Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 20:25

( Suite ) Les guerres napoléoniennes embrasaient l’Europe, des hommes mouraient au combat mais les victoires euphorisaient la troupe qui repartait en campagne vers d’autres horizons. Malheureusement, on oubliait la population laborieuse  qui souffrait de la faim et des frimas de l’hiver. Après le passage des armées, les terres cultivées étaient ravagées et incultes.

1812 pointait son nez, Joseph et Anna trimaient nuit et jour pour nourrir leurs deux enfants. En ce mois de mars 1812, l’herbe se faisait rare et les réserves de foin étaient épuisées. Joseph faisait paître ses trois vaches le long des chemins tandis qu’Anna prenait soin de sa famille, du jardin et de la basse-cour. Ils n’étaient pas riches mais, leurs enfants mangeaient  à leur faim. Cette année 1812 ne s’annonçait pas sous les meilleurs hospices, gelées et sécheresses retardaient la végétation. Fatiguée par sa dernière grossesse, Anna fit un malaise, sa mère lui vint en aide mais, Joseph ne supportait plus de voir sa tendre et courageuse épouse souffrir de privations et s’user au travail.

Napoléon 1er continuait ses guerres de conquête, il avait jeté son dévolu sur l’empire Russe  d’Alexandre 1er. Joseph était un homme jeune, de toute la force de ses vingt trois ans, il cultivait, débroussaillait, trayait les vaches et faisait tous les travaux possibles pour soulager Anna. Cependant, en allant au bourg, il avait rencontré des soldats de la Grande armée et avait discuté avec les volontaires. Parmi eux, il y avait Fernand, un copain d’enfance, qui comprit que son ami Joseph vivait dans la misère. Il lui dit :

 « Fais comme moi, engage-toi ! Tu seras nourri, habillé et tu auras une bonne solde qui mettra du beurre dans les épinards ! Pense à Anna et à tes gosses ! »

Il rentra à la maison, décidé à parler à Anna mais il ne put dire un mot. Tourmenté, il ne trouva pas le sommeil et passa une partie de la nuit à fendre du bois. Epuisée, sa pauvre épouse ne s’en rendit même pas compte. Seule, sa mère l’entendit. La brave femme comprenait son gendre, elle savait que c’était un bon garçon qui souffrait et aurait voulu offrir une meilleure vie à la mère de ses enfants. Après plusieurs jours d’incertitude, il finit par en parler à son oncle. Celui-ci resta pensif puis se mit à extérioriser ses pensées :

 « Mon garçon, c’est un cas de conscience grave ! Laisser ta famille pour courir les armes à la main ! Te sens-tu capable d’annoncer ça à Anna ? » (suite )

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens