Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 11:19

Le destin tragique du Grand Meaulnes

 

 

 

Tombe d'Henri-Alban Fournier, dit Alain-Fournier, dans la nécropole nationale de Saint-Remy-la-Calonne.

 

Mobilisé dès la déclaration de guerre, le 2 août 1914,

Alain Fournier a rejoint son régiment, le 288e régiment d'infanterie à Mirande . Il fut affecté à la 23e compagnie, puis il partit d'Auch en train, jusqu'au camp de Suippes, le front de Lorraine, comme lieutenant d'infanterie.

Le 23 août, ses hommes et lui rejoignirent le front de Lorraine, Après une semaine de marche, ils arrivèrent aux environs d'Étain. Avec sa compagnie, il participa  à plusieurs combats meurtriers autour de Verdun.

Le 22 septembre 1914, un détachement de deux compagnies, la 22e, commandée par le lieutenant Paul Marien et la 23e, commandée par le lieutenant Fournier reçurent l'ordre d'effectuer une reconnaissance offensive sur les Hauts de Meuse, en direction de Dommartin-la-Montagne à vingt-cinq kilomètres au sud-est de Verdun.

Si l'on doit en croire les témoignages postérieurs, assez divergents, du sergent Zacharie Baqué et du soldat Laurent Angla,

Fournier et ses hommes sont parvenus jusqu'à la Tranchée de Calonne où ils furent rejoints par le capitaine de Savinien Boubée de Gramont qui prit  la direction des opérations et décida d'attaquer l'ennemi. Entendant des coups de feu, ils veulent rejoindre la 22e compagnie de Marien qui s'est retrouvée face à un poste de secours allemand et a ouvert le feu.

.Après avoir fait quelques prisonniers, ils furent  pris à revers par une compagnie prussienne à la lisière du bois de Saint-Rémy et furent décimés par la mitraille. Trois officiers (dont Alain Fournier) et dix-huit de leurs hommes furent tués ou grièvement blessés, tandis que Marien et le reste du détachement ont réussi  à se replier.

Sur le Journal de marche et d'opérations du 288e R.I., trois officiers, un sergent et dix-huit soldats des 22e et 23e compagnies sont portés « disparus » au « combat de Saint-Rémy, du 21 au 30 septembre ».

 Fin septembre 1914, << Le Grand Meaulnes>> fut porté disparu, au cours d’un combat dans le bois de Saint-Rémy, sur la crête des Hauts de Meuse.

On sut plus tard qu’il a été tué ainsi que son capitaine et plusieurs autres hommes de son régiment, dans l’après-midi du 22 septembre 1914. Il n'avait pas encore vingt-huit ans.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens