Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 21:22

 Paul Tuffrau

partit en août 1914 comme sous-lieutenant de réserve.

Blessé plusieurs fois pendant ces quatre années de guerre, il refusa d'être évacué, sauf durant un mois en 1917. C’est alors qu’il reçut, le visage bandé, la Légion d’honneur..

Il termina la guerre, Croix de Guerre, chef de bataillon dans l'armée du général Mangin et achèva l'année 1918 comme commandant de place à Sarrelouis.

Pendant toute la durée de la guerre, il a partagé, au quotidien, dans les tranchées, avec ses hommes et ses camarades, leur vie, leurs souffrances…

Plus tard, il revit les champs de bataille de la Marne, où, pendant les tragiques combats de 1914, il faillit être tué - tout près  de l'endroit où, le même jour, est tombé Péguy qu'il avait rencontré peu de temps auparavant chez Romain Rolland.

Il a constaté que, trop souvent, des ordres inadaptés étaient transmis par des États-majors qui ne connaissaient pas le terrain, et qui, faute de compétence vraie, exposaient des vies bien inutilement.

Il lui était impossible de le dire en pleine guerre, dans les articles où il décrivait la vie dans les tranchées, les combats, articles qu'il envoyait régulièrement au quotidien "Le Journal" sous le pseudonyme de Lieutenant E.R. et qui furent édités en 1917 par Payot sous le nom de Carnet d'un Combattant. .

Il tenait des carnets où il notait tout au jour le jour et ces carnets furent publiés, après sa mort, en 1998, sous le titre :

 

 1914-1918 –Quatre Années sur le Front. Carnets d'un Combattant.

 

 Ces carnets ont été écrits par un homme qui a participé pleinement aux combats tout au long des quatre années de guerre - et, à ce titre, il s'agit d'un témoignage saisissant - mais, ils sont le fait d'un écrivain et d'un véritable humaniste.

Paul Tuffrau passait de tranchée en tranchée, exposé comme tous aux balles, aux grenades, aux obus qui éclataient autour d'eux, mais, lorsque les combats se calmaient, il restait sensible à la beauté des paysages, à la douceur du printemps, au charme des villages qu'il traversait. Il ne put un instant, oublier la guerre, dont il fut parti prenante. Le contraste entre son engagement et sa disponibilité à voir ce qui l'entourait, fait de son œuvre  un témoignage poignant et réaliste.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens