Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 14:07

      Henri de Guise

La vie sentimentale de Marguerite de Valois, dite la Reine Margot,

La princesse  reçut une éducation soignée et possédait toutes les qualités pour briller à la cour, à commencer par son éclatante beauté

Cependant, Marguerite de Valois compensa le manque d'affection et d'attention de sa mère par "les amants" d'où une vie sentimentale mouvementée, on peut dire qu'elle collectionnait "les hommes"

- Le duc de Guise fut le premier d’une longue série d'amants..

- Bussy d'Amboise, amant de Marguerite, « né, écrivait-elle, pour être la terreur de ses ennemis, la gloire de son maître et l’espérance de ses amis. » Il embrassa de bonne heure la carrière des armes dans laquelle il ne tarda pas à se distinguer par sa bravoure et son intrépidité.

Lors du massacre de la Saint-Barthélemy en 1572, il assassina Antoine de Clermont marquis de Renel son cousin, avec qui il était en procès et s'empara  de son château.

- Joseph Boniface de La Môle, prétendu amant de Marguerite Il était le fils de Jacques Boniface, seigneur de la Môle et de Colobrières et originaire de la ville de Marseille. D'après certaines rumeurs, il aurait été l'amant de la reine Marguerite et aussi du prince François.

- Entre-temps, une idylle était née entre la princesse et Henri de Lorraine, duc de Guise, l'ambitieux chef de file des catholiques intransigeants À vingt ans, Henri de Guise avait l'ambition d'épouser la sœur du roi, la princesse Marguerite de France, espérant ainsi resserrer les liens entre sa maison et la dynastie régnante

Le séjour de Marguerite à Usson fut une période de décadence où la reine occupait son temps à se donner à de jeunes paysans robustes du pays cela n'empêchait pas la reine de célébrer l'amour courtois et fut le chantre du néoplatonisme. Dans l'aristocratie française, il était d'usage pour une femme mariée d'être « servie » avec l'accord du mari,  par plusieurs jeunes « galants ». Quant aux relations extraconjugales de Marguerite, les lettres adressées à son amant le plus célèbre, Champvallon, conservées aujourd'hui, montrent l'exaltation que pouvait éprouver la reine à travers l'amour platonique, cet « amour supérieur » comme elle le nommait..

Jacques de Harlay, seigneur de Champvallon, fut aussi un amant de la reine Marguerite Leur liaison commença en 1580 et dura jusqu'en 1583. Les dix-huit lettres que Marguerite lui a adressées et que l'on a conservées témoignent de la grande culture de son auteur, en particulier de son néoplatonisme. Dans ces lettres, il est nommé par Marguerite « mon beau soleil ». Il est aussi connu sous son patronyme complet Jacques de Harlay de Champvallon.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens