai oublié le nom, j’ai été témoin d'une histoire peu commune ! C’était presque un fait divers qui aurait pu faire la une dans la rubrique santé de la gazette.

Le patron du bistrot était un forain qui faisait les fêtes en été et tenait son petit bistrot en hiver. Le père Borio, comme il se nommait, a eu un drôle de mal pendant qu'on était là ! Une incroyable constipation qui avait commencé bien avant notre arrivée,  il est resté 32 ou 36 jours sans aller à la selle, les docteurs ne voulaient plus le soigner et c'est un curé qui lui a donné une potion à base d’huile de ricin, une vraie purge ! Le jour qu'il s'est débouché, il était tellement heureux, qu'il a annoncé la nouvelle à tout le monde ! Le pauvre bonhomme fut bien soulagé ! Nous étions en lisière de la forêt d'Anlier, une des plus grandes forêts des Ardennes belges, il y avait beaucoup de lapins de garenne et les spécialistes des collets étaient à leur affaire ! Pour les quarante hommes que nous étions, il y avait de 50 à 60 collets tendus !  Certains jours,  nos braconniers ramenaient une dizaine de lapins.

Le père Borio nous a prêté une grosse cocotte et le copain charcutier, s'est déguisé en cuisinier, on a bien cassé  la croûte ! ( à suivre )

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens