Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 13:10

L'arrestation

Les jours se succédaient, plus ou moins agités mais, le 18 mai 1943, deux voitures noires s'arrêtèrent devant la maison. Quatre hommes en manteau de cuir noir, portant chapeau, frappèrent violemment à la porte d'entrée. Ils la poussèrent du pied et arrivèrent dans la cuisine. Ma grande difficulté à me déplacer avec mes béquilles ne les impressionnaient pas . Le plus grand me toisa et dans un français impeccable dit :

  • Monsieur, suivez-nous ! Vous avez à répondre de graves délits portant préjudices à l’armée allemande !
  • En effet, répondis-je, pendant la campagne de Belgique, dans le corps des Chasseurs Ardennais, j’ai certainement tué et blessé des soldats allemands ! C’était dans le cadre de la guerre et je défendais ma peau !
  • Et après une guérison difficile et encore précaire, vous continuer à nuire à l’Allemagne ! ajouta-t-il , Monsieur, suivez-nous ! Vous avez à répondre de graves délits portant préjudices à l’armée allemande !

Sans ménagement, deux mecs m'empoignèrent sous les bras , m'entraînèrent à l'extérieur et me poussèrent dans une voiture qui démarra immédiatement.

Au bureau de la Kommandantur, un officier SS se mit à m'interroger. J'étais debout, appuyé sur mes béquilles et les questions passaient sur moi comme des rafales de mitraillette.Mon silence l'énervait au plus haut point et il se mit à frapper sur son bureau et hurla :

  • Emmenez-le au train, il sera plus bavard avec ses amis juifs !

Avant de partir en train, ils m’ont transbahuté en camion bâché. Je ne voyais pas l’extérieur, j’étais seul avec deux soldats, je ne savais pas où j’étais. L’un eut le culot de me demander :

  • Vous voulez savoir où vous allez ?

Fier et orgueilleux, j’ai répondu :

  • Je le sais déjà !

Le camion stoppa dans une gare, les trains sifflaient. Je descendis avec difficulté et un sac sur la tête, ils me jetèrent dans un train . Je cramponnais mes béquilles, elles étaient mon seul soutien. Je sentis une banquette, je m’assis . Mes gardes étaient là, je les entendais discuter, impossible d’enlever ce maudit sac qui m’empêchait de voir où j’étais. Bercé par le bruit, je m’assoupis. Je fus réveillé par des cris et des commandements, on m’enleva mon sac et je vis une foule d’hommes, de femmes et d’enfants portant l’étoile jaune. En me voyant, un jeune homme m’aida à descendre.

  • Où est-on ? Lui ai-je demandé.

A voix basse, il répondit :

  • A Paris, Monsieur !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Castor 13/05/2014 14:48

Continuez à nous faire connaître la lutte acharnée des Chasseurs Ardennais

Ariane 13/05/2014 14:44

Combats inconnus, sacrifices passés sous silence, les héros de 1940, résistants farouchement à la puissante armée allemande...

Présentation

  • : Les poubelles radioactives
  • Les poubelles radioactives
  • : Enterrer ? Enfouir ? Ne serait-ce pas oublier ? Comment traiter les déchets radioactifs ? L'enfouissement des déchets radioactifs dans les conditions actuelles est-il acceptable ? A-t-on préparé le démantèlement des centrales nucléaires ? Les recherches scientifiques permettent-elles, actuellement, le traitement de tous ces déchets pour les rendre inoffensifs ? Sommes-nous assez informés des dangers de toutes ces poubelles nucléaires ?
  • Contact

Recherche

Liens